« Dope » de Sara Gran

Livre lu pour la séléction du mois de décembre du Prix de ELLE, catégorie « Polar« .

 

 

 

 

 

Au niveau du style, j’ai trouvé ce roman parfois maladroit ou alors peut-être mal traduit.

 

Au niveau de l’intrigue, Joséphine est une ancienne droguée transformée par un jeu de hasard en une espèce de détective qui doit retrouver une jeune étudiante tombée dans la drogue. Malheureusement, j’ai trouvé qu’elle n’avait pas beaucoup d’envergure. Les personnages, l’ambiance des bas-fonds, les années 50 ne sont qu’effleurés. Cela manque de substance et d’atmosphère. On pourrait être n’importe où, n’importe quand…

 

 

L’enquête en elle-même met un temps fou à décoller (pendant la première moitié du roman elle se résume à montrer une photo à toutes les connaissances de Joséphine). Il faut attendre la page 121 (plus de la moitié du roman) pour qu’un revirement de situation rende l’histoire intéressante et c’est à la page 166 qu’il y a une révélation vraiment accrocheuse et assez bien montée…Mais à ce moment là, il ne reste plus que 50 pages pour tout développer…

 

Ce n’est pas un mauvais roman mais je me suis ennuyée et suis restée sur ma faim quand cela a commencé à être intéressant. Dommage

 

 

 

En outre, je ne comprends pas les commentaires élogieux imprimés par l’éditeur sur la couverture : «Magnifique», «Addictif» et surtout « Si Raymond Chandler vivait aujourd’hui, il n’aurait pas fait mieux. Indispensable. » Il faudrait peut-être que les éditeurs évitent ces exagérations… Au pire les gens cités mentent un peu, au mieux c’est moi qui suis passée à côté de ce polar, car personnellement, je l’ai trouvé plat et sans saveur.

 

 

 

5 commentaires sur « « Dope » de Sara Gran »

  1. Enfin je trouve que ce n’est pas l’intérêt de l’éditeur de « vendre » un livre comme cela si ce n’est pas mérité car la prochaine fois on ne le croiera plus. Personnellement il ne m’attire pas.

    J'aime

  2. @Thaïs : exactement…on peut quand même se faire un idée par nous-même (et en plus, je me pose la question de savoir si ces gens ont vraiment dit tout ça…)

    J'aime

  3. Je ne suis pas surprise de ton commentaire! Tu connais mon opinion sur ce livre! Je crois comprendre qu’elle a écrit un premier livre qui a bien marché et a été loué par la critique donc j’imagine que cela a servi à celui-ci!
    Citer de grands auteurs, c’est accrocheurs mais aussi dangereux. On s’attend à du très bon! J’ai aperçu quelques bonnes critiques sur le net donc comme toujours, les avis sont partagés et c’est tant mieux!

    J'aime

  4. connaissant un petit peu le milieu de l’édition, je me permets de mettre mon grain de sel…
    en général, les citations de 4ème de couv (faites pour vendre) sont tirées de la presse pas forcément spécialisée… quand il s’agit de journaux connus et reconnus, ils sont cités. Si rien n’est précisé, ça peut aussi bien être une quelconque feuille de chou, alors quelle crédit lui accorder ? Il est clair que ça n’a rien d’objectif et souvent c’est un mot tiré du contexte… pareil pour les tranches d’âges sur les livres jeunesse. L’éditeur (pas tous) va volontairement indiquer une tranche d’âge assez large (ben oui, ça élargit le public potentiel). à l’opposé certains éditeur n’ont pas ou peu recours à ce genre de citation commerciale. C’est tout à leur honneur.
    Cela dit, le bouche à oreille et la critique font le reste, et peu importe qu’un journaleux ait écrit « addictif » pour un livre, si il est mauvais ça ne suffira pas !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :