[Billet Guest Star par Mrs B] The Help (La couleur des sentiments) : Kathryn Stockett

« The Help » de Kathryn Stockett se déroule à Jackson, Mississippi au début des années 60 pendant la Ségrégation. L’auteur parsème d’ailleurs son roman de détails historiques avec Rosa Parks et le boycott des bus, la marche pacifique de Martin Luther King ou l’assassinat de JFK. L’une des forces du roman est l’alternance des trois narratrices, femmes très courageuses, avec qui au fil des pages on s’imagine devenir amie.

Il y a Aibileen et Minny deux domestiques de couleur et Miss Skeeter, jeune fille blanche qui vit dans la plantation de coton familiale. Miss Skeeter s’éveille au monde dans lequel elle vit lorsque son amie Miss Hilly lance le «  Home Help Sanitation Initiative » (sanitaires réservés pour les domestiques) pour les « Nigras » pour ne pas attraper leurs «  colored diseases ». Miss Skeeter qui aspire à devenir journaliste, se met alors à écrire anonymement avec l’aide d’Aibileen et de Minny sur la vie des domestiques, leur relation avec les «  Blancs »  et toutes ces « colored things » au risque de se faire démasquer.

C’est un roman boulversant que l’on referme avec tristesse en laissant ces trois femmes face à leur destin. Je l’ai tout simplement dévoré et adoré.

avec Sandrine et Enna 

The help (La couleur des sentiments) : Kathryn Stockett

Comme d’habitude, j’ai beaucoup plus de mal à parler d’un coup de coeur que d’un autre livre… Alors avant de vous parler du contenu, je dois vous dire que ce livre fait parti de ceux qu’avais envie de dévorer, de tout arrêter pour le lire mais qu’à la fin j’étais partagée entre l’idée de le finir à tout prix et celle de ralentir pour ne pas le finir tout de suite car cela voulait dire quitter les personnages que j’avais envie de continuer de voir évoluer…

Nous sommes donc dans une petite ville du Mississippi. Les femmes blanches aisées ont toutes des domestiques noires qui font leur ménage, les nourrissent et élèvent leurs enfants… et qui sont plus ou moins bien traitées selon les patronnes… Il y a un petit côté « desperate housewives » chez ces jeunes femmes oisives qui n’ont comme occupations que le shopping, les comités de femmes et le qu’en dira-t-on…

Skeeter, une jeune femme blanche ayant fini ses études revient à Jackson et ne trouve plus vraiment sa place dans ce cercle d’amies…Elle a du mal à accepter certaines règles qui régissent la vie entre les blancs et les noirs.

Un projet d’écriture la met en contact avec Aibeleen et Minnie, deux domestiques noires et à elles trois, elles écrivent la vie de ces femmes (et forcément, la vie de leurs patronnes blanches). Elles traversent « la ligne invisible » qui sépare cette société en mutation  qui reste quand même encore très figée dans le sud des États Unis.

De ce roman, plusieurs choses essentielles ressortent : c’est un roman aux personnages vraiment très bien écrits. Ils sont attachants, réels, touchants, énervants, adorables ou insupportables…

C’est un roman de femmes : de femmes fortes et de femmes faibles et celles qui sont « sensées » être les plus faibles et écrasées ne sont pas forcément celles qui le sont le plus… C’est un roman sur la place des femmes dans la société américaine des années 60… Les femmes blanches aisées par rapport femmes noires selon les « règles implicites » qui existent dans le sud, mais aussi les femmes blanches entre elles.

C’est aussi un roman historique sur une période de transition aux États Unis sans pour autant que cela ne ressemble à un cours d’histoire. Des informations clés sur la situation politique de l’époque sont distillées ici ou là, comme dites en passant… Le Vietnam, Rosa Parks, Martin Luther King, l’intégration des noirs dans les universités, la mort de Kennedy sont évoqués et donnent l’ambiance générale, une toile de fond de cette époque.

Pour avoir étudié la place des femmes afro-américaines à travers la littérature pour mon mémoire de DEA (« L’affirmation de l’identité des femmes afro-américaines dans 3 romans d’Alice Walker »), j’ai beaucoup lu de documents et de témoignages sur le sujets et je peux vous dire qu’en plus d’être passionnant, émouvant, révoltant, touchant, ce roman est juste.

avec Sandrine et avec Mrs B (ma copine qui n’a pas de blog : son billet est chez moi!)


Commentaires laissés sur canalblog à l’époque :
Comme tu le sais deja, gros coup de coeur pour moi aussi ! je m’en vais lire le billet de ton amie et rajouter son lien dans le mien

Posté par Sandrine(SD49)jeudi 14 avril 2011
@Sandrine : J’ai vraiment tout aimé dans ce livre et je voulais continuer de suivre les personnages… j’aurai voulu un 2ème tome…une saga!!!  Posté par enna, jeudi 14 avril 2011
Il faudrait que je le relise car je l’ai lu très vite, pour un prix. Et je n’ai donc pas fait de billet. Mais j’avais énormément aimé !  Posté par Leiloonajeudi 14 avril 2011
@Leiloona : c’est « criminel » de ne pas en avoir parlé si tu as aimé  Vite : un billet!  Posté par enna, jeudi 14 avril 2011
Oh la la, vivement la semaine prochaine que je l’achète! Posté par Valériejeudi 14 avril 2011 @Fransoaz : J’ai hâte de lire ton avis! Je crois qu’il fait l’unanimité!
@Valérie : je suis sure et certaine que tu vas aimer!! Posté par enna, jeudi 14 avril 2011
Il est juste et c’est sûrement pour cela qu’il touche beaucoup (en plus d’être très bien écrit avec des personnages qu’on n’est pas prêt d’oublier !!!). Je pense qu’il restera dans mes romans préférés tous temps  Posté par Joellejeudi 14 avril 2011
@Joelle : un livre plein de sentiments forts et intenses (dans le positif et le négatif) c’est rare! Posté par enna, jeudi 14 avril 2011
hé hé ! bienvenue au club !! Posté par Theomajeudi 14 avril 2011
@Theoma : Chouette club!!!  Posté par enna, jeudi 14 avril 2011
en tout cas tu me donnes le goût de le lire maintenant!!!! Posté par Julesjeudi 14 avril 2011
@Jules : tant mieux! J’espère que tu y prendra autant de plaisir que moi! Posté par enna, jeudi 14 avril 2011
Décidément, un roman qui plaît à tous. IL faut que je me décide à le lire… mais j’attends. Trop de pub pour le moment. Call me bizarre! Posté par Karine:)dimanche 17 avril 2011
@Karine  : non,non, je te comprends, quand je commence un livre qui a beaucoup plu, j’ai toujours un peu peur de ne pas accrocher et du coup d’être déçue d’être déçue (je ne sais pas si je suis très claire  Mais là…il est vraiment bon!!!!  Posté par enna, dimanche 17 avril 2011