La Part de l’autre : Eric-Emmanuel Schmitt

L’auteur raconte deux histoires… Les histoires parallèles d’un même homme qui n’aurait pas évolué de la même manière…
Dans un cas, il raconte l’histoire d’Adolf Hitler, celui que l’on connaît tous et dans l’autre il raconte la vie imaginaire de Adolf H, un homme complètement différent. Il est parti de l’idée qu’Adolf H a été accepté à l’Ecole des Beaux-Arts de Vienne alors que Adolf Hitler a été recalé…
C’est passionnant et très bien écrit. J’ai dévoré les 500 pages de ce roman historique très particulier (l’Histoire avec un grand H et l’histoire de l’Europe du début du siècle, le Paris d’entre deux guerres et à la fin une histoire imaginaire… celle du monde si Hitler n’avait pas été celui que nous avons connu…), il y a aussi une grande part sur l’art.
Je vous recommande de lire une édition avec la postface : « Le Journal de la Part de l’autre » (c’est le cas de l’édition Le Livre de Poche) dans laquelle Eric-Emmanuel Schmitt se confie sur la création très perturbante pour lui de ce roman. Cette partie est également passionnante et apporte un éclairage très intéressant sur le roman et sur le processus d’écriture.
C’est un coup de coeur! J’ai adoré et j’ai été vraiment très touchée par ce roman, j’ai même eu envie d’écrire à l’auteur après avoir refermé le livre pour lui dire à quel point son roman m’a plu… (peut-être le ferai-je un jour 😉

Commentaires laissés sur canalblog à l’époque :
  • Moi, c’est la première fois que l’auteur me décevait avec ce roman. Je me suis ennuyée. Mais j’avais trouvé la postface que la difficulté d’écrire un livre sur le sujet passionnante.
Posté par Valérie, lundi 10 janvier 2011 |
  • J’avais aussi aimé. Peut-être un peu moins que toi mais j’avais trouvé l’exercice ma foi tout à fait intéressant alors que j’avais peur de m’ennuyer.
Posté par Karine:), lundi 10 janvier 2011
  • j’adore cet auteur
Posté par Anne Sophie, lundi 10 janvier 2011
  • pour moi aussi ce livre a été un gros, un très gros coup de coeur! c’est avec lui que j’ai découvert Schmitt, qui ne m’a ensuite jamais déçue, même si, il est vrai que ce titre est un peu différent… tu as raison d’insister sur la postface, elle est très intéressante!
Posté par lasardine, lundi 10 janvier 2011
  • Je l’ai lu il y a longtemps. Je me souviens avoir trouvé quelques longueurs, mais mon souvenir est vague. Depuis, j’ai beaucoup lu autour de Hitler et je pense que je le percevrais différemment. Une relecture s’impose je crois! Je ne me souviens pas par contre si ma version avec une préface… ?
Posté par Allie, lundi 10 janvier 2011
  • @Valérie : tu n’est pas la seule à me dire que ce roman t’avais déçu de l’auteur, et moi même j’avais un peu peur d’être déçue et puis je me suis entièrement plongée dedans : j’ai complètement accroché. La postface est passionnante!@Karine : J’avais peu pour ma part que ce soit trop »sérieux » mais je ne me suis pas du tout ennuyée.@Anne Sophie : pour l’instant j’ai aimé tout ce que j’ai lu de lui (Oscar, Monsieur Ibrahim, Quand j’étais une oeuvre d’art)! @Lasardine : comme toi!! La postface est vraiment un gros gros plus pour le roman, très émouvante et intéressante sur le travail d’écrivain. @Allie : Il est possible que ce soit un livre qu’on apprécie plus en ayant plus de connaissance sur le sujet… Si tu le relis, choisis une édition comme Le livre de Poche qui a une postface, je suis sure que ça t’intéressera!
Posté par enna, lundi 10 janvier 2011
  • Moi aussi, j’ai été un peu déçue… La vie de cet Adolf H, notamment, me laissait sceptique. Dans le fond, je trouve que c’est moins son entrée aux Beaux-Arts qui a changé radicalement la donne que sa psychanalyse (peu convaincante) juste après, non ? La vie d’Adolphe Hitler m’a plus convaincue. J’ai trouvée sa vision très éclairante. On en apprenait beaucoup sur l’avant 1933, et vouloir rentrer « dans » le personnage était un pari élevé…
Posté par Lodi, mardi 11 janvier 2011
  • @Lodi : je comprends ce que tu veux dire, même si de mon coté je me suis laissée porter sans trop m’inquiéter des incohérences
Posté par enna, mardi 11 janvier 2011
  • Je ne suis pas arrivée à lire ce livre… Et pourtant je sais qu’il est bien et j’aime bien l’auteur mais vraiment, pas pu…
Posté par FaFa, mercredi 12 janvier 2011
  • @Fafa : J’imagine que c’est par rapport au sujet…Et bien, c’est intéressant de voir dans son journal que l’auteur a eu par moment beaucoup de mal à écrire sur Hitler, ça lui a coûté!
Posté par enna, mercredi 12 janvier 2011
  • J’ai trouvé ce livre pas plus tard qu’avant hier dans une caisse en plastique que je n’avais pas ouverte depuis des lustres.
Posté par La plume…, samedi 15 janvier 2011
  • C’est effectivement une idée intéressante, je ne connaissais pas ce titre ! L’auteur m’a parfois déçu par quelques facilités mais ce roman là semble différent.
Posté par antigone, dimanche 16 janvier 2011
  • @La plume…: Je crois que c’est un signe du destin : il faut que tu le mettes sur le haut de la PAL! @antigone : de mon côté j’avais bien aimé ce que j’avais lu de EE Schmitt jusqu’ici mais c’est en effet très différent de ses autres romans…et je ne peux que t’encourager à te laisser tenter
Posté par enna, dimanche 16 janvier 2011
  • J’en garde un puissant souvenir. Ce livre m’avait interpellé, dérangé et en même temps bouleversé. Un sacré travail qui démontre à quel point l’être humain peut être conditionné par un simple fait.
Posté par Miss Alfie, mercredi 19 janvier 2011
  • @Miss Alfie : On dit souvent qu’on est forgé par les rencontres que l’on fait dans la vie, bonnes ou mauvaises…ce livre le montre. J’ai trouvé cela vraiment fort!
Posté par enna, mercredi 19 janvier 2011
  • Passionnant de bout en bout !
Posté par Liliba, samedi 29 janvier 2011
  • @Liliba : j’ai trouvé aussi!
Posté par enna, dimanche 30 janvier 2011
  • Merci pour le conseil au sujet de la postface « Le Journal de la Part de l’autre ». L’édition que j’ai lue ne la contenait pas et ce sont des détails qui m’intéressent. Notamment ce qui concerne le processus d’écriture de Schmitt.
Posté par Alcapone, mardi 01 novembre 2011
  • @Alcapone : Bienvenue ici! J’ai vraiment apprécié ce complément au roman, d’autant qu’on y découvre à quel point l’écriture de ce roman a été perturbante pour l’auteur!
Posté par enna, mardi 01 novembre 2011 |

13 commentaires sur « La Part de l’autre : Eric-Emmanuel Schmitt »

  1. Moi, c’est la première fois que l’auteur me décévait avec ce roman. Je me suis ennuyée. Mais j’avais trouvé la psotface que la difficulté d’écrire un livre sur le sujet passionnante.

    J'aime

  2. pour moi aussi ce livre a été un gros, un très gros coup de coeur! c’est avec lui que j’ai découvert Schmitt, qui ne m’a ensuite jamais déçue, même si, il est vrai que ce titre est un peu différent…
    tu as raison d’insister sur la postface, elle est très intéressante!

    J'aime

  3. Je l’ai lu il y a longtemps. Je me souviens avoir trouvé quelques longueurs, mais mon souvenir est vague. Depuis, j’ai beaucoup lu autour de Hitler et je pense que je le percevrais différemment. Une relecture s’impose je crois!
    Je ne me souviens pas par contre si ma version avec une préface… ?

    J'aime

  4. @Valérie : tu n’est pas la seule à me dire que ce roman t’avais déçu de l’auteur, et moi même j’avais un peu peur d’être déçue et puis je me suis entièrement plongée dedans : j’ai complétement accroché. La postface est passionnante!
    @Karine : J’avais peu pour ma part que ce soit trop »sérieux » mais je ne me suis pas du tout ennuyée.
    @Anne Sophie : pour l’instant j’ai aimé tout ce que j’ai lu de lui (Oscar, Monsieur Ibrahim, Quand j’étais une oeuvre d’art)!
    @Lasardine : comme toi!! La postface est vraiment un gros gros plus pour le roman, très émouvante et intéressante sur le travail d’écrivain.
    @Allie : Il est possible que ce soit un livre qu’on apprécie plus en ayant plus de connaissance sur le sujet… Si tu le relis, choisis une édition comme Le livre de Poche qui a une postface, je suis sure que ça t’interessera!

    J'aime

  5. Moi aussi, j’ai été un peu décue… La vie de cet Arthur H, notamment, me laissait sceptique. Dans le fond, je trouve que c’est moins son entrée aux Beaux-Arts qui a changé radicalement la donne que sa psychanalyse (peu convainquante) juste après, non ?
    La vie d’Adolphe Hitler m’a plus convaincue. J’ai trouvée sa vision très éclairante. On en apprenait beaucoup sur l’avant 1933, et vouloir rentrer « dans » le personnage était un pari élevé…

    J'aime

  6. J’en garde un puissant souvenir. Ce livre m’avait interpellé, dérangé et en même temps bouleversé. Un sacré travail qui démontre à quel point l’être humain peut être conditionné par un simple fait.

    J'aime

  7. Merci pour le conseil au sujet de la postface « Le Journal de la Part de l’autre ». L’édition que j’ai lue ne la contenait pas et ce sont des détails qui m’intéressent. Notamment ce qui concerne le processus d’écriture de Schmitt.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :