Quatre petits romans d’Eric Simard dans la collection Mini Syros

La collection « Mini Syros » propose des nouvelles pour les enfants en un volume. J’ai déjà lu cette collection pour Claire Gratias  ici et ici.

Le CDI de mon collège a acheté plusieurs titres de cette collection écrits par Eric Simard car nous allons le rencontrer l’année prochaine avec le Club Lecture.

J’ai lu les quatre à la suite, ils sont totalement indépendants, avec leur propre unité mais comme ils sont très courts et que j’ai trouvé un peu frustrant de n’en lire qu’un à la fois, je vous en parle en un seul billet, comme un mini recueil de nouvelles.

« Grâce » à leur taille, ces petits romans vraiment courts peuvent  permettre à des jeunes qui ne sont pas attirés par la lecture de se lancer mais je dois dire aussi, que « malgré » leur taille, ces romans abordent des thèmes vraiment riches et peuvent déclencher des discussions et méritent d’être approfondis avec de jeunes lecteurs.

 

« On a volé mon vélo » de Eric Simard

Kévin s’est fait voler son vélo dans la rue mais pour que ses parents puissent toucher l’assurance, il fait croire que ce vol a eu lieu dans la cave de son immeuble. Malheureusement, tout le monde croit que c’est le nouveau voisin -un arabe- qui a commis le délit et Kévin a vraiment mauvaise conscience.

Cette histoire est donc une réflexion sur le racisme et les stéréotypes qui est bien amenée.

Ce roman est ma lecture « Objet » de ma catégorie « Petit Bac Jeunesse » pour le 


« Les aigles de pluie » de Eric Simard

Tirdyk et Choden sont deux enfants qui appartiennent à un groupe qui vit très proche de la nature et des esprits. Mais leur peuple est écrasé par les Kins qui développent les technologies à outrance sans respecter l’environnement. Ils sont séparés et doivent vivre en ville ou en prison ce qui les rend très malheureux… Mais leur amour et leur lien avec la nature ne peut pas être brisé.

Un parallèle se fait immédiatement avec les Indiens d’Amérique. Une belle réflexion sur l’écologie, le respect des animaux et de la nature. Beaucoup de poésie.

Le format est un peu frustrant car on a envie d’en savoir plus sur ce que vont devenir les deux héros et leur peuple.

 

Ce roman est ma lecture « Animal » de ma catégorie « Petit Bac Jeunesse » pour le 

 

« Robot mais pas trop » de Eric Simard

Dans le futur, Adam vit avec ses parents dans une maison avec beaucoup de robots et avec un domestique androïde qui ressemble beaucoup à un humain. Un jour le directeur de l’école et sa femme viennent prendre le thé mais c’est une catastrophe car les robots de la maison sont presque tous défectueux et tout va de travers.

Après un accident lors de cette soirée, Adam commence à être bizarre et il se pose des questions sur ce qui ne va pas chez lui.

Cette histoire commence comme une comédie avec les clowneries des robots qui déraillent mais se termine par un vrai questionnement sur l’identité, sur l’appartenance à une famille, sur la modernité de la technologie.

J’ai juste un peu peur que la fin qui est plutôt émouvante passe un peu inaperçue auprès des jeunes car elle arrive vite à la fin et est pleine de non dits.

 

« L’enfaon » de Eric Simard

L’enfaon est un enfant qui ayant une maladie grave a été soigné en étant génétiquement modifié pour grandir avec les gènes du cerf qui n’est pas affecté par cette maladie. Il est donc à moitié enfant humain et à moitié faon.

Il est intégré dans une école « normale » mais ce n’est pas facile d’être différent : on se moque de lui, il ne s’intéresse pas aux matières enseignées, il est toujours en décalage avec les autres. Leïla, qui est dans la même classe que lui est tombée amoureuse de l’enfaon. Elle a du mal à l’aborder mais l’enfaon qui est très sensible aux autres finit par lui faire confiance.

C’est une très jolie histoire sur la différence – que l’on pourrait rapprocher du handicap- et sur la tolérance. C’est plein de douceur et d’émotion.

  24 (allez, j’en compte un pour les 4 😉