Cinéma : « Mesrine : l’ennemi public n°1 » (2 ème partie) de Jean-François Richet

Soirée cinéma pour voir la suite de l’histoire de Jacques Mesrine (« Mesrine : l’instinct de mort« ) et toujours pour voir Vincent Cassel (que j’aime toujours autant, surtout qu’il était vraiment très bien dans la première partie.)

Synopsis (de allociné) : « Les spectaculaires actions criminelles de Jacques Mesrine que les médias introniseront « Ennemi public n°1″ et que toutes les polices traqueront sans répit jusqu’à sa mort. » Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs.

(Je n’ai pas le souvenir qu’ils avaient prévenus pour la première partie que j’avais déjà trouvé violente…) C’est donc la deuxième partie du film (2 fois deux heures) sur la vie de Jacques Mesrine.

Ma vision du film :

En fait, je suis déçue…Je sors du film en ayant l’impression d’avoir vu un spectacle de transformiste mais pas beaucoup de fond…

Je m’explique : Mesrine, Vincent Cassel, change de tête presque à chaque plan, il est déguisé, grossi, changé…mais à part ça on ne sait pas grand chose de sa vie, c’est assez creux et on passe très vite sur chaque période.

La première partie était plus fouillé, plus accès sur la personnalité complexe de Mesrine. Ici, il est avant tout un comédien, un amuseur de foule qui fait rire pendant ses procès, qui met en scène (et à son avantage) une arrestation, qui pose devant les photographes, qui est fier comme un gamin quand il apprend qu’il est « ennemi public n°1.

Il est aussi montré comme le « bandit intègre« , celui qui dit se battre contre le système (il vole les banques car les banques sont les voleuses…), il ne tue pas (enfin, c’est n’est presque pas violent par rapport au premier….je me demande pourquoi allociné fait un avertissement pour cet épisode…). Il décide d’un seul coup qu’il va être celui qui s’attaque aux Quartiers Hautes Sécurité des prisons, mais j’ai eu l’impression qu’il décidait cela pour se faire mousser auprès d’une journaliste et qu’après il aime bien ce rôle…Il est un peu mégalo, et prend la grosse tête

Bref, peu de substance, tout se joue sur les costumes et la décoration des années 70, très bien rendues.

Les autres acteurs sont très bien : Samuel Lebihan, Mathieu Amalric et Gérard Lanvin qui ont un peu plus d’envergure.

La mise en scène est aussi décevante : la caméra donne le mal de mer à faire des allers et retours rapide dès qu’une voiture roule un peu vite…Mais ça fait surtout brouillon

La meilleure scène est la fin, quand les policiers suivent ses derniers instants, c’est assez intense.

A la journaliste qui lui demande comment il pense qu’il va mourir, comment il va vieillir, il lui répond qu’il ne pense pas qu’il vieillira beaucoup et qu’il pense que les flics l’abattront…En quelque sorte, il a eu la vie qu’il voulait.

Ce film m’a déçue mais le premier m’a beaucoup plu…Le personnage de Mesrine ne m’est pas devenu plus sympathique pour autant…

Pour un avis plus positif allez faire un tour chez Yspaddaden.