« La femme en vert » de Arnaldur Indridason

Dans ce roman policier, trois histoires se croisent.

Tout d’abord, l’enquête policière à proprement parler : on a découvert des ossements humains datant des années 40 dans les fondations d’une maison en construction dans les faubourgs de Reykjavik.

En parallèle, on retrouve le personnage de Erlendur, le policier un peu taciturne déjà rencontré dans « La cité des jarres » qui doit faire face à son rôle de père alors que sa fille junkie très perturbée est entre la vie et la mort.

Enfin, on suit aussi l’histoire d’une famille dont la mère est persécutée et battue par un mari extrêmement violent et odieux

On découvre assez vite que cette partie du récit appartient au passé et petit à petit les découvertes faites dans le présent vont rejoindre des événements du passé justement.

J’ai vraiment bien aimé ce polar qui est bien construit et dont on attend le point où les histoires passées et présentes vont se rejoindre. Le personnage de Erlendur est intéressant, avec ses problèmes personnels et sa vie en dehors de l’enquête.

J’ai déjà lu « La cité des jarres » (avant le blog) et j’avais déjà bien aimé et je pense lire d’autres polars de cet auteur!

J’ai lu ce roman dans le cadre du Challenge  (« Un pays de mon continent » : L’Islande)

et j’en ai profité pour viser mon : –4 / 71

8 commentaires sur « « La femme en vert » de Arnaldur Indridason »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :