« Jeanine » de Matthias Picard

Cette bande dessinée est l’histoire de la vie de Jeanine, une prostituée d’un certain âge aussi connue sous le nom d' »Isa la suédoise », une femme qui a vécu une vie extraordinaire.

Depuis sa jeunesse en Algérie, elle a eu une vie hors du commun, sauvant un homme de la noyade, puis des enfants dans une émeute. Elle devient un jour prostituée presque par hasard. Elle fait de la prison, a eu des histoires d’amour, a été une figure majeure dans la défense des droits des prostituées dans les années 70.

Elle raconte toute sa vie à Matthias Picard qui est son voisin et a une certaine fierté à parler de lui comme l’auteur qui écrit sa vie (même si elle aurait préféré qu’on écrive un « vrai livre » 😉 A l’époque où il l’a rencontre, elle commence à vieillir et être un peu diminuée. Il n’est pas toujours facile de savoir si tout ce qu’elle raconte est vrai mais peu importe! C’est une histoire très personnelle et très humaine qui raconte aussi des époques qui passent.

Le dessin en noir et blanc avec pas mal de fonds noirs fait penser à des carnets et est plutôt agréable, même si l’écriture dans les bulles ne m’a pas trop plue.

 

                       

« Intrus à l’étrange » de Simon Hureau

Martial vient de perdre son grand-père il s’en veut de ne pas l’avoir beaucoup vu ces derniers temps alors que plus jeunes, ils étaient très proches. Chez le vieil homme, il trouve deux valises très lourdes qui sont adressées à un certain Félix Larose à Magnat L’étrange. Il trouve aussi des lettres écrite par une certaine Georgette Blizard du même village.

Comme sa vie n’est pas particulièrement réjouissante à cette époque, Martial décide d’aller à Magnat L’Etrange pour donner les valise à ce mystérieux Félix Larose.

Arrivé dans ce village, personne ne connait cet homme. Il se retrouve dans une étrange situation : un homme, le bouc émissaire de tout le village revient après avoir été tabassé et tout le monde pense que Martial est ami avec lui. Georgette, meurt juste près avoir discuté avec lui et à l’hôtel où il loge, il est en compagnie de deux autres hommes et tout le monde les prend pour des journalistes. L’un des deux est spécialiste de vampires et un spécialiste de chauves souris, car ces dernières pullulent étrangement dans les environs... La fille de « Linlin », l’homme détesté par tout les villageois est une originale qui défend son père.

Martial qui est neutre dans les relations du village parle à tout le monde, ne cherchant qu’à retrouver l’ami de son grand père. Au hasard de ses déambulations, il découvrira un mystère

J’ai beaucoup aimé les dessins de Simon Hureau, particulièrement les paysages qui sont à la fois réalistes et poétiques.

J’ai bien aimé l’histoire mais j’ai j’ai trouvé que la fin qui est vraiment très riche était trop brève par rapport au reste. Cela manquait un peu d’équilibre à mon goût. La fin aurait mérité d’être développée : j’ai un peu l’impression de passée à côté de quelque chose de vraiment fort, comme si la fin était passée en accéléré. C’est dommage.

 

                                                                        Roaarrr Challenge

« Paul au parc » de Michel Rabagliati

Dans cet album, Paul est enfant et on découvre sa vie de tous les jours. Les histoires compliquées de sa famille, qui ne vit pas forcément en harmonie avec la grand-mère voisine de palier, les premiers sentiments amoureux, les copains, enfants et adultes rencontrés lorsqu’il commence à participer aux scouts et la liberté et l’ouverture que lui apportent les camps.

Il y a également des aspects politique de cette époque avec le mouvement FLQ, Front de Libération du Québec, qui devient de plus en plus violent… Même si cette partie est racontée avec un regard d’enfant, par les souvenirs de ce qu’il a perçu à la télévision, on y apprend des choses. Il y a aussi le désir de Paul de devenir dessinateur de bande dessinée et ses essais dans ce domaine.

Cette bande dessinée a la fraîcheur et l’innocence de l’enfance parfois entrecoupée de moments difficiles à comprendre pour Paul. D’ailleurs, j’ai déjà remarqué dans les autres albums que j’ai lu de cette série, qu’il y a toujours une lecture plus sombre derrière des évènements du quotidien.

La fin est une claque qui fait repenser un peu la lecture… L’innocence et la jeunesse sont des choses bien fragiles…

Je n’en fais pas un coup de cœur mais c’est une lecture très agréable.

 

                     

Cette BD est ma 2ème lecture « objet » de ma catégorie « Petit Bac BD » pour le  (je pense au parc de bébé…oui, c’est tiré par les cheveux…et alors? 😉

Des titres et un texte! Rendez-vous du mois d’août

Je reprends mon rendez-vous mensuel (le 2 du mois) : Il s’agit écrire un texte en intégrant tous les titres des livres chroniqués sur mon blog le mois précédant (ou le votre si vous souhaitez jouer avec moi). L’idée vient de Gwenaëlle qui a plein de jeux d’écriture à vous proposer!

Voici ma liste de titres :

Bons baisers de Cora Sledge

Un homme est mort

Ecume de sang

Autobio

Valentin

L’enfant au cailloux

 

Et voici mon texte  :

« Ma chère Jane,

Je suis en vacances avec Valentin dans le village de Tom Shepard, le serial killer qui a commencé à tuer à l’âge de huit ans et que la presse avait surnommé à l’époque « l’enfant aux cailloux« , tu sais, celui dont nous avons lu l’autobio cet hiver…

Ces vacances sont vraiment très excitantes! Un homme est mort dans le village d’à côté et on dit que c’est LUI qui l’a tué!!! Bon, je t’avoue que je pense qu’il y a beaucoup d’exagérations parce qu’on parle d’écume de sang et tout ça, mais en tout cas Valentin tient à aller faire son curieux là-bas demain!

Je te raconterai tout à notre retour!

J’espère que tu passes aussi de bonnes vacances!

Bons baisers de Cora Sledge. »

 

 

Vous trouverez tous mes textes dans la rubrique « des titres et des textes »

 

Vive les bêtises a joué en novembre , en décembre, en février , en mars, en avril, en mai , en juillet, en août

 

Véronique a joué dans les commentaires du mois de janvier, dans les commentaires du mois de février, dans les commentaires du mois de mars, dans les commentaires du mois d’avril, dans les commentaires du mois de mai, dans les commentaires du mois de juin, dans les commentaires du mois de juillet, et dans les commentaires du mois d’août

Écume de sang (Revenge of the tide) : Elizabeth Haynes

Geneviève est une jeune femme qui vit sur une péniche dans le Kent, pas très loin de Londres. Elle invite quelques amis à fêter son installation. Le lendemain, on retrouve le corps d’une jeune femme dans la rivière près de son bateau. Geneviève reconnaît la victime.
 
En parallèle à sa vie sur la péniche et des conséquences de cette découverte macabre, Geneviève raconte sa vie « d’avant » quand en plus d’un travail de bureau assez stressant, elle était « pole dancer » (danseuse autour d’une barre) et elle gagnait beaucoup d’argent dans un club de strip tease pour s’acheter son bateau et quitter Londres. Elle s’amusait bien mais ne se rendait pas vraiment compte qu’elle évoluait dans un milieu pas très honnête.
 
Les ennuis commencent quand ses deux mondes se télescopent.
 
J’ai bien aimé ce roman, les deux parties passé / présent, le monde complètement décalé du club où travaillait Geneviève, les deux facettes de celle-ci. Mais je dois avouer que le dernier quart du roman m’a déçue. D’abord par le fait que Geneviève ne soit pas plus effrayée que ça par ce qui lui arrive, les coïncidences un peu trop grosses qui arrivent d’un coup et surtout le dénouement qui arrive beaucoup trop vite, comme si l’auteur ne savait plus trop comment finir.
 
Bref, la bonne idée du début s’est un peu essoufflée mais cela reste quand même un bon moment de lecture. Mais je vous recommande vraiment « Comme ton ombre », son premier roman, qui est excellent!
 par Mrs B