« 13 little blue envelopes » (« Treize petites enveloppes bleues ») de Maureen Johnson

Ginny est une jeune américaine de 17 ans plutôt normale qui reçoit un jour un courrier de sa tante, une artiste un peu bohème, décédée quelques temps auparavant.

Peg, sa tante, propose à Ginny de se laisser guider par les 13 lettres (dans de petites enveloppes bleues) qu’elle lui a laissé en « héritage ».

Ces lettres, telles un jeu de piste, vont l’emmener dans des aventures géographiques et humaines. En effet, en suivant les consignes de sa tante, elle découvrira l’Europe (particulièrement Londres, mais aussi Paris, Rome, etc), le monde de l’art et des gens à qui elle n’aurait sans doute jamais adressé la parole sans cela.

Ginny, la jeune fille un peu timide et conventionnelle sera confrontée à de nouvelles expériences, elle sera obligée de se dépasser et tout en découvrant sa tante à travers ce périple, elle apprendra aussi à se connaître elle-même.

Dans l’ensemble, ce roman d’initiation est sans doute un peu naïf. Tout y semble un peu trop facile et sans doute pas assez creusé. On y trouve aussi pas mal de clichés. Mais l’idée de base est intéressante.

Je pense que ça peut beaucoup plaire aux ados (plutôt des filles sans doute) de 13 à 16 ans.

: (PAL d’origine11 / 71)                      

Publicités

Voici Bastien…

Aujourd’hui, Bastien a deux semaines.

Il est né le dimanche 18 octobre 2009 à 19h49, par césarienne (non prévue) après deux longues journées d’attente après deux déclenchements.

Il pesait 3 kg 870 pour 50 cm. Il allait bien et il va toujours bien!

Il mange bien, il dort bien. Il fait un peu des crises de pleurs en soirée mais se rattrappe en faisant de bonnes nuits, alors on pardonne tout 😉

C’est le plus beau des bébés! (Je ne dis pas ça parce que c’est mon fils, la preuve, L’Homme-Qui-Est-Un-Papa-Exemplaire est du même avis que moi!) 😉

Je vous présente donc Bastien!

Les photos ont été prises à la maternité, il n’a donc que quelques jours.

Il a déjà beaucoup changé!

Private Swap

Il y a quelques mois, quand je passais du temps à préparer des colis de swaps, L’Homme-Qui-Ne-Comprend-Pas-Le-Concept-Du-Swap-Avec-Des-Inconnus me faisait remarquer que je me donnais beaucoup de mal pour faire un cadeau à quelqu’un que je ne connaissais même pas(D’ailleurs, je crois savoir que je ne suis pas la seule blogueuse incomprise par son partenaire sur ce plan là!)

Lors d’une conversation téléphonique avec Bulise, nous évoquions ce sujet (ben oui, en 2 heures on a le temps d’aborder de multiples sujets!!) et nous avons décidé de nous faire notre propre « Private Swap » rien qu’à nous

Bon, le seul problème c’est qu’on a pas arrêté de repousser la date : « pour la fin juin »… »heu…pour avant le 14 juillet »… »heu…quand tu seras rentrée de vacances »… »heu…en septembre »

Et puis, plus le temps avançait, plus on s’est rendu compte qu’il y avait une certaine contrainte de calendrier : « Avant l’accouchement! »

Donc on a enfin fixé une date d’envoi : le 12 octobre… Et le colis est arrivé le 15 octobre : avant l’accouchement!

Le thème : Pays et couleur

Les impératifs : 1 livre + un goût + une odeur + 1 bijou + 1 objet de déco + 1 truc fabriqué soi-même (on a un peu séché sur ce coup là, on a donc remplacé par un autre « truc en plus »!) + 1 truc en plus

L’Afrique et le rouge : de l’hibiscus en infusion (j’adore!), de l’encens fèves de cacao, vanille, karité, un roman sur l’Afrique du Sud (« Poussière Rouge » de Gillian Slovo), un collier, une boite à bijoux, un petit carnet (est-ce qu’on a un jour assez de petits carnets? Je pense que non!) et un livre extraordinaire : un abécédaire avec des lettres en papier « pop up » dont je vous livre quelques pages :

 

* Un message subliminal se cache dans ces photos

 

Alors merci mille fois ma Bulise pour ce cadeau rien que pour moi (parce que je sens qu’un certain Petit Bébé va me voler la vedette les mois à venir 😉

J’ai tout aimé, et j’ai juste un peu peur que mon colis soit nettement moins bien (déjà il est très tiré par les cheveux et je n’ai pas été très réglo sur la couleur 😉

 

 

 

« De pierre et de cendre » de Linda Newbery

L’histoire se situe dans la campagne anglaise à la fin du 19ème siècle au sein d’une famille aisée et respectable dans une magnifique maison.

Samuel Godwin, un jeune peintre est engagé par Mr Farrow, le père de famille, pour devenir le précepteur et professeur d’art pour ses deux filles.

La vie de famille n’est pas si tranquille qu’il n’y parait : la mère est décédée quelques mois auparavent d’une chute dramatique, Juliana, la fille aînée de 17 ans, est assez mélancolique après avoir passé plusieurs mois de convalescence en dehors de la maison de famille et Mariane, la plus jeune des filles, a des accès de somnambulisme et des crise proches de l’hystérie.

On s’aperçoit au fur et à mesure de la lecture et des découvertes faites par les deux narrateurs (Charlotte Agnew, la dame de compagnie et Samuel Godwin) -un peu à la manière d’une enquête– que des secrets pèsent sur tous les membres de cette famille et même d’anciens employés de maison.

Au niveau de la narration, chaque chapitre prend la voix d’un narrateur de façon alternée. Même si  cela m’a un peu gênée au début, cela permet d’apporter deux points de vue différents. Ils découvrent chacun leur tour des informations qui étayent le récit.

J’ai lu beaucoup d’avis très enthousiastes sur ce roman sur internet mais pour ma part mon avis est un peu plus modéré. J’ai trouvé que c’était un roman plaisant et distrayant, l’intrigue est intéressante (même si après un début un peu lent on fait des découvertes essentielles un peu rapidement) mais au niveau du style, j’ai un peu eu l’impression que l’auteur était un peu dans l’imitation du style 19ème et que cela sonnait un peu faux. 

Merci à Saraswati pour ce cadeau offert lors de notre rencontre du mois de juillet!

: (PAL d’origine -9 / 71)

Le prédicateur (Tome 2) : Camilla Läckberg

Ce polar se déroule en Suède dans la ville balnéaire de Fjällbacka, comme dans  « La Princesse des Glaces » du même auteur sauf que cette fois c’est en été en pleine canicule et qu’Erica Falck, l’héroïne du volume précédent passe au second plan car elle est enceinte de 8 mois (ça me parle, ça 😉

Cette fois, c’est Patrik Hedström, inspecteur de police et compagnon de Erica qui est responsable d’une enquête sur un meurtre. Le corps d’une jeune femme assassinée est retrouvé sur la côte ainsi que deux squelettes datant des années 1970.

L’enquête qui est ouverte concerne le présent et le passé et elle se centre très vite sur une famille en particulier…comme 25 ans auparavant. La famille Hult a de nombreux secrets, des haines et des ressentiments ce qui rend l’enquête très complexe pour les policiers.

Le dénouement est digne de la série « Les Experts ».

L’histoire s’intéresse à l’enquête, aux personnalités des policiers, à la vie d’Erica et du village ce qui rend l’ensemble assez vivant.

Sans être un chef d’oeuvre, c’est un bon divertissement, plus abouti que le premier volume.

Merci à ma copine Mrs B pour ce prêt (à nous deux on fait un vrai trafic de livre 😉

« Lulu Femme Nue (Premier livre) » de Etienne Davodeau

Un groupe d’amis est réuni pour parler de Lulu, une de leurs amies.

Lulu est une femme qui a une vie peu heureuse auprès d’un mari peu aimant et qui un jour, sur un coup de tête, décide de ne pas rentrer chez elle. Elle part dans une sorte d’aventure solitaire, sans trop se poser de questions.

Ailleurs, loin de chez elle, cette femme plutôt triste et terne semble reprendre goût à la vie au contact de Charles, un homme qu’elle a rencontré par hasard.

Les amis de Lulu et ses enfants s’inquiètent pour elle mais sont en même temps agréablement étonnés du bien être et de la joie de vivre que Lulu semble éprouver dans cette nouvelle vie.

C’est le premier tome donc quand ce volume se termine, on a encore beaucoup de choses à apprendre sur Lulu, sur sa famille, sur son état d’esprit et sur la suite de son aventure personnelle.

Au niveau du dessin, autant j’ai aimé les couleurs pleines de douceur et les paysages qui rendent bien l’apaisement de Lulu, je n’ai pas aimé le dessin des visages qui m’ont tous paru un peu grimaçants.

Par contre, j’ai beaucoup aimé cette histoire d’une femme ordinaire qui a besoin de fuir sa vie pour se retrouver elle-même.

J’ai hâte de découvrir la suite et Etienne Davodeau annonce sur le blog de Lulu Femme Nue (second livre) que ce 2ème tome sortira le 12 mars 2010… Il va falloir être patient 😉

« Hors de moi » de Didier Van Cauvelaert

Martin Harris arrive chez lui un matin, après avoir passé quelques jours à l’hôpital dans le coma, suite à un accident de la route en taxi, sans qu’il ait pu prévenir sa femme.

Un homme lui ouvre SA porte, et lui demande ce qu’il veut… Sa femme est là mais ne le reconnaît pas… Au contraire elle parle à l’autre homme comme si lui était son mari… qui dit être lui-même Martin Harris…

Qui est cet homme qui se fait passer pour lui et qui s’est installé dans sa vie?

Le mystère s’épaissit quand il se rend compte que cet autre homme se fait passer pour lui dans tous les domaines (et qu’il a même des papiers à son nom), qu’il se dit lui aussi botaniste de renom (et qu’il en a les connaissances scientifiques) et qu’il partage les mêmes souvenirs que lui (même les plus lointains, même les plus intimes)…

Malheureusement, comme Martin Harris vient de s’installer en France et qu’il a perdu ses papiers, personne ne peut prouver qu’il est bien celui qu’il dit être, celui qu’il pense sincèrement être

Il se lie avec la chauffeur de taxi avec qui il a eu l’accident de voiture et qui l’aide à se retrouver. Le professeur spécialiste du cerveau et du coma émet quant à lui des hypothèses scientifiques…

Ce petit roman qui se lit très vite fonctionne très bien comme un thriller psychologique… Plein de rebondissements, il fait vraiment se poser la question : « Qu’est ce qui se passerait si tout le monde avait perdu la mémoire sauf moi! »

: (PAL d’origine8 / 71) 

Est-ce que l’herbe est plus verte chez moi ?

Après le jaune, le rose, le bleu et  le rouge …voici le vert… Plus dur car je n’ai pas grand chose en vert…(mais je ne peux me plaindre qu’à moi-même vu que c’est moi qui me suis imposée la couleur du mois 😉

Un des stickers verts de la chambre de Petit Bébé

Quelques bijoux verts (colliers fait maison, broches en forme d’hippocampe qui appartenait à ma maman et boucles d’oreilles et broche en forme de papillons )

Une carte postale verte dont j’aime bien le texte

Une grosse mug verte Starbucks Central Park, rapportée de New York par ma copine Carole

Le porte-torchon « taxi-brousse » verte offert par ma belle-soeur

« Cunégonde » ma plante verte que j’ai eu pour mes 22 ou mes 23 ans … (ce qui veut dire qu’elle est assez vieille, oui, on peut le dire!) Une vraie « warrior » car j’ai failli la laisser mourir plus d’une fois, mais depuis que L’Homme-Aux-Doigts-Verts s’en occupe (lui, il dit qu’il suffit de l’arroser régulièrement, moi je crois que c’est un peu de la magie ;-), non seulement elle vit, mais elle grandit et là, pour la première fois de sa vie, mi-octobre, elle a 4 fleurs en même temps… (Cunégonde et moi, on a fait des bébés en même temps!)

Notre dernière plante verte (qui est en réalité une orchidée sans fleur pour le moment) dans son arrosoir vert !

Alors, je ne tague (toujours) personne, mais si vous voulez jouer avec les couleurs, lancez-vous! Il y a quelques habituées du jeu qu’on va retrouver ici j’en suis sure (Orchidée, Saraswati, Valérie, Fantomette, Petitmam, Bookomaton…)

D’ailleurs, le mois prochain, sur une proposition d’Orchidée, nous tenterons le violet… Plus dur encore que le vert? Sans doute!!

Mois après mois… 9 mois pour couver Petit Bébé!

Nous sommes rentrés à la maisonEnfin! Ça commençait à faire long : entre trois jours à la maternité avant d’accoucher (examens, deux déclenchements et une césarienne…) (Oui,oui, on ne fait pas les choses à moitié!) et une semaine à la maternité après pour me remettre et apprendre le fonctionnement de ce petit être, j’en avais un peu marre!

Je tenais à vous remercier tous pour vos adorables commentaires sur le billet où j’annonçais la naissance de Bastien! Je n’avais pas accès à internet, mais l’Homme-Qui-Faisait-Toute-L’intendance-Et-La-Route-Tous-Les-Jours me tenait informée!

Je ne couve donc plus, mais voici un petit récapitulatif en images (cliquez sur l’image pour lire la légende en plus grand) des 9 derniers mois!

Février 2009

Mars 2009

Avril 2009

(Bulise la Fantômette, c’est par là!)

Mai 2009

Juin 2009

Juillet 2009

Août 2009

Septembre 2009

Octobre 2009 (avant)

Octobre 2009 (après)

Quand j’aurai plus de temps, je mettrai une petite photo de lui 😉

« What I loved » (« Tout ce que j’aimais ») de Siri Hustvedt

C’est un roman qui raconte la vie de deux couples, des amis proches, leurs enfants, leurs amours, leurs ruptures, leurs faiblesses, leurs drames

Ils vivent à New York dans le milieu de l’art. Leo, le narrateur, est professeur d’histoire de l’art et Bill est artiste peintre, de nombreux artistes gravitent autour des personnages, de nombreuses oeuvres sont décrites. Au début c’est d’ailleurs très intéressant de ce point de vue, mais je dois avouer qu’au bout d’un moment, j’ai vraiment été lassée par le discours presque universitaire sur les considérations, descriptions et analyses du moindre tableau évoqué et sur l’art contemporain en général… J’ai d’ailleurs fini par lire certains de ces passages un peu « en diagonale ».

Par contre, tout ce qui concerne directement les personnages de façon plus personnelle comme le deuil (très bien rendu), les relations amicales et fraternelles, le mensonge pathologique, le désir et l’amour est bien écrit.

La troisième partie est assez décousue, on navigue entre problèmes psychologiques, drogues, psychopathes et enquête un peu absurde, un peu comme si l’auteur commençait un autre roman. J’ai aussi eu un peu l’impression qu’elle ne savait plus quoi faire du personnage d’Erika et qu’elle l’a donc éloigné sans trop s’en soucier… C’est un peu maladroit…

Pour résumer, j’ai trouvé le style d’écriture agréable à lire mais la construction peu convaincante avec trop de passages sur l’art ou des théories psychologiques presque cliniques qui alourdissaient le récit (oserais-je dire « masturbation intellectuelle »??)

Ce roman ne restera pas gravé dans ma mémoire et je dois dire que je suis un peu déçue car cela faisait très longtemps que j’avais envie de le lire

Je l’avais d’ailleurs choisi pour le défi

Le hasard a voulu qu’Orchidée lise ce roman en même temps que moi, nous avons donc fait une lecture commune sans le vouloir (mais quand on en a parlé, à peu près à la moitié du roman on était à peu près du même avis…) Allez voir chez elle aussi!

: (PAL d’origine -7 / 71)