Whiskey & New-York : Julia Wertz

Résumé de l’éditeur : « L’arrivée de Julia Wertz à New York, ses premiers appartements, ses sept premiers jobs, ses voyages catastrophiques et un nombre incalculable de bouteilles de whisky. Dans ce roman (autobio)graphique, Julia Wertz, auteur de L’attente infinie, raconte l’année où elle a quitté San Francisco pour les rues peu familières de New York. Mais ne vous inquiétez pas, vous ne tenez pas entre les mains le récit typique de la rédemption d’une jeune femme et son glorieux triomphe sur ses malheurs ou je ne sais quelle autre niaiserie. C’est tout simplement un livre hilarant – et parfois poignant – bourré d’humour absurde et d’une bonne dose d’auto-dérision. Case après case, Wertz fait la chronique de quatre appartements douteux, de sept petits boulots horribles, de drames familiaux, de voyages catastrophiques, et de bien trop de bouteilles de whisky pour qu’on puisse en tenir le compte. »

*

J’ai emprunté cette BD pour le mois américain pour son titre et en lisant la 4e de couverture je m’attendais à quelque chose d’un peu plus profond car ce récit autobiographie laissait supposer que la jeune femme au coeur de l’histoire allait changer de vie et nous faire découvrir New York…

Mais en fait sa vie à New York est une succession de mauvaises rencontres, de petits boulots inintéressants ou dans lesquels elle ne s’investit pas, sa nostalgie de San Francisco d’où elle vient, de mal bouffe et surtout de beaucoup beaucoup d’alcool… (le titre en anglais étant « Drinking at the movies »).

Ca aurait pu être intéressant mais en fait, je dois avouer que j’ai trouvé ça assez ennuyeux au bout d’un moment. De plus, le résumé parle d’un livre « hilarant » mais moi j’ai trouvé ça plutôt pathétique et je ne peux pas dire que j’ai été emballée.

Pour voir des planches cliquez ici.

catégorie aliment/boisson

Bad Man : Dathan Auerbach (Lu par Xavier Percy)

J’ai écrit ce billet juste après avoir fini mon audio-lecture et je dois commencer par dire que j’ai plutôt aimé ce roman et son ambiance même si au moment de devoir en parler, j’ai pas mal de bémols qui me viennent aussi à l’esprit.

L’histoire est celle de Ben, un jeune homme de 20 ans dont le petit frère Eric a disparu dans un supermarché 5 ans auparavant quand il avait 3 ans et qu’il était sous la responsabilité de son grand frère. Aucune piste sérieuse n’a pu être suivie et Ben, handicapé suite à un accident dans son enfance et obèse, ne s’est jamais résolu à arrêter les recherches en continuant à démarcher le voisinage car il considère que la police ne s’est jamais assez investie dans cette disparition. Son père essaie de garder le cap mais sa belle-mère ne s’est jamais remise et vit en recluse en attendant le retour d’Eric.

Quand il s’agit d’obtenir un travail, Ben ne trouve rien d’autre qu’un poste de manutentionnaire de nuit dans le supermarché où Eric a disparu 5 ans plus tôt. Le directeur est le même et Ben a toujours été suspicieux de son manque d’efforts à aider à retrouver son petit frère alors, c’est particulièrement difficile de travailler dans ce lieu.

Il travaille avec deux autres manutentionnaires avec qui il va se lier d’amitié, Marty et Frank et la personne en charge de la boulangerie, Beverley, une vieille femme qui travaille au magasin depuis très longtemps, fait le lien entre lui et Eric et se montre gentille avec lui.

L’ambiance nocturne au magasin est vraiment pesante, Ben a l’impression que le supermarché cherche à lui passer un message… Il reprend de façon plus active les recherches d’Eric avec un nouveau tract et son propre numéro de téléphone et il se passe des choses étranges autour de ces tracts : des dessins leur sont ajoutés, ils sont arrachés, Ben semble poursuivi par des menaces…

L’ambiance pesante est accentuée par des rêves assez vivaces que Ben fait sous le coup de la mauvaise conscience qui l’habite depuis la disparition de son frère.

J’ai aimé tous ces aspects mais parmi les choses que j’ai moins aimé il y a les petits passages qui s’intercalent entre les chapitre et qui dans la version audio sont lues avec une voix particulière mais qui ne sont pas su tout compréhensibles. J’imagine qu’un lecteur en version papier pourra revenir en arrière pour les relire et voir s’il y avait des indices mais pas en version audio.

j’ai aussi trouvé qu’il y avait une rupture entre une grande partie du roman assez lente (ce qui ne m’a pas gênée) et la dernière partie où tout s’accélère et où il manque des réponses à pas mal de choses sous-entendues pendant le récit. J’ai finalement ressenti une certaine sensation d’inachevé. Dans une série, on se dirait qu’il pourrait y avoir des ouvertures pour une prochaine saison mais je ne crois pas que ce soit un début de série…

Donc c’est finalement un avis un peu mitigé allant vers le positif car j’ai apprécié la lecture sur le coup malgré tout.

Catégorie adjectif (= mauvais)

Que faisions nous le mercredi 09/09 à 9h09 et/ou à 21h09?

Le 09/09 nous avons été 9 à prendre 14 photos -au même moment ou presque- de ce que nous étions en train de faire.

J’ai envoyé les photos à Steff qui a fait les mosaïques  :

A 09h09 : 6 PHOTOS

  1. Personnellement, je lisais quelques pages de mon livre avant de partir bosser!
  2. Steff s’apprêtait a finir son p’tit lapinou au crochet.
  3. Nath B était au boulot avec un temps d automne. Pluie et vent au programme 😦
  4. Céline était devant son ordinateur.
  5. Mare tea ne entrait dans le site naturel des lacs de Plitvice en Croatie, site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO pour une très belle randonnée.
  6. Rachel finissait juste ses visites sur son ordi.

A 21h09 : 8 PHOTOS

  1. Personnellement, je lisais l’histoire du soir avec Bastien dans ma chambre (il tient beaucoup à ce rendez-vous du soir!)
  2. Steff découvrait une nouvelle série géniale.
  3. Wakanda venait de finir sa douche après son entraînement pour les 20km de Bruxelles! 
  4. Nath B profitait d’une soirée détente sur Netflix…tout en faisant du scrap
  5. Aifelle regardait une série néo-zélandaise à la télé.
  6. Mare tea ne était en train de trier ses photos sur son ordinateur.
  7. Nath Sci regardait le programme TV, histoire de voir s’il y avait un truc intéressant à regarder ou si elle allait bouquiner.
  8. Rachel lisait en regardant le match de foot Colombie/Chili (les chiliens ont perdu…pas cool)

Merci à tous les participants : les fidèles (les accros?) et les occasionnels et les nouveaux (n’hésitez pas à en parler autour de vous, on peut même jouer sans blog ou sans réseau social!)

Le prochain rendez-vous sera le :

Dimanche 10/10 à 10h10 et/ou à 22h10!

Où va le blog cette semaine?

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est newsletter-oc3b9-vous-emc3a8ne-le-blog-cette-semaine.jpg

Où va le blog cette semaine?

Avec la rentrée scolaire, même avec une semaine allégée grâce à une sortie d’élèves j’ai eu l’esprit assez pris par le boulot et par « The Big Bang Theory » que je regarde intensément et donc je n’ai pas lu autant que je l’aurais voulu (note à moi-même : me coucher plus tôt en semaine!)

Quel est le programme cette semaine?

Aujourd’hui, vous pouvez voir la mosaïque du 9/9 à 9h09 et/ou 21h09.

Lundi 20 septembre, je vous donnerai mon avis sur « Bad Man » en audio.

Mercredi 22 septembre, il y aura un billet sur une BD pour le rendez-vous de la BD du mercredi : « Whiskey & New York ».

Vendredi 24 septembre, je vous parlerai de deux livres audio : « Dans la neige » et « Nord-Michigan ».

Et enfin, dimanche 26 septembre, vous pourrez lire mon avis sur « The quality of silence » (non traduit)

En ce moment, avec les yeux, je suis en train de lire « Enfant de salaud » de Sorj Chalandon et avec les oreilles, j’audiolis « Hamnet » de Maggie O’Farrel (lu par Sarah Biasini.). Ma prochaine lecture papier sera le livre tiré au sort au Book Jar « The Risk of Darkness » (Au risque des ténèbres) de Susan Hill et ma prochaine lecture audio sera « Revenir à toi » de Léonor de Récondo (lu par Clotilde Courau).

Je vous souhaite une bonne semaine et de belles lectures à tous! A bientôt!

La vérité sort de la bouche de Bastien

Bastien a 11 ans et 11 mois et la vérité sort toujours de sa bouche ;-)

Bastien est en sueur avant de se coucher, je l’oblige un peu à prendre une douche, ce qu’il fait à contre cœur mais une fois prêt à se coucher il reconnaît :
« Ça fait du bien, je me sens mieux !
-Qui avait raison ?
Ben moi ! Si j’avais refusé, j’aurais eu tort mais je l’ai fait alors j’ai eu raison d’accepter !
-Qui a eu raison de te le proposer ?

-Qui a toujours raison ?
Moi ! Mais je tiens ça de toi !« 

*

« J’aurais bien aimé vivre à votre époque !
-Vivre à notre époque ?
Être jeune à votre époque : parce que les jeux d’arcades que vous aviez ils étaient bien ! A part Minecraft, les jeux actuels sont pas beaucoup mieux ! « 

Il a découvert les jeux d’arcades et les flippers et il a adoré!

« J’ai faim !
Moi j’ai pas faim. Mais je mangerais bien quelque chose !« 

*

Scènes un peu sexuelles (très soft) dans OSS 117 au cinéma, il me souffle, gêné :
« C’est bon, on a déjà vu ça !« 

*

J’ai le vertige et j’ai toujours peur quand il s’approche des bords de falaises ou qu’il escalade des rochers et ça l’énerve : « T’es une mère poule et c’est pas un compliment !« 

*

Je me baigne avec lui dans une mer un peu froide et je prends mon temps alors que lui s’est mouillé tout de suite : « Allez, mets toi à l’eau ! Tu veux être digne d’être ma mère ?!« 

*

Bastien a aidé son grand-père à ranger des choses sur le bateau et mon père très content de lui, lui dit : « Bastien tu as bien travaillé ! » et Bastien répond : « Vous me gardez comme petit-fils alors !« 

*

« Ce soir on va manger des moules frites avec ta marraine à la plage.
Ouais!
-« Ouais » pour des moules frites?
Oui, enfin, dans ma tête « Moules frites » ça voulait dire « frites »! Mais je m’engage à goûter une moule dans ton assiette même si je suis sûr que ça doit être tout gluglu ! » (et il en a mangé une!)

*

Il chante « Partenaire particulier cherche partenaire particulière » (il écoute RFM donc il est au top des chansons des années 80!) et son père lui dit :  » Tu sais ce que tu chantes quand tu dis « avec une bonne de dose de savoir faire? » On lui fait comprendre que c’est plutôt sexuel et son père lui dit « tu croyais que c’était quoi son savoir faire? Faire des cookies ? »
Et là Bastien tout gêné répond : « Ben je préférerais qu’elle sache faire des cookies... » 

*

Au buffet asiatique avec ses grands-parents. Il a énormément mangé : « J’ai beaucoup mangé mais j’aurais encore pu manger plus mais je voulais épargner le porte-monnaie de Papounet et Granny…
-Mais c’était un buffet à volonté, ça ne coûtait pas plus cher…
Oh!« 

*

Bastien est rentré plus tôt du collège et à pied car il n’y avait pas de bus et en chemin il a fait un petit tour à notre librairie chouchou ! Il nous explique le chemin qu’il prend quand il rentre à pied : « Je passe par l’aquarium, et puis je descends la rue des Juifs. Mais moi je l’appelle la rue du « Détour »! » (Le nom de la librairie !) 🙂

*

« Mon prof d’EPS, il a une voix grave et profonde, c’est très agréable, on dirait une voix de médecin.« 

*

« C’est un SCANDALE ! Ils nous ont rajouté des heures d’allemand sur les jours où on commençait à 9h On a SIX HEURES d’allemand maintenant ! C’est un SCANDALE !! » (En fait, non, il n’a pas 6 heures d’allemand, mais je dois dire que je suis aussi en colère avec le collège de Bastien qui n’a pas très bien géré la rentrée et les emplois du temps…)

*

Je lis un résumé de livre à Bastien et je lis « Une jeune auteure » ..
« Auteure »? On dit pas « autrice »?  C’est auteur avec un e? Moi j’ai toujours dit « autrice »! »

*

Bastien n’a pas le droit de faire latin et voile alors qu’on nous avait dit que c’était possible et il est très déçu (et nous aussi).
Depuis la rentrée, on travaille sur l’autonomie et je lui montre comment rincer et étendre ses affaires de voile et je lui dis que maintenant le vendredi en rentrant il devra faire ça tout seul …
« Oh non… j’aurais peut-être dû choisir latin finalement…« 

*

Son cousin a demandé une participation pour des chaussures pour son anniversaire et Bastien est perplexe : « Je comprends pas que des gens dépensent dans les 50, 100 ou même 500€ pour des CHAUSSURES ! Les chaussures c’est LE truc que personne regarde ! » 

Lecture et calins mère/fils
Rentrée en 5e!

Le loup des mers (Librement adapté du roman de Jack London) : Riff Reb’s

Résumé de l’éditeur : « Après un naufrage, Humphrey Van Weyden, un gentleman fluet, est recueilli puis enrôlé de force comme mousse par Loup Larsen, un terrifiant capitaine de goélette, buveur, violent mais très cultivé. Ce capitaine, athée, éprouve peu à peu une sorte d’estime teintée de mépris pour Humphrey, à l’inverse, très religieux: « si vous savez que quand vous mourrez, vous irez dans un monde meilleur, alors, pourquoi avez-vous peur de mourir? » Ainsi naissent les premières joutes verbales – pleines d’humour et d’esprit – qui rythment ce passionnant récit d’aventure, et qui redoubleront à l’arrivée d’une jeune femme, un futur enjeu pour ces deux hommes.
Un enjeu de taille pour qui cherche, à travers la domination de l’autre, celui du monde. »

*

Je ne connais pas le roman dont est tirée cette BD mais même si je l’ai empruntée par hasard j’ai trouvé qu’il y avait un vrai univers dans cet album : un univers noir et violent de la mer dans ce qu’elle a de plus terrible!

Humphrey Van Weyden, un homme de bonne famille n’ayant rien à voir avec le monde de la mer, survit à un naufrage en étant recueilli par l’équipage du bateau de Loup Larsen un capitaine vraiment effrayant qui est violent verbalement et physiquement et qui mène son équipage par la terreur. Et il découvre qu’en fait, Loup Larsen n’a aucune intention de le ramener à San Francisco mais de le garder avec lui car il a besoin de quelqu’un dans son équipage pour aller jusqu’au Japon…

S’en suivent des aventures plus proches de la piraterie que de la navigation commerciale, vraiment rude humainement comme au niveau des éléments.

Je ne peux pas dire que j’ai adoré cette BD car le sujet ne m’a pas particulièrement passionnée mais je dois reconnaitre que les dessins sont vraiment réussis!

A lire si les aventures en mer vous plaisent!

Catégorie « animal »

La petite dernière : Susie Morgenstern

Résumé de l’éditeur : Les PETITES dernières veulent aussi faire de GRANDES choses ! La petite Susie grandit dans les années 50, à Newark aux États-Unis, dans une famille juive de trois enfants. De trois filles plus exactement : Sandra, Effie et elle, Susie, la « petite dernière ». Et c’est son grand drame d’être la troisième. Seules ses aînées se voient confier de véritables missions par leur mère : préparer les légumes, mettre la table… Elle, elle n’est même pas digne d’éplucher les patates, elle doit se contenter de faire ses devoirs ! Et ses sœurs prennent toute la place : Sandra est « la plus jolie », Effie « la plus drôle ».Que lui reste-t-il de spécial ?

*

J’avais vu passer la version BD de ce texte sur internet et quand j’ai vu le roman à la médiathèque je me suis dit que je tenterai bien cette lecture jeunesse.

Ce n’est pas un roman mais le témoignage sur la jeunesse de l’autrice Susie Morgenstern. C’est le récit de sa vie avec ses deux soeurs adorées et ses parents qui sont une famille simple mais pleine d’amour et de joie.

Susie est la petite dernière et elle admire beaucoup ses deux grandes soeurs et elle raconte ses souvenirs de vie avec elles. C’est aussi l’occasion de montrer la vie à Newark dans une famille juive dans les années 1950.

C’est une lecture plaisante qui pourra plaire aux jeunes lecteurs et aux adultes aussi. En avant propos, Susie Morgenstern raconte qu’elle qui a toujours écrit tous ses romans en français n’arrivait pas à raconter son histoire en français et elle a eu besoin de repasser par l’anglais pour pouvoir rendre ses souvenirs plus naturellement et j’ai trouvé cette information très intéressante!

Séries Netflix américaines : « The Sinner » et « Unbelievable ».

En 2013, pour un challenge américain (qui n’était pas « Le mois américain » à l’époque), j’avais fait un billet où je parlais de quelques séries américaines que j’aimais et ce qui est amusant c’est que cette année, j’ai Netflix et j’ai regardé l’intégrale de « Friends » et je suis en plein milieu de l’intégrale de « The Big Bang Theory », et Mrs B, ma « coach séries » m’a parlé récemment de « New Girl » et je me demande si je ne vais pas la regarder aussi et ce sont trois séries dont je parlais dans ce billet!

Cet été j’ai regardé la séries « The Sinner » qui se présente sous la forme de 3 saisons, indépendantes les unes des autres, le point commun étant un policier et une ambiance très psychologique et étrange.

(Résumé copié sur Wikipédia) :

Saison 1 : Une jeune mère commet un assassinat sans savoir pourquoi. Le lieutenant Ambrose va chercher à déterminer l’origine de ses accès de violence en fouillant dans son passé.

Saison 2 : L’enquêteur Harry Ambrose fait face à un autre cas dérangeant : un garçon de treize ans aurait volontairement assassiné ses parents.

Saison 3 : dans la troisième saison, Ambrose enquête sur un accident de voiture mortel dans le nord de l’État de New York et découvre derrière cet accident un cas beaucoup plus important et inquiétant.

J’ai beaucoup aimé la saison 1 et 2 que j’ai trouvé vraiment addictive mais j’ai un peu moins aimé la 3e saison, une peu trop « psychologique ».

Et la 2e série américaine que j’ai regardée et aimé est « Unbelievable« .

Cette série est basée sur une histoire vraie. Une jeune fille est violée dans son appartement. Les policiers qui enquêtent émettent des réserves sur la véracité du viol en raison de la situation sociale de cette jeune femme.

En parallèle, deux enquêtrices se rejoignent sur deux enquêtes différentes sur des viols et elles cherchent à faire le lien et découvrir si ce sont des crimes en série.

C’est vraiment une série très prenante, encore plus parce que c’est une histoire vraie et c’est vraiment très bien joué!

Je remercie mon amie Mrs B qui est ma référence en matière de séries (c’est à cause d’elle que je me suis couchée si tard ces derniers temps 😉

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est AM-JKLVftJUmN4kBgTDScLvT0qLl-vOXeg7ntXmHW9TpoLgxaqBfs1CdWX9D0LiCDlLj6UuPxL6RufC5mTUs7AHwVicBluDdYtLTb5N-Ou-87onSbA2Ogvniu830_oeb4S2EG0gkLd0gZ9LDi--wyex575MFdw=w587-h500-no

Où va le blog cette semaine?

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est newsletter-oc3b9-vous-emc3a8ne-le-blog-cette-semaine.jpg

Où va le blog cette semaine?

La rentrée est comme toujours fatigante et entre le boulot et les contrariétés liées au collège de Bastien (une sombre histoire d’options qui avaient été accordées et qui ne sont plus possibles) je n’ai pas trop eu la tête à lire… Mais j’ai changé de lecture en cours (sans pour autant l’abandonner) pour ne pas tomber dans une panne de lecture. J’ai oublié de poster ce billet samedi, ce qui montre que j’ai un peu la tête ailleurs 😉

Quel est le programme cette semaine?

Aujourd’hui, dimanche 12 septembre, je vous donne mon avis sur « La maison des Hollandais ».

Mardi 14 septembre, il y aura un billet sur un roman jeunesse : « La petite dernière ».

Jeudi 16 septembre, je vous présenterai une BD : « Le loup des mers ».

Vendredi 17 septembre, si tout va bien pour verrez la mosaïque du 9/9 à 9h09 et/ou 21h09 (et si vous avez pris une photos, n’oubliez pas de me l’envoyer à ennalit@gmail.com!

Et enfin, samedi 18 septembre, ce sera le traditionnel billet des petites phrases de Bastien!

En ce moment, avec les yeux, je suis en train de lire « Partis sans laisser d’adresse » de Susin Nielsen et avec les oreilles, j’audiolis « Seule en sa demeure » de Cécile Coulon (lu par Rachel Arditi). Ma prochaine lecture papier sera « Formica » et « Open Bar T1 » de Fabcaro et ensuite je lirai le livre tiré au sort au Book Jar « The Risk of Darkness » (Au risque des ténèbres) de Susan Hill et ma prochaine lecture audio sera « Hamnet » de Maggie O’Farrel (lu par Sarah Biasini.)

Je vous souhaite une bonne semaine et de belles lectures à tous! A bientôt!

La maison des Hollandais : Ann Patchett

L’histoire est une saga familiale qui fait des allers-retours dans le passé mais c’est une famille un peu particulière car elle est composée principalement de deux membres -un frère et une soeur- que l’on va suivre de leur jeunesse jusqu’à l’âge adulte. Mais plus original encore, un des « membres » essentiels de cette famille est la maison d’enfance de ces enfants qui va être réellement au centre de l’histoire, comme le titre le laisse supposer.

Danny et Maeve Conroy ont grandi dans ce que tout le monde appelle « La maison des Hollandais », une magnifique demeure ayant appartenu autrefois à un couple de Hollandais dont les portraits sont encore dans la maison. Leurs parents sont très différents l’un de l’autre. Leur père adore la maison et y tient beaucoup, leur mère, elle, ne l’aime pas et une certaine fragilité psychologique lui fait quitter la maison plusieurs fois puis une dernière fois définitivement, abandonnant également ses deux enfants. Ils vivent sans elle, avec leur père, épaulé par du personnel aimant, jusqu’à ce qu’il se remarie avec une femme qui a déjà deux petites filles.

Maeve est alors déjà une jeune adulte, étudiante à New York, mais Danny, plus jeune est encore à la maison à Philadelphie. Andrea, leur nouvelle belle-mère semble surtout intéressée par la maison et n’a aucune intention de s’impliquer auprès des enfants de son nouveau mari. A la mort inattendue de ce dernier, elle va d’ailleurs les chasser tous les deux de la maison mais aussi les couper de tout ce qui appartenait à leur père, sauf un fond prévu pour les études de Danny que Maeve va pousser à utiliser au maximum en lui faisant faire les études de médecine les plus longues possibles.

C’est vraiment très dur pour Maeve d’accepter cette trahison et elle qui vit encore à Philadelphie, va toujours être attirée par la maison et venir régulièrement l’observer depuis sa voiture, avec Danny quand il est là, même si elle n’a aucun contact avec sa belle-mère.

On va suivre Maeve et Danny quand ils grandissent, avec leurs différentes relations, amoureuses, familiales, on va aussi revenir sur leur passé, dans la petite enfance et plus grands et aussi en savoir plus sur leur mère et leur belle-mère.

J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman, je ne suis pas passée loin du coup de coeur et j’ai d’ailleurs acheté depuis un autre livre de l’autrice, en anglais cette fois, car j’ai beaucoup aimé la plume et la fluidité de l’écriture.

J’ai aimé tout le traitement psychologique des personnages qui ne sont pas du tout manichéens, on les voit évoluer, on perçoit comment le passé et le présent les influencent et on voit l’importance des relations familiales. J’ai trouvé la relation de Danny et Maeve vraiment touchante, elle est empreinte d’un certain sens du sacrifice qui va influencer toutes les relations qu’ils auront avec les autres.

Repéré chez Les Bibliomaniacs (merci du bon conseil!)

Catégorie animal (= un lapin)
Etats-Unis