« La vie secrète des jeunes » de Riad Sattouf

Depuis 2004, Riad Sattouf dessine (dessinait?) des tranches de vie pour Charlie Hebdo.

Il rapporte des scènes fugaces de la vie quotidienne, des gens croisés dans la rue, dans le métro, dans des salons du livre.

C’est drôle ou grinçant, c’est criant de vérité, il a vraiment un oeil « caméra ».

Moi qui adore suivre des bribes de conversations des autres dans les lieux publics (Bulise ma vieille copine qui me connait bien dit que j’ai « branché mes antennes » quand ça m’arrive!!) , j’ai beaucoup aimé ces petites « chroniques ».

Par contre, cet album est un recueil de planches publiées à un rythme hebdomadaire et il vaut peut-être mieux « picorer » » quelques histoires par-ci par-là pour ne pas se lasser.

Extrait de la préface par Riad Sattouf : « […] je n’ai jamais inventé la moindre de ces histoires. Tout est absolument véridique. […] Je vois des trucs et j’essaie de les raconter. Le côté « impossible à croire » peut venir du point de vue que je choisis quand je retraduis la scène en bande dessinée, point de vue qui ne correspond pas forcément au point de vue que j’avais dans la réalité. Sur le papier, je remets complétement en scène l’histoire dont j’ai été le témoin… »

« Rosalie Blum -Tome 1 – Une impression de déjà-vu » de Camille Jourdy

Vincent est un coiffeur de 30 ans qui vit dans une petite ville, dans l’appartement au-dessous de celui de sa mère. Il a une petite amie qui s’éloigne de plus en plus depuis qu’elle est partie à Paris. Son seul ami est son cousin et sa mère est une vieille dame un peu toquée qui régente la vie de son fils en étant assez manipulatrice.

Un jour, au détour d’une épicerie, il ressent une impression étrange de déjà vu en voyant la caissière. Cette impression le perturbe au point où quand il la croise par hasard un autre jour il se met à la suivre. Il découvre où elle vit et son nom : Rosalie Blum.

Il ne peut plus s’empêcher de la suivre, changeant ses habitudes en sortant de jour et de nuit alors qu’il est très casanier et tout cela sans en parler à son cousin, son confident.

Cette « rencontre » avec cette femme qui ne l’attire pas particulièrement mais qui l’intéresse car elle lui parait très seule et triste le fait remettre en question toute sa vie. Il s’interroge sur le fait qu’il n’a jamais vraiment fait de choix personnels dans sa vie.

C’est donc une histoire plutôt touchante de deux solitudes qui se croisent. Le dessin est tout en finesse, aux couleurs délicates et avec une mise en page très variée et intéressante. Il y a de belles trouvailles : les rêves de Vincent, sa mère qui fait vivre des petites tranches de vie un peu glauques à des petites figurines et aussi le chat (et les « conversations » que Vincent tient avec lui!)

J’ai beaucoup aimé cette bande dessinée et j’ai hâte de lire les deux autres tomes!