« De pierre et de cendre » de Linda Newbery

L’histoire se situe dans la campagne anglaise à la fin du 19ème siècle au sein d’une famille aisée et respectable dans une magnifique maison.

Samuel Godwin, un jeune peintre est engagé par Mr Farrow, le père de famille, pour devenir le précepteur et professeur d’art pour ses deux filles.

La vie de famille n’est pas si tranquille qu’il n’y parait : la mère est décédée quelques mois auparavent d’une chute dramatique, Juliana, la fille aînée de 17 ans, est assez mélancolique après avoir passé plusieurs mois de convalescence en dehors de la maison de famille et Mariane, la plus jeune des filles, a des accès de somnambulisme et des crise proches de l’hystérie.

On s’aperçoit au fur et à mesure de la lecture et des découvertes faites par les deux narrateurs (Charlotte Agnew, la dame de compagnie et Samuel Godwin) -un peu à la manière d’une enquête– que des secrets pèsent sur tous les membres de cette famille et même d’anciens employés de maison.

Au niveau de la narration, chaque chapitre prend la voix d’un narrateur de façon alternée. Même si  cela m’a un peu gênée au début, cela permet d’apporter deux points de vue différents. Ils découvrent chacun leur tour des informations qui étayent le récit.

J’ai lu beaucoup d’avis très enthousiastes sur ce roman sur internet mais pour ma part mon avis est un peu plus modéré. J’ai trouvé que c’était un roman plaisant et distrayant, l’intrigue est intéressante (même si après un début un peu lent on fait des découvertes essentielles un peu rapidement) mais au niveau du style, j’ai un peu eu l’impression que l’auteur était un peu dans l’imitation du style 19ème et que cela sonnait un peu faux. 

Merci à Saraswati pour ce cadeau offert lors de notre rencontre du mois de juillet!

: (PAL d’origine -9 / 71)