… à la folie : Sylvain Ricard et James

Un couple se raconte, chacun donnant son point de vue sur leur histoire : les débuts, le mariage, la vie professionnelle stressante… et puis les violences conjugales… La première gifle, les coups qui partent pour rien ou pour des raisons extérieures, la violence psychologique, la violence sexuelle…
 
Le déni de la femme (et de l’homme), la cupabilité et l’indifférence de la société, amis, famille (même si j’ai beaucoup de mal à croire à la réaction de la mère…) et médecin, qui ne savent pas quoi faire…
 
Le cercle vicieux de cet amour teinté de recherche de pouvoir et de soumission, d’excuses et d’éternels recommencements.
 
Cette bande dessinée est très forte sur un sujet très important. Je suis sortie de cette lecture avec un goût amer… C’est si facile de se retrouver dans ce genre de situation et si dur de s’en sortir… La bande dessinée rend très bien cette difficulté.
 
Merci à Orchidée de m’avoir fait découvrir ce titre. Personnellement les dessins ne m’ont pas gênés mais les personnages sont représentés avec des corps humains et des têtes d’animaux.
 
Pour avoir un aperçu allez donc faire un tour chez BD Gest‘.

7 commentaires sur « … à la folie : Sylvain Ricard et James »

  1. Excellent
    Excellente fluidité du récit, sujet délicat abordé sous de nombreux aspects. On se reconnait dans les personnages ou on les comprends.
    Bref l’une des meilleures BD qu’il m’ait été donné de lire depuis longtemps!

    J'aime

  2. Ah « marrant » (enfin non, c’est pas marrant, ce sujet !!) : nous avons la même réaction face à la mère de la jeune femme ! j’ai répondu à ton comm avant de venir lire ton billet !

    J'aime

    1. Cruelle, ou totalement inconsciente, je me suis demandé si elle n’avait pas vécu ça elle-même et prolongeait le déni jusqu’au cas de sa fille. Pour se persuader que ce n’est pas si grave, que c’est le lot des femmes, etc. ??
      Le chef du mari, j’ai cru qu’il parlait de l’épouse : non, c’était de la collègue en lice pour la promo, qu’il ne fallait pas louper, etc. Bon, un gros connard qd même.
      Et les réactions de la copine, c’est bien sûr celles auxquelles je m’identifiais le plus…
      L’accueil du médecin, j’ai pas trop apprécié, mais s’il voit défiler des cas identiques à longueur de journées, et les mêmes femmes qui reviennent sans avoir fait aucune démarche pour que ça cesse… ça peut agacer, blinder et rendre distant, effectivement…
      Posté par Canel, samedi 01 décembre 2012

      C’est vraiment une BD qui fait se poser des questions et se regarder aussi soi-même. J’ai reconnu de moi dedans et c’est assez dur…
      Posté par ennapapillon, samedi 01 décembre 2012

      Idem…………
      Posté par Canel, samedi 01 décembre 2012

      Mais c’est bien que des bandes dessinées (ou romans) permette cela aussi.
      Posté par ennapapillon, samedi 01 décembre 2012

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :