Baby Bastien a 14 mois…

Ce mois-ci, rien d spectaculaire : il ne marche pas, il ne parle pas… 😉

Mais il a découvert l’hiver … Et oui, l’année dernière, il était tout petit et je ne le sortais pas par les grands froids.

Cette année il s’est mis à faire froid très tôt… En fait, il s’est mis à faire froid juste le jour où on lui a acheté une chancelière pour qu’il soit au chaud dans sa poussette et un manteau bien chaud (de petit garçon)…

(Vous remarquerez que j’aime les couleurs en hiver…)

L’autre nouveauté, c’est que j’ai cédé à la pression paternelle et j’ai accepté de faire couper les mèches que Baby B avait derrière les oreilles (mais chez ma coiffeuse, hein… je ne suis pas folle je tiens à ses oreilles!)

(Bien sûr, j’ai gardé tous les petits cheveux dans un petit sachet en plastique 😉

Ça lui va bien,  il ressemble de moins en moins à un bébé!

D’ailleurs depuis début décembre, il aime bien que je lui passe la cuillère pour la mettre tout seul à la bouche : pas encore tout à fait autonome, mais ça progresse 😉

Et enfin, autre nouveauté (en fait, il y en a des tonnes mais je ne veux pas tout lister!) qui me fait beaucoup rire : c’est quand il dit « Non! Non! » en secouant son index…exactement comme je fais quand je lui interdis des choses!

Paroles sans papiers : Collectif

« Neuf témoignages, neuf auteurs, neufs récits forts pour tenter de comprendre une réalité qui nous concerne tous. »
 
Cette bande dessinée raconte des bribes d’histoires de vies de sans-papiers aux destins variés mais tous emprunts de peur, de tension et au fond aussi d’espoir.
 
Sous les dessins très différents de Lorenzo Mattotti, Gipi, Frederik Peeters, Pierre Place, Alfred, Brüno, Kotor, Jouvray et Cyril Pedrosa, on entend les voix de Martine F, Serge G, Raïssa Bataev, Rosalie Masimba, Joao, Mariem Diakité, Brahim Chedaf, Malika Magamadov et Osmane qui racontent comment ils sont arrivés à vivre en France sans papiers, pourquoi ils ont quitté leur pays et surtout quelle vie ils vivent une fois dans cette situation inextricable…
 
C’est vraiment poignant. L’émotion des récits est très bien rendue par les dessins qui apportent un « bagage » aux témoignages.
 
Le témoignage en lui-même est brut et sans concession. A la fin de l’album il y a une petite biographie de chaque personne qui se livre. C’est vraiment très intéressant. Également à la fin, un dossier sur l’immigration en France.
 
Avant chaque témoignage, il y a une citation plus ou moins négative sur l’immigration par des politiques… Voici celle de Dominique de Villepin quand il était Ministre des Affaires Étrangères en 2003 :
 
« …Il n’a pas le droit de travailler ; il ne peut pas retrouver les siens ; il erre de foyer en foyer. Déraciné, fragilisé, il est exposé à toutes les compromissions. Telle est aujourd’hui la réalité de notre droit d’asile, marquée par l’attente, l’inquiétude et le doute. »