Et rester vivant : Jean-Philippe Blondel

Jean-Philippe Blondel raconte ici une partie de sa jeunesse où tout a basculé dans sa vie. A 18 ans, il a perdu sa mère et son frère dans un accident de voiture et à 22 ans, c’est son père qui meurt dans les mêmes conditions… Ce drame l’assomme complètement.

« Personne ne perd son frère et sa mère, puis quatre ans plus tard son père -à l’âge de 22 ans. Ça n’arrive jamais, ce genre de choses. Même dans les romans. Il y a une limite à l’indécence, quand même. Le romancier plonge son héros dans la tragédie, il ne va pas en rajouter une couche. Il est sur le point d’ajouter un troisième décès, et puis il se reprend : « Ah non, honnêtement, c’est impossible, il faut que je trouve autre chose. » P 27

Avec son ex petite amie et son meilleur ami (qui sont maintenant ensemble), il part aux États Unis car il veut voir Morro Bay dont il a entendu parler dans une chanson de Loyd Cole. Mais surtout, il ressent un besoin impérieux de fuir les regards plein de pitié que les gens portent sur lui. Il ne supporte pas non plus l’héritage qu’il a touché et préfère le dépenser pour ce voyage… Qui sera en fait un voyage de reconstruction.

Dans ce roman (est-ce vraiment un roman, d’ailleurs? Un témoignage? Une autobiographie?), Jean-Philippe parle de ce poids que ce jeune homme de 22 ans porte sur ses épaules. Il revient sur des souvenirs de la vie « d’avant », des souvenirs futiles ou lourds, sur les espoirs et les non-dits.

« J’ai vingt deux ans et je suis le dépositaire de leurs histoires inachevées. J’ai vingt deux ans et je suis le reliquat de récits. Une survivance. Un putain de séquoia. » P 95

C’est un récit émouvant sans être larmoyant. C’est fort, tendre et cruel à la fois. J’ai beaucoup aimé même si j’avoue que j’ai du mal à en parler.

D’ailleurs, c’est en entendant Jean-Philippe Blondel en parler lui-même dans l’émission « Le grand entretien » sur France Inter que j’ai eu  envie de lire ce livre alors je vous recommande de l’écouter (ça sera possible jusqu’en août 2014 😉

Et un peu de musique d’ambiance : « Rich » de Loyd Cole, la chanson qui a donné envie à Jean-Philippe Blondel d’aller voir Morro Bay


Commentaires laissés à l’époque sur canalblog :
Toujours pas lu ! maintenant que ce n’est plus une nouveauté du mois peut-être qu’il sera dispo à la bibli
Posté par Sandrine(SD49), dimanche 10 juin 2012 |
 
Je le lirai mais je prendrai des gants, je risque de me prendre cette histoire en pleine figure …
Posté par Leiloona, dimanche 10 juin 2012
 
@Sandrine : il est à moi alors je peux te l’envoyer si tu veux!
 
@Leiloona : j’ai cru comprendre dans divers commentaires que tu as fait, que c’était une histoire proche de la tienne : mais je pense que le fait que le narrateur (l’auteur) se penche sur son ressenti de l’époque en fait un récit personnel et fort sans que ce soit trop dur…enfin, je ne sais pas si je suis très claire Il y a aussi des livres qu’il faut lire quand on est sûr d’être prêts : il en fait peut-être partie.
Posté par enna, dimanche 10 juin 2012
 
c’est gentil mais je pense le trouver à la bibli un de ces jours. Et puis je me suis promis de faire diminuer ma PAL, je dis ça mais j’ai quand même accepté un LV de Cécile ce matin ….
Posté par Sandrine(SD49), dimanche 10 juin 2012 |
 
Sandrine : je te comprends très bien, j’essaie moi-même de faire descendre la PAL (et je vais lire un LV de Liliba
En tout cas tu sais où il est
Posté par enna, dimanche 10 juin 2012
 
Je suis restée insensible à ce livre et l’auteur a eu la gentillesse de m’adresser un mail en disant que « ce n’était pas grave, qu’un livre peut toucher et quelquefois non. » J’ai trouvé ce geste de sa part très beau et si vrai!
Posté par clara, dimanche 10 juin 2012
 
@Clara : C’est vraiment un message fondamental de Jean-Philippe Blondel : c’est vrai que les rencontres ne se font pas toujours avec certains livres et c’est la diversité de points de vue qui peut ressortir de chaque lecture qui est intéressante!
Posté par enna, dimanche 10 juin 2012
 
je veux bien que tu me le prêtes maintenant que j’ai ENFIN fini mon livre audio!
Posté par Mrs B, dimanche 10 juin 2012
 
Je l’ai déjà noté mais j’ai plus envie de lectures joyeuses en ce moment…
Posté par herisson08, dimanche 10 juin 2012 |
 
@Mrs B : Pas de problème! Il arrive demain! Et tu as fini ton livre audio plus vite que tu ne pensais finalement! Est-ce que ça sera ton billet du mois?
 
@Herisson : Curieusement, je ne peux pas dire que j’ai trouvé ce livre triste ou déprimant. c’est vraiment un roman d’introspection, de recherche de soi (bon, c’est pas « youpi tralala », je te l’accorde ) mais l’écriture et le fait qu’il revienne sur son passé rendent les choses facile à lire j’ai trouvé.
Posté par enna, dimanche 10 juin 2012
 
J’avais bien aimé, même si je suis rarement convaincue par les histoires dont la narration est faite par flashbacks et petites touches. Je suis bien plus sensible quand la narration est plus linéaire.
Posté par Petite Fleur, dimanche 10 juin 2012 |
 
C’est un auteur que j’aime beaucoup pour ses livres mais aussi pour ce que j’ai pu entrevoir de sa personnalité. Je sais qu’il lit les blogs mais il est toujours très discret. J’ai reçu le même genre de commentaire que celui de Clara à propos de G 229, seul livre de cet auteur à côté duquel je suis passée.
Posté par saxaoul, dimanche 10 juin 2012
 
@Petite Fleur : J’ai bien aimé justement ce regard qui faisait des allers et venus entre le jeune homme de l’époque et le narrateur/auteur.
 
saxaoul : je compte bien lire encore d’autres livres de lui. C’est bien de se dire que cet auteur est un « homme normal », qui ne pense pas qu’il faille l’encenser! En lisant « G229 » j’ai perçu une part de sa personnalité qui m’a beaucoup plue.
Posté par enna, dimanche 10 juin 2012
 
J’ai commencé G229 hier soir…
Posté par Mrs B, lundi 11 juin 2012
 
@Mrs B : je t’amène quand même celui là aussi
Posté par enna, lundi 11 juin 2012
 
Supprimer ce commentaire
C’est amusant car ce matin je me disais qu’il fallait que j’emprunte ce roman à la médiathèque et cinq minutes plus tard je tombe sur ton billet ! Du coup, il faut vraiment que je le prenne !
Posté par Midola, lundi 11 juin 2012
 
J’ai lu trois romans de Blondel et je n’en ai aimé qu’un seul. J’ai peur que celui-ci soit vraiment trop mélo en dépit du fait que tu l’aies trouvé émouvant sans être larmoyant…
Posté par Reka, lundi 11 juin 2012
 
@Midola : Je crois que c’est le destin : il faut que tu le lises
 
@Reka : Non, je t’assure je ne l’ai pas trouvé mélo du tout car il y a surtout de la colère dans ce jeune homme qui se sent abandonné.
Posté par enna, lundi 11 juin 2012
 
J’ai peur qu’il soit un peu trop lourd pour moi, même si tu as aimé.
Posté par Karine:), lundi 11 juin 2012
 
@Karine : Je te comprends bien, car je m’étais dit que je ne le lirai pas à cause du thème, mais après avoir entendu Jean-Philippe Blondel en parler avec beaucoup de simplicité et de pudeur, j’ai eu envie d’en savoir plus sur sa façon de raconter cette partie de sa vie.
Posté par enna, lundi 11 juin 2012
 
J’ai aussi beaucoup apprécié cette lecture. Jean-Philippe Blondel nous fait part de choses très personnelles et douloureuses sans pour autant verser dans le misérabilisme ou l’apitoiement, j’ai trouvé ça très fort.
Posté par Tiphanie, lundi 11 juin 2012
 
@Tiphanie : j’ai perçu le livre exactement comme toi
Posté par enna, lundi 11 juin 2012
 
Comme toi,j’ai beaucoup aimé l’émission de France Inter. Blondel parle très bien de ses romans, mais tu as raison, ce n’est certainement pas vraiment un roman. Je note systématiquement les titres de Blondel, celui-ci est sur ma LAL bien sûr.
Posté par somaja, mardi 12 juin 2012
 
@Somaja : en fait, si on ne savait pas que le narrateur était l’auteur, c’est écrit comme un roman mais c’est aussi un témoignage. Je vais continuer à lire cet auteur qui en plus me parait un type qui a les pieds sur terre
Posté par enna, mardi 12 juin 2012
 
j’hésite depuis longtemps à lire un livre de cet auteur, je vais peut être me laisser tenter par celui ci !
Posté par titoulematou, mardi 12 juin 2012
 
@Titoulematou : celui ci est très personnel et tu peux aussi te lancer en jeunesse
Posté par enna, mardi 12 juin 2012
 
JP Blondel est vraiment un auteur que j’adore mais ce livre m’a un peu déçue. J’ai eu l’impression qu’il n’était pas allé au bout de ce qu’il avait à dire. En même temps, c’est une histoire tellement douloureuse qu’il doit être difficile de se livrer complètement.
Posté par Isa, jeudi 12 juillet 2012
 
@Isa : comme je ne connais pas encore bien son « répertoire » adulte, j’avoue que je n’ai pas de point de comparaison et j’ai bien aimé. Je me suis dit que c’était plus un témoignage personnel qu’un roman et donc qu’il ne disait que ce qu’il pouvait dire.
Posté par enna, jeudi 12 juillet 2012

15 commentaires sur « Et rester vivant : Jean-Philippe Blondel »

  1. @Sandrine : il est à moi alors je peux te l’envoyer si tu veux!
    @Leiloona : j’ai cru comprendre dans divers commentaires que tu as fait, que c’était une histoire proche de la tienne : mais je pense que le fait que le narrateur (l’auteur) se penche sur son ressenti de l’époque en fait un récit personnel et fort sans que ce soit trop dur…enfin, je ne sais pas si je suis très claire Il y a aussi des livres qu’il faut lire quand on est sûr d’être prêts : il en fait peut-être partie.

    J'aime

  2. Je suis restée insensible à ce livre et l’auteur a eu la gentillesse de m’adresser un mail en disant que « ce n’était pas grave, qu’un livre peut toucher et quelquefois non. » J’ai trouvé ce geste de sa part très beau et si vrai!

    J'aime

  3. J’avais bien aimé, même si je suis rarement convaincue par les histoires dont la narration est faite par flashbacks et petites touches. Je suis bien plus sensible quand la narration est plus linéaire.

    J'aime

  4. C’est un auteur que j’aime beaucoup pour ses livres mais aussi pour ce que j’ai pu entrevoir de sa personnalité. Je sais qu’il lit les blogs mais il est toujours très discret. J’ai reçu le même genre de commentaire que celui de Clara à propos de G 229, seul livre de cet auteur à côté duquel je suis passée.

    J'aime

  5. C’est amusant car ce matin je me disais qu’il fallait que j’emprunte ce roman à la médiathèque et cinq minutes plus tard je tombe sur ton billet ! Du coup, il faut vraiment que je le prenne !

    J'aime

  6. J’ai lu trois romans de Blondel et je n’en ai aimé qu’un seul. J’ai peur que celui-ci soit vraiment trop mélo en dépit du fait que tu l’aies trouvé émouvant sans être larmoyant…

    J'aime

  7. J’ai aussi beaucoup apprécié cette lecture. Jean-Philippe Blondel nous fait part de choses très personnelles et douloureuses sans pour autant verser dans le misérabilisme ou l’apitoiement, j’ai trouvé ça très fort.

    J'aime

  8. Comme toi,j’ai beaucoup aimé l’émission de France Inter. Blondel parle très bien de ses romans, mais tu as raison, ce n’est certainement pas vraiment un roman. Je note systématiquement les titres de Blondel, celui-ci est sur ma LAL bien sûr.

    J'aime

  9. JP Blondel est vraiment un auteur que j’adore mais ce livre m’a un peu déçue. J’ai eu l’impression qu’il n’était pas allé au bout de ce qu’il avait à dire. En même temps, c’est une histoire tellement douloureuse qu’il doit être difficile de se livrer complètement.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :