Mourir partir revenir, le jeu des hirondelles : Zeina Abirached

Roman graphique en noir et blanc aux traits assez gros presque enfantins, très graphiques justement, qui raconte la vie à Beyrouth en 1984.
 
Un immeuble, une famille, des voisins, qui vivent avec solidarité la peur de chaque instant de se faire tirer dessus par des francs-tireurs ou voir leur logement détruit par des obus.
 
J’ai beaucoup aimé cette bande-dessinée qui au travers d’un quotidien peu ordinaire, raconte avec beaucoup d’émotion la vie d’une ville, la vie des civils pendant une guerre.
 
Pour en savoir plus et voir des planches, allez donc faire un tour sur le site des Editions Cambourakis 

8 commentaires sur « Mourir partir revenir, le jeu des hirondelles : Zeina Abirached »

  1. @esmeraldae : Oui, tout à fait! J’ai oublié de dire que ça me faisait penser un peu à Marjane Sartrapi (en plus graphique peut-être). J’ai beaucoup aimé!

    J'aime

    1. moi aussi je l’ai trouvée par hasard à la médiathèque et j’ai vraiment apprécié cette découverte. Je suis tout à fait d’accord avec tes adjectifs!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :