« Le major parlait trop » de Agatha Christie

Miss Marple est en vacances aux Antilles. Elle profite du temps qui passe tout en s’ennuyant un peu car il n’y as pas autant à observer que dans son village et elle se retrouve même un peu obligée d’écouter le Major Palgrave qui a tendance à s’imposer aux autres avec ses histoires qu’il radote.

Mais quand le major est retrouvé mort dans sa chambre et que tout porte à croire que cette mort est naturelle mais c’est sans compter sur Miss Marple qui trouve cela louche. Elle se souvient vaguement d’une histoire du Major Palgrave et elle est persuadée qu’il y a un meurtrier dans l’hotel.

A sa manière, elle mène l’enquête. Elle est très douée pour passer inaperçue comme une petite grand-mère inoffensive mais elle sait faire parler les gens de tout et de rien et en faire ressortir des informations comme autant de pièces d’un puzzle.

Je ne peux pas dire que c’est mon Agatha Christie préféré mais j’ai passé un bon moment. J’ai plutôt apprécié Miss Marple qui a un regard intéressant  sur la société qui l’entoure et qui change. Elle a de l’humour et c’est très sympathique.

21 ème livre lu dans le cadre du de George (cliquez sur le logo pour en savoir plus)

 

         7 ème lecture de la version 2012 du challenge

Cette lecture est mon livre « Métier / Fonction » pour la catégorie « Agatha Christie joue au Petit Bac »

« La fille du professeur » de Sfar et Guibert

A l’époque victorienne, à Londres, la fille du professeur Bowell, archéologue réputé passe du bon temps avec une momie que son père a ramené d’expédition et qui doit être confiée au British Muséum mais qui sous ses bandelettes, a repris vie.

Malgré les fameuses bandelettes, le fait de porter les vêtements du professeur semble faire illusion et ils se promènent tous les deux dans Londres et tombent amoureux. Malheureusement, ils s’attirent des ennuis et la fille du professeur et la momie doivent fuir. Ils croisent la route d’une autre momie vivante

Cette bande dessinée loufoque est assez décalée et pourtant, je suis rentrée dans l’univers de cette histoire improbable. Le dessin y est pour beaucoup car j’ai trouvé que les planches étaient très belles, aux traits fluides, presque liquides ou vaporeux, comme des aquarelles aux teintes douces, un peu sépia.

J’ai passé un moment agréable mais cette bande dessinée ne m’a pour autant pas plus marquée que cela.

 

                                                             Roaarrr Challenge 

Cette BD est ma 2ème lecture « métier / fonction » de ma catégorie « Petit Bac BD » pour le 

« Docteur Jekyll et Mister Hyde » de Mattotti et Kramsky

Cette bande dessinée raconte l’histoire de Dr Jekyll qui, persuadé que l’on peut séparer les deux parties de sa personnalité  -le bien et le mal- s’injecte une potion de son invention et se transforme en un homme sans contraintes, un jouisseur, un homme qui petit à petit devient un monstre.

Il accepte très bien ces deux parties de lui-même –d’un côté le sage et respectable Dr Jekyll, de l’autre, le terrible Mr Hyde– jusqu’à ce qu’il ne puisse plus passer de l’un à l’autre.

Cette bande dessinée est donc l’histoire bien connue par Robert Louis Stevenson. J’ai beaucoup aimé les dessins aux traits mouvants et surtout aux couleurs vraiment très fortes. Les jeux d’ombres, de couleurs et de motifs servent parfaitement cette histoire sombre et grandiose à la fois. Les traits changent selon le personnage mis en avant, avec des distorsions dans les dessins et dans les couleurs quand Mr Hyde est en scène et plus sombres et sages quand il s’agit du Dr Jekyll.

Cette BD est ma lecture « Métier/Fonction » de ma catégorie « Petit Bac BD » pour le                                                                                Roaarrr Challenge