« Couleur de peau : miel » (Tome 1 et Tome 2) de Yung

Cette bande dessinée en 2 tomes est une autobiographie dans laquelle l’auteur, Yung, revient sur son enfance. Il est coréen et il a été adopté par une famille Belge.

Il revient sur son histoire personnelle, s’interroge sur ce qu’il ressentait en tant qu’enfant ou adolescent adopté. Il raconte les aspects complètement ordinaires de sa vie où il n’est qu’un frère parmi d’autres mais aussi des choses beaucoup plus spécifiques au fait d’être d’origine étrangère.

Il se pose aussi beaucoup de questions en tant qu’adulte sur son pays d’accueil comme sur son pays d’origine.

Il évoque le sentiment d’abandon, la recherche d’identité, la recherche d’affection, l’identification et le rejet et même un passé un peu fantasmé.

C’est très intéressant, très riche. A la fin de chaque album, une interview de l’auteur apporte des informations complémentaires. De plus, l’insertion de documents officielle concernant son adoption rend l’ensemble très concert.

Roaarrr Challenge

 

« Journal d’un album » de Dupuy et Berberian

Dupuy et Berberian sont deux dessinateurs et scénaristes de bande-dessinée qui écrivent et dessinent ensemble (« Monsieur Jean »)

Dans cette BD, qui comme son nom l’indique est un journal, ils se mettent au centre de l’histoire, se dessinent chacun leur tour dans leur quotidien. Ils racontent la création et l’évolution de leur dernier album de Monsieur Jean.

Mais au-delà de cet album, ils racontent aussi l’écriture de ce fameux journal, leurs problèmes professionnels, leurs angoisses d’hommes et leur vie de dessinateurs/auteurs à « 2 têtes »…

C’est très drôle (j’ai même été « prise en flagrant délit » de fou-rire quand j’ai commencé ma lecture à la médiathèque!!

Rides : Paco Roca

Cette bande dessinée nous emmène dans une maison de retraite où un homme qui commence à subir les effets de la maladie d’Alzheimer a été envoyé par sa famille.

On y croise une galerie de personnages : des vieux qui vivent dans leurs souvenirs et d’autres qui se plaisent dans cette nouvelle vie. On y découvre l’angoisse de se sentir décliner, de se sentir seul, de ne plus se reconnaître et d’être enfermé dans cet état.

A la fois cocasse et touchante, cette bande dessinée assez classique dans le dessin et le format est plutôt émouvante.

La postface par l’auteur qui raconte qu’il s’est inspiré de personnes de sa connaissance pour donner vie à ses personnages donne encore plus de poids à ceux-ci.