Les revenants (The raising) : Laura Kasischke

Voici encore un livre pour lequel je vais avoir beaucoup de mal a écrire un billet… Mais je vais commencer par vous dire que j’ai eu un coup de cœur : pour le style de l’auteur qui est fluide, direct, et simple, pour la construction du récit avec ses changements de narrateurs, de points de vue, de périodes puisqu’il y a des allers et retours dans le temps sans que cela soit pour autant confus et l’histoire elle-même qui est riche en émotion. L’auteur nous embarque : on croit savoir où on va mais on est vraiment surpris. Il faut juste se laisser porter par l’histoire.

Je ne pouvais pas lâcher le roman, j’y pensais quand je ne le lisais pas, j’avais hâte de retrouver les personnages, l’histoire… J’ai même été presque contente de mal dormir deux nuits de suite pour pouvoir le lire! Et pourtant Valérie qui me l’a offert, m’avait prévenue qu’elle n’avait pas réussi à le finir alors je l’ai commencé avec des doutes… mais j’ai été happée, j’ai adoré!

Maintenant, je vais essayer de vous parler du contenu mais je me méfie car je ne veux vraiment pas trop vous en dire car d’une part, quand je l’ai lu je ne savais presque rien et d’autre part, tout repose sur les rebondissements et les révélations qui se font au fur et à mesure de la lecture…

Je vous dirai juste que l’histoire se déroule sur un campus américain sur une période d’un an environ avec des allers-retours. Qu’une jeune fille appartenant à une sororité très sélect a été tuée dans un accident de voiture conduite par son petit ami mais qu’un témoin de la scène ne se souvient pas des événements tels qu’ils sont relatés dans la presse. Il y a des histoires d’étudiants, des histoires d’amitié, des histoires de fantômes que l’on croit voir ou que l’on veut voir, des réflexions sur la mort, beaucoup de mystères.

C’est aussi une analyse de la vie des universités américaines avec leurs codes, leurs systèmes de fraternités, de professeurs, de hiérarchie…

Laura Kasischke arrive à brosser un tableau de la société américaine,qui, au premier abord,  pourrait paraître lisse tout en jetant de ci, de là, un peu d’acide pour modifier le portrait. J’avais déjà beaucoup aimé ce regard presque cynique, à double tranchant dans « A moi pour toujours » et « Un autre monde ».

Dans ce roman, tout n’est que faux semblant, on se fait avoir comme dans un polar!

 Valérie :  Merci beaucoup. Ce livre était sur ma LAL grâce au billet de Leiloona

avec Aproposdelivres et Mrs B                                

12 commentaires sur « Les revenants (The raising) : Laura Kasischke »

  1. J’aime bcp cette auteur (sauf ‘La vie dvt ses yeux’, où je n’ai pas compris gd chose).
    Mon préféré ‘Un oiseau blanc ds le blizzard’. Et ce dernier, ‘Les revenants’ est dans ma PAL, ton avis me donne envie de sauter dessus !

    J'aime

  2. Euh, non, Clara, pas total, je n’ai pas réussi à le finir! Mais je suis ravie qu’il t’ait plu, Enna! Il faudrait que je reprenne ma lecture mais maintenant que j’en connais la fin, je ne vois plus trop l’intérêt.

    J'aime

  3. @Sandrine : C’est peut-être que cette auteur et toi n’êtes pas faite l’une pour l’autre mais celui-là est très bien quand même @Canel : en tout cas j’ai envie d’en lire d’autre, je note donc celui que tu as aimé! @Mrs B : de rien…Grâce à toi, j’ai aussi fait des belles découvertes!
    @Clara : Dans la lecture commune oui, les 3 ont aimé mais j’allais justement te dire que Valérie ne serait pas d’accord @Valérie : C’est dommage qu’on t’ait parlé de la fin car le côté mystérieux est important! Merci encore j’ai adoré! J’espère que tu accrocheras quand même à « à moi pour toujours »

    J'aime

    1. @Leiloona : J’aurai pu passer à côté sans toi ça aurait été dommage! Moi je te conseille « En un monde parfait »
      et « A moi pour toujours »
      mais en même temps ce sont les deux seuls que j’ai lu (et aimé!)
      Posté par enna, dimanche 13 mai 2012

      J'aime

  4. Je suis contente de voir que ce fut un coup de coeur pour toi aussi En plus de l’histoire qui égratigne (comme à son habitude) la société américaine, c’est la construction qui m’a le plus bluffée Et je l’ai lu d’une traite en un après-midi tellement je ne pouvais le lâcher

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :