Le rapport de Brodeck : Philippe Claudel

« Le rapport de Brodeck » est rentré dans ma bibliothèque par un heureux hasard. En effet, je l’ai gagné un jour que je traînais sur le site du magazine ELLE. Et puis, c’est sans doute un peu grâce à lui que je suis devenue juré du prix des lectrices de ELLE puisque c’est sur ce roman que j’ai fait mon commentaire dans le dossier d’inscription. C’est donc un livre « coup de chance », mais surtout, c’est un livre « coup de coeur ».
 
« Le rapport de Brodeck » fait partie de mes gros coups de coeur de l’année 2007 et pourtant c’est un livre qu’il est très difficile de raconter car c’est une histoire qui, au-delà des faits, m’a touchée et plu par son atmosphère.
 
L’histoire se situe dans un village indéterminé à une époque qui n’est pas clairement établie, mais on devine la deuxième guerre mondiale et un village de l’est de l’Europe.
 
Dans ce roman fait d’allers et retours dans le passé, un événement vient bouleverser l’équilibre fragile entre les hommes. Tous les hommes du village sont impliqués dans la mort de celui que l’on appelle « l’Anderer » (l’étranger) sauf Brodeck qui est alors chargé de rédiger un rapport sur la mort de celui-ci.
 
La rédaction de ce rapport, une sorte d’enquête, l’oblige à revenir sur le passé : un passé lointain qui raconte son arrivée, enfant, dans le village, le passé assez récent et très sombre du village en question pendant l’occupation ennemie, et un passé parallèle, inconnu de tous les autres au village, sur sa vie sur les camps dans lesquels il a été envoyé car avant même l’arrivée de l’Anderer, c’était lui l’étranger.
 
Ce livre parle de la mémoire, de la différence, de la haine et de la peur mais aussi de la nature humaine qui si elle peut être assez noire dans ses égoïsmes, peut aussi être faite d’espoir.
 
C’est un roman très bien écrit, très émouvant et très fort. C’est un livre poignant qui m’a beaucoup marquée.
 
Lu il y a quelques temps…
 

6 commentaires sur « Le rapport de Brodeck : Philippe Claudel »

    1. @emiLie : Bienvenue ici! Ce roman est très fort, j’en garde un très bon souvenir. J’ai aussi lu et aimé « la petite fille de Monsieur Linh », « Les âmes grises » et « le café de l’Excelsior », des romans très différents mais bien écrits!
      Posté par enna, mercredi 22 avril 2009

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :