Maroc : Moyens de transports variés

Lors de nos séjours au Maroc nous sommes itinérants : quelques jours ici, quelques jours là…Nous dépendons donc des moyens de transports locaux

Cela va des bus de grandes lignes de la compagnie nationale CTM (qui sont très bien) jusqu’aux taxis collectifs…plus folklos et plus « roots »…

Avec nos sacs à dos et armés de patience et d’une grande confiance en nos chauffeurs nous avons vu du pays …et des véhicules particuliers 😉

Ce jour-là nous voyagions dans le grand bus CTM (assez confortable)…Nous n’avons jamais roulé dans une belle voiture neuve (sans doute de location) mais nous n’avons jamais eu d’accidents ou même d’incidents en voiture…Inch Allah!                   (Sortie de Ouarzazate Février 2008)

Sur cette photos, en arrière plan vous voyez tous les mini bus qui servent de taxis…12 places…20 passagers…certains debout…Une fois la porte latérale s’est décrochée…une autre fois, le mini-bus était tellement plein que le préposé à la porte latérale est allé s’asseoir sur le même siège que le chauffeur..oui, oui, deux chauffeurs valent mieux qu’un 😉

Au premier plan, vous voyez un taxi Mercedes, il faut compter 4 adultes derrière (que ce soit 4 sveltes jeunes femmes ou 4 fortes grands-mères…) et deux adultes sur le sièges passager avant … Autant dire qu’on apprend à se connaître assez vite ;-)(Boulmalne du Dadès Février 2008)

Les places des passagers sont bien remplies et on est bien serré…mais les bagages aussi prennent de la place…Quand le coffre est plein et qu’il tient avec une sangle…on passe sur le toit…Moment d’émotion : c’est mon sac de voyage là-haut…(Février 2008)

Le transport le plus « exotique » ça a quand même été le dromadaire, pour aller faire un bivouac dans la dune de Merzouga…(Février 2008)

Malgré la variété des transports…nous avons échappé au voyage avec les moutons… Je veux bien être devenue une Voyageuse depuis peu mais je tiens à un minimum de confort 😉 (Février 2008)

Maroc : Essaouira

Nous sommes allés à Essaouira en 2007, mais je ne crois pas que le Voyageur puisse dire qu’il a vraiment visité cette ville car il a été maladePas une banale tourista, non…Une belle grosse bronchite avec fièvre et visite chez un médecin marocain (cela dit, ça fait faire un tourisme alternatif 😉

Du coup il a beaucoup dormi et moi je me suis quand même promenée toute seule dans cette jolie ville de pêcheurs, aux couleurs bleues et aux faux-airs de Saint Malo

Les rues bleues de Essaouira (Février 2007)

Essaouira port de pêche (Février 2007)

Essaouira port de pêche (Février 2007)

Essaouira ville fortifiée de bord de mer, un petit côté Saint Malo du Maroc… (Février 2007)

Promenade sur les remparts de Essaouira (Février 2007)

Les rues bleues de Essaouira (Février 2007)

« Ma voisine en maillot » de Jimmy Beaulieu

Bande dessinée québécoise qui se passe à Montréal. Pendant une grande panne d’électricité, un jeune homme ose aborder sa voisine, avec qui il semble avoir pas mal d’affinités.

Plusieurs personnages se croisent lors de cette journée, comme des petites tranches de vie. Malheureusement j’ai justement trouvé que cela manquait de cohésion et c’était un peu trop décousu. On n’avait pas le temps de « connaître » les personnages et de s’y attacher. Peut-être était-ce tout simplement trop court.

J’ai bien aimé le trait, gris et léger, et j’ai bien aimé le fait que l’on soit au Québec et qu’on s’y sente vraiment dans le langage utilisé par les personnages (tournures de phrases, vocabulaire, interjections…).

Je ne regrette pas de l’avoir emprunté, ça se lit très vite (j’aurai même pu la lire debout dans la médiathèque) mais ce n’est pas un coup de coeur

Maroc : Tamlalt

Tamlalt est un village perché dans la vallée de Boumalne du Dadès, dans le sud marocain.

Vue sur Tamlalt (Février 2008)

Vue sur Tamlalt (Février 2008)

Vue sur Tamlalt (Février 2008)

Les photos précédentes ont toutes été prises depuis la grande terrasse de « L’hôtel Miguirne » qui « a une belle vue » (et un accueil très sympathique!) (Février 2008)

Tamlalt : les jardins collectifs, très verts et cultivés au milieu des montagnes  arides.

Ici en arrière plan la « vallée des doigts de singe »  (Février 2008)