« L’ange de Grozny » de Asne Seierstad

 

Livre lu pour la séléction du mois de décembre du Prix de ELLE, catégorie « Documentaire ».

 

 

 

 

 

 

 

Dans « L’ange de Grozny », Asne Seierstad nous parle d’histoires individuelles et de catastrophes humaines. Des peurs ancestrales des tchétchènes et de leurs espoirs aussi. On revient sur l’histoire de la Russie et de la Tchétchénie où l’on découvre une société en colère et blessée. On s’aperçoit aussi du poids de la religion. Elle parle du passé et du présent et s’interroge sur l’avenir de ce pays.

 

« Timour est rossiyanin, mais pas rousski. Il est citoyen de Russie, mais pas russe. Timour est tchétchène. Outre le russe, il parle sa langue maternelle, le tchétchène, mais il n’a jamais appris à écrire. Il connaît sa culture à travers les légendes et les mythes, mais n’en a jamais appris l’histoire. Il sait qu’il est musulman mais n’a jamais appris à prier. Il sait qu’il va se battre, mais ne sait pas contre qui. » Page 17

 

Asne Seierstad découvre d’abord la Tchétchénie en tant que journaliste free-lance pendant la guerre en 1995. Elle y retourne en cachette en 2006. Elle habite chez Hadizat –l’ange de Grozny– cette femme exemplaire qui recueille des orphelins, les gamins détruits par la guerre et les conséquences de celle-ci. Elle rencontre ainsi de nombreuses personnes vivant en Tchétchénie qui ont subi des horreurs depuis l’époque stalinienne jusqu’à nos jours.

 

J’ai trouvé cela bien écrit : un mélange de propos factuels et journalistiques et d’un style plus personnel. C’est un document très intéressant qui éclaire sur le monde. Un portait noir de la Tchétchénie et peu reluisant de la Russie.

 

« […] C’est ce qu’on appelle la Tchétchénisation du conflit. Les bourreaux et les victimes sont eux même tchétchènes. Mais c’est le Kremlin qui décide qui va détenir le pouvoir. Ses hommes de main opèrent dans l’ombre. Et au grand jour. » Page 178

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6 commentaires sur « « L’ange de Grozny » de Asne Seierstad »

  1. @Aifelle : Le sujet est dur c’est vrai mais très instructif et présenté du point de vue humain. Je ne l’aurai jamais lu sans le prix de Elle, mais j’ai l’impression d’avoir appris quelque chose, ce qui est plutôt pas mal pour un documentaire

    J'aime

  2. Je suis d’accord avec toutes vos remarques; je déteste la couverture et je ne l’aurais pas lu sans le prix Elle. Ceci dit, j’ai adoré ce documentaire vivant, pas truffé de dates mais qui pose bien le problème (il me semble vu que je n’y connaissais rien avant). Il n’est pas très optimiste sur une fin possible des problèmes en Tchéchénie mais il vaut largement la peine d’être lu.

    J'aime

  3. Le sujet m’intéresse, je note dans ma LAL (si je tombe dessus à la médiathèque). J’ai récemment parcouru un livre d’Anna Politkovskaia sur la Tchetchenie : c’est un sujet important pour comprendre le monde d’aujourd’hui et l’influence de la Russie sur le monde occidental (pourquoi on les laisse faire…).

    J'aime

  4. Là par contre, je vois que je suis la seule à m’être ennuyée…je crois que je sature de guerres, d’horreurs et de misères…pourvu que la sélection s’allège un peu.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :