« Lune captive dans un oeil mort » de Pascal Garnier

Martial et Odette, un couple à la retraite, s’installent dans le sud dans une résidence hyper protégée, réservée aux personnes d’un certain âge, avec gardien, barrière électrique et caméras. Toutes les maisons sont identiques et surtout, au début ils sont seuls à vivre là.

Martial s’ennuie un peu dans cette vie de vacances permanentes et Odette dépense pour s’occuper. Puis ils sont enfin rejoints par Maxime et Marlène, un autre couple de retraités et Léa, une femme seule. Après des débuts en bonne entente, la vie tourne toutefois un peu au huis-clos.

Ils vivent un peu les uns sur les autres, chacun commence à montrer ses failles petit à petit et le malaise est entretenue par la peur de l’extérieur.

Est-ce que cette résidence est un paradis …ou un enfer?

Avec de l’humour noir et grinçant, Pascal Garnier nous montre avec finesse et simplicité que les plus ordinaires des retraités peuvent receler des zones d’ombres si on les met sous un microscope…

J’ai beaucoup aimé ce roman que j’avais repéré chez Orchidée.