Caché dans la maison des fous : Didier Daeninckx

Résumé de l’éditeur Bruno Doucey : « 1943, asile de fous de Saint-Alban en Lozère. Deux psychiatres organisent la résistance à l’embrigadement des fous et à leur négation. L’un, Tosquelles, a fui l’Espagne franquiste ; l’autre, Bonnafé, communiste, est un ami des surréalistes. Ils cachent les résistants blessés de la région. Ils y accueillent une jeune fille juive résistante, Denise Glaser, en même temps que le poète Paul Éluard et sa compagne Nusch. Éluard y passe huit mois, avec cette double menace de l’enfermement des êtres et de l’enfermement du monde dans la barbarie, cette double résistance à la normalité et à la folie. Dans cet hôpital, où l’on favorise le surgissement de ce que l’on nommera plus tard l’art brut, le poète-résistant découvre, sous le regard fasciné de Denise, comment la parole des « fous » garantit la parole des poètes. Une plongée vertigineuse à laquelle nous convie Didier Daeninckx. »

*

J’ai découvert ce roman lors de la rencontre avec Didier Daeninckx où il nous avait parlé de la genèse de ce court roman et de l’importance pour lui de la poésie, de la psychiatrie et de l’art qu’il a voulu évoquer dans son texte.

Pas facile de raconter cette histoire car c’est un texte court mais très intense et très riche et et c’est pour cela que je vous recopie le résumé car il est très complet et que ce n’est pas l’essentiel.

C’est un roman qui permet en filigrane de parler de personnes qui ont sauvé d’autres personnes en les cachant pour les sauver des persecutions dues à des croyances politiques ou religieuses en ces temps de guerre mais aussi montrer une vraie bienveillance envers les « fous », les patients de cet asile où les médecins et les soignants essaient de traiter le mieux possible pour qu’ils ne meurent pas de faim comme dans tant d’autres establishments mais aussi leur apporter de l’art, de l’art brut.

Une jolie découverte que je vous recommande.

La photo du 12/12 à 12h12 (trop tard pour 00h12!)

Nous sommes le jeudi 12/12  : n’oubliez pas de prendre la photo à 12h12 (trop tard pour 00h12, c’était cette nuit!)

Il suffit de mettre une alarme sur son téléphone, un réveil dans la maison, un post-it en évidence, en parler autour de vous et de tous prendre une photo en même temps!

Et pensez à m’envoyer votre photo à ennalit@gmail.com en racontant ce que vous faisiez (pensez aussi à me donner votre pseudo et si vous avez un blog pour le recap’, précisez aussi à quel moment de la journée c’était, nuit ou jour), dans les 2 ou 3 jours qui suivent maximum. Je les envoie à Steff qui concocte une mosaïque et on vous met ça en ligne très vite!

Envoyez moi vos photos jusqu’au 19 décembre pour que je puisse les envoyer à Steff et que je puisse les mettre en ligne le 21 décembre.

A plus tard pour ma/mes photo!

Tirage au sort du Book Jar

Vous avez été 2 21 à avoir répondu à l’appel pour m’aider à piocher une prochaine lecture issue de ma PAL de plus de 6 mois (hors livres réservés pour des mois thématiques) en me donnant un chiffre entre 1 et 11 dans les commentaires ou sur la page Facebook du blog. Merci à tous de votre participation!

J’ai noté tous ces chiffres et les titres correspondants et j’ai fait le tirage avec Bastien

Un Bookface masculin /féminin avec la participation de L’Homme (et vu le sujet du roman, je suis assez contente de moi!)

C’est donc le numéro 10 : « Point cardinal » de Léonor de Récondo qui est dans ma PAL depuis juin 2019 quand je l’ai acheté suite à une rencontre avec l’auteure et qui a été proposé par Didingc et Alexielle (merci d’avoir participé!)!

Je vais le lire pour le 12 janvier! Si vous voulez le lire avec moi, n’hésitez pas!

Vous faites quoi demain le 12/12 à 00h12 (cette nuit!) et/ou à 12h12 ??

Moi?

Le 12/12 à 00h12 (cette nuit!) et/ou à 12h12,  je prendrai une photo de ce que je suis en train de faire. (enfin, pour 00h12… ce n’est pas sûr!)

Vous aussi, prenez une photo de ce que vous êtes en train de faire, du lieu où vous êtes, des gens qui vous entourent (on n’est pas obligé de voir votre tête), ce que vous voulez !

Il suffit de mettre une alarme sur son téléphone, un réveil dans la maison, un post-it en évidence, en parler autour de vous et de tous prendre une photo en même temps!

Pas besoin de s’inscrire à l’avance ni même de nous connaître avant, pas besoin d’avoir un blog et si vous en avez un, vous n’êtes pas obligés de faire de billet : le but c’est de se dire qu’au même moment on a tous appuyé sur le déclencheur! Plus on est de fous, plus la mosaïque sera grande 😉

Il suffit ensuite soit de m’envoyer un lien sur le blog ou de m’envoyer votre photo à ennalit@gmail.com en racontant ce que vous faisiez (pensez aussi à me donner votre pseudo et si vous avez un blog pour le recap’, précisez aussi à quel moment de la journée c’était, matin ou soir), dans les 2 ou 3 jours qui suivent maximum. Je les envoie à Steff qui concocte une mosaïque et on vous met ça en ligne très vite!

Si vous êtes partant, n’hésitez pas! A demain j’espère! 😉

Une histoire des abeilles : Maja Lunde (Lu par Caroline Tillette, Vincent Ropion, François Hatt)

Résumé de l’éditeur : « Angleterre, 1852. Père dépassé et époux frustré, William a remisé ses rêves de carrière scientifique. Mais la découverte de l’apiculture réveille son orgueil déchu : décidé à impressionner son unique fils, il se jure de concevoir une ruche révolutionnaire.
Ohio, 2007. George, apiculteur bourru, ne se remet pas de la nouvelle : son unique fils s’est converti au végétarisme et rêve de devenir écrivain. Qui va donc reprendre les rênes d’une exploitation menacée chaque jour un peu plus par l’inquiétante disparition des abeilles ?
Chine, 2098. L’Effondrement de 2045 a laissé la planète exsangue. Comme tous ses compatriotes, Tao passe ses journées à polliniser les fleurs à la main. Pour son petit garçon, elle rêve de l’avenir réservé à l’infime élite. Seulement, un jour, Wei-Wen tombe dans le coma après s’être aventuré seul dans une forêt… Afin de comprendre ce qui est arrivé à son fils, Tao se plonge aux origines du plus grand désastre de l’humanité.« 

*

Je vous donne le résumé de l’éditeur pour vous situer la construction et les différentes époques que ce roman traverse même si quand je l’ai vu, ça m’avait un peu faire peur ce mélange de passé-présent-futur. Et pourtant, dès que j’ai commencé ma lecture j’ai vraiment aimé.

Tout d’abord, les chapitres alternent les histoires de trois personnages à différentes époques et tous ont un lien avec les abeilles. Tao, qui vit en Chine en 2098, connait un monde dans lequel les abeilles ont disparu et des ouvrières doivent polliniser les arbres fruitiers à la main. Le monde tel que nous le connaissons a été anéanti avec la disparition des abeilles. Elle met beaucoup d’espoir sur l’avenir de son fils pour qu’il puisse connaitre les études qu’elle a eu la chance exceptionnelle de pouvoir faire. Quand son petit garçon tombe gravement malade, elle va mener une quête pour comprendre pourquoi le gouvernement cherche à lui cacher ce qui lui est arrivé…

George, lui est un apiculteur dans les années 2000 aux Etats-Unis, un agriculteur qui vient d’une famille d’apiculteurs, presque un artisan avec son exploitation à taille humaine. Il aime son métier et ses abeilles mais il va connaitre un changement radical quand les abeilles commencent à disparaître dans les ruches aux Etats-Unis sans explication scientifique. Il doit aussi accepter que son fils veuille devenir journaliste et pas reprendre son exploitation.

William est un scientifique amateur au 19e siècle, en pleine depression. Il est passionné par les abeilles et ce qui le sort de sa léthargie c’est de de partir dans la création de ruches modernes, pour observer les abeilles. Contre toutes attentes, il partage sa passion avec sa fille et même s’il ne gagne pas de notoriété car ses découvertes ont été aussi faites par d’autres, il a malgré tout déclenché quelque chose chez sa fille.

Les personnages sont vraiment bien écrits, ils sont à la fois attachants ou exaspérants et si au début on ne voit pas le lien entre les 3 personnages, à part les abeilles,  il y en a bien pourtant un, à la fin,.

J’ai trouvé ce roman passionnant, j’ai aimé les thématiques : l’écologie et l’importance des abeilles pour l’ensemble de la société et des destins de personnages assez ordinaires qui sont vraiment très humains et les relations familiales ou plus exactement les liens entre des parents et des enfants, la transmission, l’échange.

J’ai plusieurs collègues qui ont des ruches et je leur ai déjà conseillé mais je le conseille aussi à tous ceux qui s’intéressent à l’écologie!

J’ai beaucoup aimé la version audio à trois voix pour chaque personnage.

 Chez Sylire

 chez Cryssilda (Norvège)

catégorie « lecture »

Gâteau suédois aux pommes, à l’amande et à la cardamome

Je n’ai pas trouvé le vrai nom de ce gâteau, apparemment, il est souvent appelé « kardemummakaka » (gateau à la cardamome) mais ça pourrait aussi être « äppelkaka » (gateau à la pomme) ou « mandelkaka » (gateau à l’amande) en suédois! Si quelqu’un connait le vrai nom!

Ingrédients
  • Environ 6-7 graines de cardamome verte
  • 4 cuillères à soupe de sucre
  • Chapelure
  • Sucre glace
  • 65 g de farine
  • 2 œufs
  • 200 g de poudre d’amande
  • 100 g de beurre demi-sel (margarine vegan avec une pincée de sel pour moi)
  • 2 pommes (4 petites pommes pour moi)
Préparation
  • Préchauffer le four TH 6-7
  • Ouvrir les graines de cardamome et retirer les graines noirs pour les écraser (moi je les ai mixées dans mon mixeur à herbes avant de les écraser)
  • Mettre les graines de cardamome écrasées dans un bol et mélanger avec 2 cuillères à soupe de sucre et les pommes épluchées et coupées en dés.
  • Dans un autre bol mélanger la poudre d’amande avec le beurre ramolli et en cubes (comme pour un crumble). Mélanger avec une fourchette jusqu’à avoir un pate lisse.
  • Ajouter les oeufs un à un en mélangeant.
  • Ajouter la farine et le reste du sucre et bien mélanger.
  • Beurrer le moule à cake et parsemer les bords de chapelure.
  • Verser la pâte dans le moule et déposer le mélange pommes cardamome sur le dessus.
  • Faire cuire 45-55 min.
  • Laisser refroidir dans le moule avant de démouler et parsemer de sucre glace.

 Les gourmandises en cuisine chez Syl

 chez Cryssilda

Les tags d’Enna : « Des livres pour quelqu’un pour Noël… » (Et une recette et le tirage au sort du Book Jar)

(Cliquez sur l’image pour trouver tous les tags du rendez-vous)

Je me suis rendue compte qu’à mes débuts de blog entre 2008 et 2010, il y avait beaucoup de tags, ces questionnaires qui permettaient aux uns et aux autres de mieux se connaître! Avec ce nouveau rendez-vous tous les 8 de chaque mois, je vous proposerai chaque mois un nouveau tag.

Vous pourrez d’abord découvrir des choses sur moi en lisant le tag mais ceux qui suivent ce blog depuis un moment savent que j’aime les rendez-vous où on partage des choses alors je vais vous faire participer 😉 Je taguerai donc quelques blogueurs pour qu’ils répondent au même tag chez eux ou dans les commentaires mais je propose que chacun se sente libre de répondre à ces tags dans les commentaires ou sur leur blog (ou sur Facebook ou Instagram!)

Les règles du jeu sont 1) répondre aux questions, 2) taguer quelques personnes 3) les prévenir qu’elles sont taguées 4) aller lire leurs réponses à ces mêmes questions!

Des livres pour quelqu’un pour Noël…
1) Un livre pour quelqu’un qui veut de la poésie…

Brown Girl Dreaming : Jacqueline Woodson

2) Un livre pour quelqu’un qui veut du féminisme…

Les heures rouges : Leni Zumas

3) Un livre pour quelqu’un qui veut garder son âme d’enfant…

Capitaine Rosalie : Timothée de Fombelle et Isabelle Arsenault

4) Un livre pour quelqu’un qui s’intéresse aux différences des autres…

La différence invisible : Julie Dachez et Mademoiselle Caroline

5) Un livre pour quelqu’un qui veut rire ou sourire…

Et si l’amour c’était aimer? : Fabcaro

6)  Un livre pour quelqu’un qui veut de l’émotion…

Avec toutes mes sympathies : Olivia de Lamberterie

7)  Un livre pour quelqu’un qui veut frissonner…

Lumière noire : Lisa Gardner

8)  Un livre pour quelqu’un qui veut de l’histoire avec un grand H…

L’art de perdre : Alice Zeniter

9)  Un livre pour quelqu’un qui veut de la nature…

Dans la forêt : Jean Hegland

10)  Un livre pour quelqu’un qui veut aller dans la jungle urbaine…

Giant T1 et T2 : Mikaël

11)  Un livre pour quelqu’un qui veut de l’amour / de la passion…

Appelle-moi par ton nom / Plus tard ou jamais (Call me by your name) : André Aciman

12)  Un livre pour quelqu’un qui veut veut lire sur les livres…

Les Passeurs de livres de Daraya -Une bibliothèque secrète en Syrie : Delphine Minoui

*

Pour ce tag «  »Des livres pour quelqu’un pour Noël… » (vous pouvez évidemment l’adapter!) : je tague Amandine, Coralie, Eva, Léo … Et tous ceux qui souhaitent jouer!

*

Et pour accompagner la lecture de ce tag et réfléchir à vos propres réponses, voici un recette pour le mois nordique : un gateau suédois aux pommes, à l’amande et à la cardamome (cliquez pour trouver la recette!)

*

Enfin, le « Book Jar »  aidez moi à choisir le prochain livre issu de ma PAL à être photographié en train d’être lu. Ce mois-ci je vous demande de me donner un chiffre entre 1 et 11 pour me permettre de choisir un livre de ma PAL de plus de 6 mois dans les commentaires ou sur la page FB du blog!

Où va le blog cette semaine? (Et je réponds au tag de Brize sur mes séries préférées!)

Où va le blog cette semaine?

Je ne me sors pas des corrections et du boulot et du coup je n’avance pas beaucoup dans les lectures (sauf les lectures audio car j’ai dû me remettre à la peinture dans la nouvelle maison!) mais aujourd’hui, je me fais une petite journée entre copines pour faire une pause 😉

Alors quel est le programme de la semaine?

Demain, dimanche 8 décembre, vous trouverez le rendez-vous des Tags d’Enna avec un tag que j’ai appelé « Des livres pour quelqu’un à Noël ». Il y aura aussi le tirage au sort du Book Jar et une recette de gâteau aux pomme, à l’amande et à la cardamome suédois pour « Décembre Nordique » de Cryssilda.

Mardi 10 décembre, je vous parlerai de « Une histoire des abeilles » en audi (un coup de coeur).

Mercredi 11 décembre, il y aura le tirage au sort du Book Jar. Et aussi le rappel J-1 pour la photo du 12/12 à 00h12 et / ou 12h12.

Jeudi 12 décembre, ce sera le rappel Jour J pour la photo du 12/12 à 12h12 (trop tard pour 00h12).

Je vous donnerai aussi mon avis sur « Caché dans la maison des fous ».

Et enfin, samedi 14 décembre, vous pourrez lire deux billets pour deux romans jeunesse / jeunes adultes : « Entre Dieu et mo, c’est fini » et « Les filles du Nord ».

En ce moment, avec les yeux, je suis en train de finir le roman jeunesse « Les filles du Nord » de Mélody Gornet (gagné chez Babelio) et avec les oreilles j’audiolis « Amelia » de Kimberly McCreight (lu par lu par Laëtitia Godes). Je n’ai pas encore choisi mes prochaines lectures mais elles seront piochées dans ma PAL!

Bonne semaine et belles lectures à tous! A bientôt!

Et en attendant de vous retrouver sur le blog, je réponds au tag de Brize sur mes séries préférées!

Alors, je ne suis pas très séries, j’ai du mal à me poser avec régularité devant la télé et je n’ai pas (encore) Netflix alors je ne suis pas très au point  😉 La plupart des séries que j’ai regardé je l’ai fait en DVD 😉

Alors  si je remonte à 20 ans ou plus, j’étais une grande fan de « Urgences » (bon, les plus jeunes ne savent même pas ce que c’était 😉

J’ai aussi adoré « Broadchurch » :

(Cliquez sur la photo pour voir un article sur le blog)

Je suis aussi une fan de « Downton Abbey » qu’on ne présente plus!

(Cliquez sur la photo pour voir un article sur le blog sur mes 5 personnages préférés)

Et pour rejoindre Brize, je citerai aussi la série « Borgen« 

(Cliquez sur la photo pour voir un article sur le blog)

Merci Brize d’avoir pensé à moi! Je propose que vous repreniez ce tag chez vous ou en commentaires si vous voulez nous parler de vos séries préférées et me conseiller des séries si je prends Netflix un jour 😉

La terre des mensonges (lu par Ludmila Ruoso) T1 et La ferme des Neshov T2 : Anne B. Ragde

Pour commencer, ces deux romans sont les deux premiers tomes d’une trilogie connue sous le nom de « La trilogies des Neshov », le 3e tome étant intitulé « L’Héritage impossible » (Trilogie augmentée ensuite de deux titres « L’Espoir des Neshov » et « Un amour infaillible »). J’ai lu le premier tome dans une version audio et le deuxième tome en version papier et je vais être tout à fait franche et vous dire que je ne lirai pas la suite!

De quoi s’agit-il?

En Norvège, Tor, vit avec sa mère, une vieille femme qui gère tout avec un père mis à l’écart presque invisible. L’hospitalisation imprévue de la mère va obliger Tor a reprendre contact avec ses deux frères perdus de vue depuis des années et se rapprocher de Torun, la fille qu’il a eu 35 ans auparavant. Tor s’occupe de l’élevage de porcs de la ferme familiale, Margido est responsable d’une entreprise de pompes funèbres, Erlend est décorateur de vitrines à Copenhague et Torun est une assistante vétérinaire spécialiste comportementale des chiens. Ils ont chacun leurs personnalités : Tor est très introverti, très attaché à sa mère et au passé et a une passion pour ses porcs qui sont ses seuls amis, Margido est assez solitaire et austère, très sérieux, Erlend, le plus jeune frère de 40 ans, est un homosexuel flamboyant qui vit avec son compagnon depuis 12 ans… Ils sont très différents et doivent apprendre à vivre ensemble pendant un moment après la mort de leur mère.

Dans le deuxième tome, c’est toujours pareil, mêmes personnages, même difficulté à communiquer, même présentation de vies différentes… Dans ce tome, Torun vient vivre avec son père à la ferme car il s’est blessé et elle qui était une femme indépendante devient un peu la bonne à tout faire de la ferme et subit la frustration de son père qui ne peut plus travailler avec ses porcs…

A vrai dire si je ne fais qu’un seul billet pour les deux romans c’est que j’ai un peu eu l’impression de lire le même roman… Bon, c’est normal, me direz vous, c’est une suite… Mais en fait, ce que je veux dire, c’est que j’ai trouvé que l’auteur aurait pu écrire un seul roman avec ces deux là (et peut-être même les trois de la trilogie) si elle avait été plus droit au but et éviter tant de digressions et des pertes de temps car j’ai trouvé que les deux romans étaient très lents à démarrer et avec beaucoup d’éléments qui m’ont paru inutiles, parfois caricaturaux et répétitifs aussi…

Si j’ai lu le 2e tome après mon impression mitigée du 1er c’est parce que l’auteur finit sur un twist vraiment marquant mais on en reparle à peine pendant tout le 2e roman, cette information cruciale est intégrée par tous les personnages et ne semble pas si importante… Et le 2e tome finit aussi par une information marquante… Mais je ne me laisserai pas avoir deux fois!

J’ai apprécié les passages qui concernait la ferme et le personnage de Tor que j’ai trouvé très touchant avec le mal-être et l’isolement de l’agriculteur, avec son réel intérêt pour ses bêtes, sa peur du changement. Par contre, j’ai trouvé que l’auteur a voulu aussi faire un peu un roman humoristique avec le personnage caricatural d’homosexuel snob et égoïste d’Erlend qui m’a exaspéré et celui de Margido, moralisateur froid et un petit côté « chick litt » avec la relation que Torun avec un jeune homme dans le 2e tome…

Ca part dans tous les sens, on se perd dans des détails inutiles et inintéressants des vies des uns et des autres : les figurines en cristal de Erlend, des procedures d’enterrement, les conférences sur les chiens de Torun… Mais par contre, on entend à peine parler du secret de famille des Neshov qui est en fait censé être le coeur de l’histoire…

Bref, je me suis un peu ennuyée et je m’en veux un peu d’avoir poursuivi avec le 2eme et pourtant j’ai vu plein d’avis positifs alors je pense que je suis un peu passée à côté (sur Babelio, il y a beaucoup d’avis très positifs mais aussi quelques (rares) avis aussi négatifs que le mien, ce qui m’a rassuré 😉

 Chez Sylire

Norvège pour  chez Cryssilda

La vierge froide et autres racontars : Jørn Riel, Gwen de Bonneval et Hervé Tanquerelle

Résumé de l’éditeur : « Dans la première partie du XXe siècle, sur le vaste territoire du nord-est du Groenland, des trappeurs vivaient de la chasse et de la vente de peaux d’ours polaires, renards, phoques et autres gibiers… De son séjour dans les années 50 auprès de ces trappeurs, Jørn Riel a rapporté ses désormais célèbres Racontars. Selon lui, un racontar, « c’est une histoire vraie qui pourrait passer pour un mensonge. À moins que ce ne soit l’inverse ».

Une oeuvre d’une grande humanité où le burlesque et l’absurde se mêlent à la poésie et l’aventure !

Les fabuleux récits de Riel enfin adaptés en bande dessinée ! »

*

Le choix des mots « Burlesque et absurde » dans le résumé de l’éditeur ainsi que la citation de Jørn Riel sont très appropriés à cet album. C’est un univers complètement improbable d’hommes qui vivent dans des conditions géographiques et climatiques qu’on ne peut même pas imaginer et qui ont constitué une micro société pour traverser l’hiver dans la nuit où ils connaissent de grands moments de solitude et d’isolement mais qu’ils aiment malgré tout.

Leurs histoires, qu’elles soient absolument véridiques ou quelque peu imaginaires relèvent souvent du conte et des légendes et elles sont vraiment cocasses! Les dessins participent totalement au récit et les personnages assez caricaturaux sont pourtant aussi très réalistes!

J’ai passé un bon moment de lecture avec le sourire aux lèvres et j’ai eu l’impression de voyager dans un univers où je n’aurais jamais envie d’aller dans la vraie vie 😉

Vous pouvez voir quelques planches ici!

  chez Stephie

 chez Cryssilda (Danemark)