From the dead : Mark Billingham

Le prologue du roman nous apprend qu’un homme fait exécuter quelqu’un en le faisant passer pour lui. Puis la suite de l’intrigue se passe 10 ans plus tard.

Donna Langford vient de sortir de prison après avoir été condamnée pour avoir commandité l’assassinat de son mari et elle fait appelle à une agence de détectives privés car elle a commencé à recevoir des photos du mari qui est censé avoir péri à cause d’elle et leur fille, qui avait été placée dans une famille et qu’elle n’avait pas revue, vient de disparaître.

Anna Carpenter, la jeune détective qui végète dans une agence qui s’occupe plus d’adultère qu’autre chose, prend l’affaire en main mais la police et l’inspecteur Tom Thorne sont aussi impliqués car les morts liées à cette ancienne affaire commencent à s’accumuler.

Ma maman m’a prêté après que je lui ai offert les Robert Galbraith car elle trouvait qu’il y avait des points communs et effectivement on peut voir des similitudes avec le personnage de Cormoran Strike et Tom Thorne mais même si j’ai apprécié ma lecture et que j’ai bien accroché ce n’est pas non plus inoubliable. Un bon polar pour les vacances.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est ACtC-3dt7ts_qwfyHuTXDm11pEPN6SIhLyjuk3V8cA_4yJDCVYz5ZDEOQt4VajBcPIxGgIEA5ycwVrxm1XNFvaHJwHkCa2PkQMxAOGbEsHIp6usEdT_m4r2BKLI4hg4qPaft00c6VKLoGhSn0D5kjVaD3rMnkw=w519-h778-no

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est ACtC-3e1EgtkIAKa7-53jjHJIU6-sFYmWH8ml6PG8EGz5wm7Omixny1idKPLH0ZeUC_MoOoe2I4pJ709Rf7yMQzzs3Yi1lzyKQ1d3t5ekX3waobymwfp3EhhxZxnF6dUecK1aZ3QMHyNJ2YJO3GKwGaU_vss=w550-h363-no
par ma maman
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est ACtC-3cDmmo-8u3_uJz8_gmb9Y9lMP606JcZCWE1TPLzVjIBo2pqTxldQ_q53B6FnkMc0ebCXzZuTa8DMjG2UI-jzs8lQP9CVtESzCfYXuXb7Jcgc0bL-Qu_AOFUf1ZEz-bg0RP2--ZqCx-6NCIL-MDRgIYA=w400-h226-no

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est ACtC-3eGp25-x3H8wCFuw31rLviz7UnMNbxb1geV3p5JWSgI9NJZgmaywMt3y7EwYkl7VC5SaDvyOMJ_68D276QMvQg1f4f4Zs1Y3JzyczH-Gr4nKB0Gb0bik3kuhtkppE8NbXrqQcE39CGKbCe4yvnx0iJTMQ=w1307-h841-no
chez Lou et Hilde

Où va le blog cette semaine?

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est newsletter-oc3b9-vous-emc3a8ne-le-blog-cette-semaine.jpg

Où va le blog cette semaine?

Toujours en arrêt mais avec du soleil et j’ai vu des amies et je suis allée au cinéma alors ma vie a eu un petit goût de normalité!

Quel est le programme cette semaine?

Demain, lundi 14 juin, je vous donnerai mon avis sur le roman « From the dead ».

Mardi 15 ou jeudi 17 juin, il y aura la mosaïque du 6/6.

Mercredi 16 juin, il y auar un billet pour deux BD : les tomes 2 et 3 de la série jeunesse « Les quatre de Baker Street ».

Vendredi 18 juin , ce sera le rendez-vous des petites phrases de Bastien.

Samedi 19 juin, je vous proposerai un billet au sujet de quelques séries anglaises et un clin d’oeil à la famille royale anglaise pour le mois anglais.

Et enfin, dimanche 20 juin, il y aura un billet sur le roman à quatre mains avec Bastien sur « Le roi Arthur » pour une LC autour de Michael Morpurgo avec AlexielleLou et Nath Sci .

En ce moment, avec les yeux, je lis « 1984 » d’après George Orwell par Fido Nesti (pour le mois anglais) et comme c’est une BD dense et lourde par le sujet et par le livre en lui-même, je lis aussi « Poing levé » de Yaël Hassan et avec Bastien nous finissons « Le roi Arthur » de Michael Morpurgo en lecture du soir. et avec les oreilles, j’ai presque fini « Trois » de Valérie Perrin lu par Tess L’Auvergne. Mes prochaines lectures papier seront la BD « Retour à Killybegs » de Pierre Alary que j’ai empruntée à la médiathèque et « Disgrace » (« Disgrâce ») de J.M Coetzee qui vient d’être tiré au sort au Book Jar et normalement, ma prochaine lecture audio sera « Ces orages-là » de Sandrine Collette lu par Marie Bouvet.

Je vous souhaite un bon dimanche et une bonne semaine (la meilleure possible en tout cas!) et belles lectures à tous! A bientôt!

Incendiaire (Incendiary) : Chris Cleave

J’avais eu un coup de coeur pour « Et les hommes sont venus » de Chris Cleave et quand je suis tombée sur ce titre dans un « Charity shop » anglais en Bretagne, je n’ai pas hésité.

Ce roman prend la forme d’une longue lettre écrite par une jeune femme à un certain « Oussama »… Le destinataire de la lettre est Oussama Ben Laden car cette londonienne a perdu son mari et son fils de 4 ans lors d’un attentat terroriste orchestré par Ben Laden et qui a fait 1000 victimes lors d’une attentat à la bombe pendant un match de foot à Londres et elle lui écrit un peu comme une thérapie pour lui montrer le mal qu’il a fait..

Dans ce roman, dans cette lettre, la femme raconte sa vie d’avant, sa vie simple avec son petit garçon et son mari, sa culpabilité, car elle trompait son mari, et sa vie d’après : le désespoir, l’incompréhension et la difficulté à se reconstruire.

Le ton est assez particulier et intéressant car il y a évidemment des passages poignants et émouvants mais aussi un côté très décalé dans les relations que la femme va nouer avec l’homme avec qui elle a trompé son mari et la compagne de celui-ci avec des passages presque surréalistes et même des passages qui font sourire par le côté pince-sans-rire du personnage principal. A noter que je l’ai lu en anglais alors je ne sais pas si tout cela passe autant à la traduction.

C’est aussi un roman assez social puisqu’il montre les deux facettes de Londres : le quartier dans lequel elle vit est coupé en deux : très populaire avec ses HLM d’un côté (le monde auquel elle appartient) et des gens plus aisés qui s’y installent aussi, avec des revenus et des modes de vies plus élevés.

Ce qui est assez fascinant aussi, c’est que l’auteur a non seulement écrit ce roman AVANT l’attentat de 2005 à Londres mais qu’en plus, le roman devait sortir le 7 juillet 2005… le jour où l’attentat à la bombe a eu lieu dans des transports publics à Londres…

Dans le roman, l’auteur imagine une société de protection contre d’autres potentiels attentats, avec des privations de liberté, couvre-feu et interdiction pour les musulmans de travailler dans des emplois « sensibles »… cela fait froid dans le dos.

J’ai aimé ce roman qui montre la difficulté de surmonter la mort de son enfant, qui parle de la culpabilité et qui évoque une part très politique de la gestion des crises liés aux attentats. Et je dois dire que j’ai trouvé que l’auteur rentrait vraiment bien dans la peau son personnage féminin, au point d’oublier que ce n’était pas une femme qui avait écrit.

chez Cryssilda, Lou et Titine

Tirage au sort du Book Jar

Vous avez été 13 à avoir répondu à l’appel pour m’aider à piocher une prochaine lecture issue de ma PAL de plus de 6 mois en me donnant un chiffre entre 1 et 17 dans les commentaires, sur la page Facebook du blog ou sur la page Instagram. Merci à tous de votre participation!

J’ai noté tous ces chiffres et les titres correspondants et j’ai fait le tirage avec Bastien :

C’est donc le numéro 5 : Disgrace (Disgrâce) : J.M Coetzee qui est dans ma PAL depuis que je l’ai trouvé dans une boîte d’échange de livres en août 2020 et qui a été proposé par Agnès C, Light and Smell et Eva (merci d’avoir participé!)!

Je vais essayer de le lire pour le 12 juillet!  Si vous voulez le lire avec moi, n’hésitez pas!

Watership Down : Richard Adams

Dans cette histoire, les protagonistes sont des lapins qui vivent dans la campagne anglaise. S’ils parlent, ont leurs traditions et même leurs légendes, ils ne sont pas pour autant humanisés, et vivent vraiment comme des lapins. C’est assez étonnant car on oublie vite ce fait, c’est une situation qui est vraiment bien amenée et on y croit.

Dans une garenne, un lapin, Fyveer, a des visions et il est persuadé qu’un grand malheur va détruire la communauté. Son frère Hazel le croit et après avoir prévenu leur chef qui n’y croit pas, ils fuient avec quelques lapins. C’est là que commencent leurs aventures pour se créer une nouvelle vie en sécurité.

Tout d’abord en évitant les dangers, puis quand ils pensent avoir trouvé une nouvelle garenne accueillante, en apprenant qu’il faut se méfier des apparences. Quand ils trouvent leur lieu idéal, ils vont alors vivre encore d’autres aventures pour trouver des hases et mener une guerre assez terrible contre une autre garenne, qui est dirigée comme une dictature par un chef très violent.

Hazel est très malin et il a réussi à encourager ses camarades qui lui font confiance et même se lier d’amitié avec une mouette qui va les aider dans leurs combats.

Il y a beaucoup d’aventures, des contes et légendes du monde des lapins, des aspects qui se rapprochent de la mythologie, des grands principes sur la société humaine transposés au monde la nature et c’est très réussi. Il y a de l’aventure, de la violence, de l’amitié et c’est une ode à la nature.

Avant même que ce roman soit publié en France par Monsieur Toussaint Louverture je connaissais de nom car enfant j’avais vu le dessin animé chez ma grand-mère Britannique et c’est un classique de la littérature anglaise et donc dans mon esprit c’était un roman jeunesse. Je l’ai donc acheté pour Bastien l’année dernière car il aime beaucoup la série « La guerre des clans » qui raconte des histoires de bandes de chats. Il n’a pas fini « Watership Down » alors je me suis dit que j’allais le lire pour me faire ma propre idée.

Au risque de me faire taper sur les doigts, je vais commencer par deux remarques qui vont un peu à contre courant de ce que j’ai lu sur ce roman : pour moi, c’est un roman jeunesse/ado adapté aux adultes (je le conseille à partir de 12 ans pour les bons lecteurs) et si c’est un très bon roman, ça n’est pas non plus pour moi un « chef d’oeuvre ». Ce que j’ai aimé c’est qu’il y a vraiment de nombreux niveaux de lecture. Mais même si on peut y voir beaucoup de choses et l’interpréter avec un regard très adulte, j’ai lu un article en anglais qui m’a beaucoup intéressé (si vous lisez l’anglais je vous le conseille) dont voici un extrait qui cite les filles de Richard Adams :

« Est-ce que Stachys une allégorie de Stalin?’ ‘Est-ce que Hazel est Jesus Christ?’ Cela montre que les gens ont vraie connection avec l’histoire, ils y pensent sérieusement mais ça ne voulait rien dire pour papa. « N’importe quoi! » disait-il toujours. « C’est juste une histoire de lapins. »

Je vous conseille quand même vraiment ce roman sans avoir honte de penser que vous lisez un roman jeunesse (j’ai l’impression qu’en France, il est encore un peu difficile à admettre que la littérature jeunesse est une vraie littérature qui peut être lue par tout le monde !), vous y trouverez des personnages attachants et des situations vraiment variées et vous pourrez soit vous laisser porter par une « histoire de lapins » soit y trouver des correspondances avec notre monde et vous aurez raison dans tous les cas.

Voici la bande annonce du dessin animé que j’ai vu enfant :

Et une version plus moderne qui passe sur Netflix :

ou pas?
chez Cryssilda, Lou et Titine

Bakewell tart

Ingrédients :

  • 1 pâte sablée (moi je n’avais qu’une pâte brisée)
  • 4 cuillères à soupe de confiture de framboises
  • 120gr de beurre ramolli (ou margarine pour moi)
  • 100gr de sucre
  • 120gr d’amandes en poudre
  • 1 oeuf
  • 1 cuillère à café d’extrait d’amande (je n’en avais pas)

Glaçage :

  • 250gr de sucre glace
  • 1/2 cuillère d’extrait d’amande

Préparation :

  • Préchauffer le four à 200°C
  • Cuire la pâte à blanc pour 15min
  • Mixer le beurre et le sucre jusqu’à ce que le mélange soit homogène.
  • Ajouter l’amande en poudre, l’oeuf battu et l’extrait d’amande.
  • Quand la pâte cuite à blanc est un peu refroidie, recouvrir de confiture en l’étalant.
  • Etaler le mélange sucre/amande sur la confiture.
  • Cuire 25 mn puis laisser refroidir la tarte
  • Dans un bol, mélanger le sucre glace dans un bol avec 3 cuillères à soupe d’eau et l’extrait d’amande, mélanger progressivement jusqu’à l’obtention d’un mélange crémeux, un peu liquide mais encore épais (je n’en avais pas, j’ai remplacé par une cuillère à café de confiture de framboises).
  • Quand la tarte a refroidi, étaler le glaçage sur la frangipane (j’ai décoré avec des cerises confites mais j’aurais pu mettre des framboises)
  • Laisser refroidir, le glaçage va durcir.

Réaction de Bastien : « C’est grave bon! »

Les gourmandises en cuisine chez Syl
chez Cryssilda, Lou et Titine

chez Bidib et Fondant

J’inscris cette recette au challenge « Des livres en cuisine » car en faisant quelques recherches j’ai fait une découverte amusante! Dans le 2e tome de la série « Thursday Next » de Jasper Fforde (« Délivrez-moi! » en français et « Lost in a good book » en anglais), il y a une citation au chapitre31 où cette tarte est mentionnée dans la version anglaise pour faire un jeu de mot mais qui disparait dans la version française car le jeu de mot n’était plus possible 😉

“There was a day when one could honestly and innocently enjoy the sheer pleasure of a good sticky toffee pudding; when ice cream was nice cream and Bakewell tart really was baked well. Tastes change, though, and the world of the sweet has often been sour, having to go through some dramatic overhaulage in order to keep pace. Whilst a straightforward sausage and a common kedgeree maintain their hold on the nation’s culinary choices, the pudding has to stay on its toes to tantalise our taste buds. From low fat through to no fat, from sugar free through to taste free; what the next stage is we can only wait and see…’ CILLA BUBB. Don’t Desert Your Desserts”

La phrase anglaise joue sur le nom de la tarte (qui vient de la ville de Bakewell mais qui pourrait se traduire par « cuisine bien » et qui se traduirait mot à mot « où les « tartes de Bakewell étaient bien cuisinées » qui a été habilement traduit en français par « où l’on profitait réellement des profiteroles. »

Le carnet de bord d’Enna

Comme chaque année je vous propose un rendez-vous bloguesque qui sera en ligne tous les 8 de chaque mois. Cette année, je vous proposerai un rendez-vous que j’ai emprunté à Gambadou avec son accord. Il s’agit d’un journal de bord qui va bien avec le nom du blog « Enna lit, Enna vit! » où je parlerai de mes lectures du mois, de ma vie quotidienne et bloguesque et des pensées positives que j’aurais pu noter pendant le mois : mes positives vibes!

*

Toujours en arrêt / Toujours des soins / Toujours de la lecture / Impression d’être confinée et d’être limitée par la force des choses / Lassitude / Rendez-vous à l’hôpital, tout se passe bien mais mon arrêt est prolongé de 3 semaines car la cicatrisation est longue / J’ai terminé « The Crown » : je me sens orpheline / Faire ma première sortie pour le plaisir : aller à la médiathèque pour rendre et emprunter des livres / Faire un tea time chez mes parents / 15 ans de rencontre avec L’Homme / Une petite bière pour fêter ça : premier alcool depuis 3 semaines! / Aller chercher un Burger King pour faire plaisir à Bastien et le manger dans le jardin / Retrouver Didingc qui est venue me faire une petite visite : thé et papotage / Découvrir par hasard que les # ont leur importance pour être visible sur Instagram / Avoir un peu plus mal qu’avant : attention à ne pas vouloir aller trop vite dans la convalescence / Et puis en fait aller mieux : une journée ne fait pas l’autre! / Ma maman a un pacemaker et à 84 ans ce qui l’intéresse le plus c’est de savoir quand elle pourra rejouer au golf! / Je ne suis pas allée sur une terrasse le 19 mai mais j’ai acheté des chaussettes pour astien car les siennes étaient trouées et qu’avant je ne pouvais pas en acheter! / Prendre l’ordinateur sur le lit pour corriger de devoirs oraux faits avant le confinement que je n’avais pas fini pour raison de santé / Rentrer les compétences dans pronote / Ma maman et moi sommes toutes les deux heureuses d’aimer lire pendant notre convalescence! / Visite de ma copine Mrs B : ça fait du bien de voir du monde / Nouvelle série addictive sur Netflix : « The One » / Aller à la médiathèque et se casser le nez parce que c’était le samedi d’un long weekend / Prendre le thé chez mes parents et regarder des albums avec des photos de mes grands-parents / Regarder « Le Corniaud » avec Bastien et le duo De Funès-Bourvil fonctionne toujours / Quelle météo de merde d’octobre / Je dis au nouvel infirmier qui vient faire les soins que j’ai encore deux semaines d’arrêt et il me dit qu’il pense que ça sera un peu plus long que ça 😦 / Nouvelle série que j’ai beaucoup aimée sur Netflix : « After Life » / Aller au marché à pied et avoir l’impression de gagner en liberté / Visite de ma copine Séverine : thé dans le jardin et bonne rigolade / Deux mots de profs dans le carnet de Bastien pour se plaindre / Fruits de mer à la maison / Plus longue marche en ville et en profiter pour aller à la librairie et y acheter deux livres et à la médiathèque / Jouer au Uno avec Bastien et gagner 5 à 1 (et je n’en suis pas peu fière!) / Regarder « Enola Holmes » en VO avec Bastien / Visite de ma Best : après-midi dans le jardin à papoter et rigoler, ça fait un bien fou! / Se remettre un peu dans le bain du travail en commençant à remplir les bulletins / Premier dîner dehors / Remplir les bulletins pour rester dans le bain / RVD chez le médecin : mon arrêt maladie est prolongé de 2 semaines / Premières fraises achetées chez un producteur bio / Pas mal d’abandons de lectures / Revoir ma nounou et son mari chez mes parents : 88 et 91 ans! /Aller au cinéma pour la première fois depuis des mois / Le soelil revient et je savour de lire dehors avec eles oiseaux du jardin

*

  • Une anecdote : (Médicale) Il y a une élève infirmière qui est en stage dans le cabinet infirmier et je trouve ça chouette, d’autant qu’il y a 11 ans et demi quand Bastien est né, une élève infirmière s’occupait de nous à la maternité et une autre élève infirmière était aussi dans le cabinet infirmier quand j’avais des soins pour la suite de ma césarienne et j’aime beaucoup l’idée de participer indirectement à leur formation 😉 Par contre, dans la formation, il faudrait une petite note sur le parfum : un des infirmiers qui vient faire mes soins a un after-shave tellement fort que je suis obligée d’ouvrir la fenêtre quand il part car le parfum est persistant!

*

  • Recevoir le mail d’une élève qui prend de mes nouvelles et qui me dit que je manque au collège. Sachant que c’est une élève qui a du mal avec l’école et nous avons beaucoup travaillé sur la confiance avec elle, ça m’a particulièrement touché!
  • Gagner un livre au concours du mois belge!
  • Voir le film « Edmond » de Alexis Michalik et être sous le charme de ce film jubilatoire, en particulier si comme moi vous adorez « Cyrano de Bergerac ».
  • Etre mise à l’honneur dans un billet chez Notembule
  • L’Homme est rentré manger et il a rapporté un « gâteau du dimanche »
  • Plusieurs élèves m’ont envoyé des messages pour me dire que je leur manquais en cours, ça m’a beaucoup touché.

*

Et une petite recette à essayer ce mois-ci (cliquez sur la photo pour accéder à la recette.)

Enfin, le « Book Jar » :

Aidez moi à choisir le prochain livre issu de ma PAL que je vais lire. Ce mois-ci je vous demande de me donner un chiffre 1 et 17 pour me permettre de lire un livre issu de ma PAL de plus de 6 mois dans les commentaires ou sur la page FB du blog!

Qu’est ce que je faisais le samedi 6/06 à 06h06 et/ou à 18h06??

LE  06/06 à 06h06 : 

Je dormais!

LE  06/06 à 18h06 :

J’étais passée dire bonjour à ma copine Flo après avoir fait mon premier vaccin dans la ville à côté de chez moi et son fils a pris une 2e photo de nous donc avons deux participations!

Si vous avez joué, envoyez moi votre photo AVANT le 13 juin en racontant ce que vous faisiez (pensez aussi à me donner votre pseudo et l’adresse de votre blog si vous en avez un pour le recap’, précisez aussi à quel moment de la journée c’était, matin ou soir) à cette adresse :

 ENNALIT@GMAIL.COM

Je les envoie à  Steff qui concocte une mosaïque que vous trouverez sur le blog le 15 ou 17 JUIN si tout va bien! A bientôt!

Saison sèche (In a dry season) : Peter Robinson

Ce roman policier est le 10e avec l’inspecteur Alan Banks mais c’est mon premier avec ce personnage et cela n’est pas du tout gênant car on comprend très bien où il en est de sa vie, soit par des sous-entendus soit par des explications données au fil du roman.

Nous sommes dans le Yorkshire en plein été de canicule et il fait tellement chaud que le lac formé pour un reservoir au début des années 1950 s’est asséché et fait réapparaître le village de Hobb’s End qui avait été recouvert.

Un squelette est retrouvé par hasard dans une des ruines et l’enquête commence pour savoir quand il a été tué et surtout qui est la victime. C’est une enquête de cold case puisque le corps a forcément été enterré avant la disparition du village.

En parallèle, nous retournons dans le village dans les années 1940 pendant la guerre et nous suivons la vie d’une famille, une jeune fille et sa belle-soeur arrivée de Londres, les hommes sont partis au front et les soldats américains qui sont placés aux alentours du villages.

Evidemment, on se doute bien que les deux pans de l’histoire sont liés mais il y a dans les deux époques il y a des questions assez profondes sur les relations humaines et sur la culpabilité.

Un bon polar avec des personnages bien campés et attachants.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est ACtC-3dt7ts_qwfyHuTXDm11pEPN6SIhLyjuk3V8cA_4yJDCVYz5ZDEOQt4VajBcPIxGgIEA5ycwVrxm1XNFvaHJwHkCa2PkQMxAOGbEsHIp6usEdT_m4r2BKLI4hg4qPaft00c6VKLoGhSn0D5kjVaD3rMnkw=w519-h778-no

catégorie « météo »
chez Cryssilda, Lou et Titine
chez Lou et Hilde

La photo du 6/06 à 06h06 et/ou à 18h06 (sans doute trop tard pour 06h06!)

Nous sommes le dimanche 06/06 : n’oubliez pas de prendre la photo à 06h06 et/ou à 18h06 (sans doute trop tard pour 06h06!)

Il suffit de mettre une alarme sur son téléphone, un réveil dans la maison, un post-it en évidence, en parler autour de vous et de tous prendre une photo en même temps!

Et pensez à m’envoyer votre photo à ennalit@gmail.com en racontant ce que vous faisiez (pensez aussi à me donner votre pseudo et si vous avez un blog pour le recap’, précisez aussi à quel moment de la journée c’était, nuit ou jour), dans les 2 ou 3 jours qui suivent maximum. Je les envoie à Steff qui concocte une mosaïque et on vous met ça en ligne très vite!

Envoyez moi vos photos jusqu’au 13 juin pour que je puisse les envoyer à Steff et que je puisse les mettre en ligne le 15 ou le 17 juin.

A tout à l’heure pour ma/mes photos, si j’ai le temps de les mettre en ligne ce soir, sinon ça sera demain!