« Les ignorants » de Etienne Davodeau

 

J’ai beaucoup aimé cette BD qui confronte deux univers : la bande dessinée et le vin. Étienne Davodeau découvre la vigne, le monde des viticulteurs et tout ce concerne le vin auprès de Richard Leroy. En contre partie, il lui fait découvrir la bande dessinée, rencontrer des auteurs, visiter une imprimerie et découvrir l’édition et les salons.

Je ne suis pas particulièrement attirée par le vin mais j’ai beaucoup aimé toute cette vie de passioné qui nous est racontée. J’ai l’impression d’avoir appris beaucoup de choses dans ce domaine. De même que pour la bande dessinée, même si je connaissais pas mal d’auteurs et d’œuvres évoqués, j’ai aussi appris beaucoup sur ce milieu et sur les hommes derrières les albums.

C’est une histoire résolument tournée vers l’humain, vers la passion de son métier.

Au niveau des dessins, j’ai toujours apprécié les paysages de Étienne Davodeau et c’est vraiment une partie importante de cet album mais pour la première fois je n’ai pas été gênée par les dessins des visages que d’habitude je trouvais grimaçants mais qui sont bien plus harmonieux cette fois!

Cette BD est donc une belle découverte pour moi en tous points.

 

 

                                                                        

 

Cette BD entre dans  le Défi Livre d’Argalipuisqu’on découvre l’envers du monde la création BD.

« Elmer » de Gerry Alanguilan

Cette bande dessinée raconte une société dans laquelle poulets et humains sont à égalité : ils parlent, ils pensent, ils travaillent, ils ont les mêmes droits. Ce n’est qu’assez récent, depuis qu’un jour, assez mystérieusement et subitement, les poulets se sont découverts une conscience.

Jake Gallo est un poulet en colère, il en veut à la société d’être en échec, a du mal à voir son frère qui a réussi dans le cinéma et ne comprend pas sa sœur qui veut  se marier avec un homme.

Au moment de la mort de son père, sa mère lui confie le journal intime de celui-ci qui se révèle être un témoignage poignant de l’époque où tout a basculé pour les poulets et les humains.

Ce fut une lutte très sanglante car il n’a pas été facile de s’imposer dans cette société qui reléguait les poulets au rang d’animaux de batterie. Un combat pour la nouvelle place des poulets, pour des droits fondamentaux a été mené pour arriver à l’époque de Jake où les deux groupes de population vivent à peu près en harmonie -même si le racisme et les ressentiments existent encore.

Cette bande dessinée aux dessins en noir et blanc, très graphiques avec beaucoup de traits et de noirs, raconte de façon très intense et émouvante et même réaliste (aussi surprenant que cela puisse paraitre dans une histoire dont les héros sont des poulets) l’évolution d’une société par l’intégration d’une catégorie différente de personnes. J’ai beaucoup pensé aux mouvements des droits civiques pour les Noirs aux États Unis. En lisant ce « témoignage », on oublie que les poules sont des poulets, on se laisse emporter par l’Histoire. C’est fluide et très bien raconté.

 

                                                                        Roaarrr Challenge

Cette BD est ma 2ème lecture « prénom » de ma catégorie « Petit Bac BD » pour le 

2ème lecture pour