« La machine à noeuds de mots » de Arthur Ténor

Sébastien a un père inventeur qui imagine des machines plus folles les unes que les autres. Sa dernière invention est sensée décupler la mémoire… Sébastien est très tenté par cette invention, imaginant déjà les 20/20 qu’il aurait grace celle-ci… Il a beau savoir que la machine n’est pas encore au point, il ne peut pas s’empêcher de l’essayer…

Et là, c’est le début d’une aventure assez embarrassante car à chaque fois qu’il parle les mots se mélangent et ce qu’il dit est incompréhensible. Heureusement avec l’aide de Julie, une amie de l’école, et sa tante Martha, il essaie de s’en sortir avant que son père ne s’aperçoive qu’il a utilisé l’invention sans sa permission.

Je dois dire que j’ai bien rigolé en lisant cette histoire : les situations invraissemblables dans les quelles Sébastien se retrouve à cause de sa langue qui fourche sans arrêt sont vraiment cocasses.

C’est une histoire légère et enlevée, un très bon moment de détente!

Ce roman est la lecture « objet«  de ma catégorie « Petit Bac Jeunesse » pour le

Sélection « 6ème » du Festival du livre de jeunesse et de bande dessinée de Cherbourg-Octeville 

Cheval de guerre (War horse) : Michael Morpurgo

Joey est un cheval anglais qui est vendu à l’armée Britannique au début de la 1ère guerre mondiale et qui est envoyé en France pour se battre avec la cavalerie dans cette guerre où les soldats -hommes et animaux- sont traités comme de la chaire à canons.
Raconté avec la voix et le point de vue du cheval, ce roman jeunesse est un très beau « témoignage » sur cette guerre absurde… Et comme le cheval passe par les camps anglais, allemands et même une famille française, on peut voir comment l’horreur de la guerre touche tout le monde et que finalement les hommes sont les mêmes peu importe leur nationalité.
C’est un très beau roman, très sensible et juste.
Je dois dire que je n’en doutais pas car jusqu’à présent j’ai aimé tout ce que j’ai lu de Michael Morpurgo! Je vous recommande particulièrement « Soldat Peaceful » sur la même période historique (lu avant le blog) mais dans un autre genre, j’ai adoré « Le royaume de Kensuké » et « Seul sur la mer immense » et vous trouverez d’autres titres dans l’index des auteurs jeunesse.

Ce roman est la lecture « animal«  de ma catégorie « Petit Bac Jeunesse » pour le Challenge Petit Bac

Royal Wedding!

Non, non, je ne suis pas invitée au mariage royal…

Peut-être parce que les Princes et moi, on partage des moments intimes…

Mais en fait, je suis très très déçue car je ne pourrai même pas assister au mariage à la télé car aujourd’hui nous roulons toute la journée vers Lyon…  😦 (mais je ne suis pas déçue d’aller à Lyon!!)

Pour me consoler je boirai dans ma tasse so royal :

Alors pour avoir l’impression d’y participer un peu, je vous propose cette photo de famille…

La famille Royage en tricot… c’est kitch, non?!

So British…

J’adore!

« Le cul des anges » de Benjamin Legrand

Dans ce roman noir, sur la Côte d’Azur, on croise des gens qui n’ont à priori rien à voir les uns avec les autres : un commandant de l’US Navy et son chauffeur, un homme d’affaire, un groupe de rock, une jeune paumée et son chien, un tueur à gages, deux petits vieux, une jeune femme mystérieuse, un réalisateur de films pédophiles, des gardes du corps… Leurs destins se trouvent mêlés par le biais de coïncidences en chaîne… et comme dans un film d’action, les évènements se succèdent à vitesse grand V

Ce n’est pas toujours très réaliste mais c’est accrocheur (même si la toile de fond est un peu glauque…) et on veut savoir comment « les gentils » vont s’en sortir et si les « méchants » vont y passer…

Comme dans un film d’action, si on commence à trop réfléchir, on voit les ficelles et les incohérences mais franchement, ce n’est pas gênant.

Le point faible, à mon avis, c’est plutôt les histoires d’amour qui semblent instantanées, ce qui pour le coup est un peu exagéré 😉

J’ai acheté ce roman au Salon du livre de Rennes parce que l’auteur avec qui j’ai discuté m’a paru très sympathique. Il est en lisse pour le Prix SNCF du Polar  (et si vous cliquez sur le lien vous pourrez écouter un extrait du roman.)

J’ai acheté ce roman pour l’anniversaire de mon frère mais je l’ai quand même lu avant (car je n’aime pas offrir un livre que je n’ai pas lu) et je l’ai fini dans la voiture avant d’arriver à  l’anniversaire en question 😉 … Mais du coup ce livre n’a pas été compté dans ma nouvelle PAL 2011… car officiellement il n’était pas pour moi ;-)… Comment ça je suis dans le déni?? 😉

 

Ce roman est la lecture « gros mot » de mon

Lily Love Peacock : Fred Bernard

C’est l’histoire de Lily qui est mannequin mais qui a un regard totalement désabusé sur son métier. Elle s’ennuie et se sent seule malgré tout le monde qui gravite autour d’elle.
 
Elle rencontre Ruby, une coiffeuse des défilés et qui fait également partie d’un groupe de rock. Elles deviennent amies et Lily porte alors un regard différent sur sa vie. Les textes qu’elle écrit entre deux défilés deviennent des chansons qu’elle chante dans le groupe de Ruby.
 
Elle revient également sur son passé, avec son père en Afrique et découvre un autre pan de sa famille.
 
Dans cette bande dessinée on suit donc l’évolution d’une jeune femme « qui a tout pour être heureuse » mais qui se cherche malgré tout… Les dessins sont intéressants car certaines situations ordinaires sont transformées en scènes irréelles. Les planches de dessins sont régulièrement entre-coupées par des textes des chansons de Lily.
 
J’ai passé un bon moment!
 Mo’la fée qui m’a envoyé cette BD pour le Loto BD)!
 
Ce roman est la lecture « animal » de ma catégorie « Petit Bac BD » pour le Petit Bac 2011