Je reprends le chemin de l’école…

Aujourd’hui, je reprends le travail… Je n’ai pas été devant des élèves depuis la fin juin 2009… Oui, oui, faites un rapide calcul : ça fait huit mois que je n’ai pas mis les pieds dans une salle de classe

Ça risque d’être un peu dur? Oh que oui!

J’ai laissé Baby Bastien chez la nourrisse en « adaptation » la semaine dernière pendant que je tournais en rond comme une âme en peine préparais mon retour à la vie professionnelle…

Mais y a pas à dire, le laisser « pour de vrai » toute la journée, tous les jours, toute la semaine… c’est pas pareil…

Intellectuellement je suis très contente de reprendre le travail (j’aime mon boulot), de retrouver une vie sociale avec mes copains-collègues (j’aime aussi la plupart de mes collègues), de sortir de la maison et de parler à des gens qui me répondent autre chose que « Gaaaaeeuuu »…

Mais émotionnellement -viscéralement- j’ai envie de rester chez moi avec mon bébé à le regarder sourire, lui dire « gaaaaeeuuu« , le consoler quand il pleure, le bercer quand il est fatigué, l’allaiter au lieu de tirer du lait…

Bref, c’est une vraie nouvelle vie qui commence aujourd’hui!

« La délicatesse » de David Foenkinos

Nathalie et François se rencontrent par hasard, tombent amoureux, sont très heureux et puis François meurt dans un accident.

Nathalie doit faire son deuil et se plonge dans le travail. Tout le monde est très prévenant autour d’elle et son patron lui est amoureux d’elle. Elle se sent coupée des autres, comme insensible. Jusqu’à ce qu’un jour, elle embrasse « sans réfléchir » Markus, un collaborateur que rien ne prédestinait au rôle de celui qui réveille la princesse…

Petit à petit, presque malgré elle, elle tombe sous le charme improbable de ce garçon un peu décalé et pas très beau. Leur couple intrigue leur entourage alors qu’il n’en est même pas encore un.

C’est la première fois que je lis un roman de David Foenkinos et j’ai plutôt apprécié l’écriture, légère avec des traits d’humour et des passages plein de délicatesse justement, comme l’histoire de Nathalie et François, le deuil et la fin, quand Nathalie et Markus se trouvent vraiment…

Mais en ce qui concerne le contenu, je me suis plutôt ennuyée. J’ai trouvé que cela tournait un peu en rond… Je l’ai quand même lu mais pas dévoré et j’ai plusieurs fois eu envie d’arrêter mais je ne pouvais pas l’abandonner en cours de route alors que juste avant j’avais lu jusqu’au bout « Level 26 » quand même!!

Bref, je lirai peut-être un autre roman de cet auteur pour son style (si vous avez des suggestions…) mais je ne pense pas que celui-ci restera gravé dans ma mémoire…