Blankets, manteau de neige : Craig Thompson

(Lu il y a quelques temps déjà, cette bande dessinée est une de mes premières rencontres avec le roman graphique.)
 
Très beau « roman graphique » d’environ 600 pages, avec un très beau dessin en noir et blanc à la fois réaliste et quotidien et très poétique. C’est une histoire bien écrite, une autobiographie qui se lit vraiment comme un roman .
 
L’adolescence de Craig, qui vit dans une famille stricte et dans une ville où il se sent toujours différent, n’est pas très facile et il se sent bien quand il dessine. Il tombe amoureux et se plonge dans cet amour pour se libérer.
 
Le Mot de l’éditeur :Drôle d’enfance pour Craig. Il grandit dans un cadre idyllique, celui d’une ferme isolée dans les bois du Wisconsin, où il côtoie biches, renards, ours, blaireaux… En revanche, la petite ville où il va à l’école est emblématique de l’Amérique profonde : repliée sur elle-même, violente, raciste. Une intolérance subie de plein fouet, à laquelle vient s’ajouter une culpabilité omniprésente entretenue par son éducation ultra-catholique. Lassé de l’autoritarisme de son père et des brimades vécues à l’école, Craig se réfugie dans le dessin, “plaisir frivole” dont s’efforcent de le détourner ses éducateurs. Son sentiment de culpabilité atteint son paroxysme lorsqu’il tombe raide amoureux de Raina, rencontrée dans un camp de vacances paroissial. Une passion qu’il parviendra tout de même à vivre jusqu’au bout… et qui lui redonnera goût au dessin, pour notre plus grand bonheur!

Un lien pour vous faire une idée du dessin.

En fait je vous conseille de taper Blankets manteau de neige de Craig Thompson sur « gougeule recherche d’images », je n’ai pas osé mettre des planches en ligne car je ne pense pas qu’elles soient libres de droit, mais il y a de très belles pages à voir!