Tarte aux prunes et à l’amande

J’ai fait cette recette fin août mais j’ai vérifié : la saison des prunes va jusqu’au mois d’octobre et puis, il y a aussi les prunes surgelées… (je connais une bonne copine qui en peut-être mis plein au congélateur après une cueillette au jardin cet été 😉

Je dois vous avouer que je suis assez fière de moi car cette recette a été tentée une première fois à partir d’un livre (avec des abricots) mais comme je n’étais pas contente du résultat, j’ai adapté à mon goût (avec des prunes parce que je n’avais que ça sous la main) et je l’ai encore refaite après avec les prunes du jardin de ma copine (merci 😉 et elle a été validée par mes goûteurs!

Ingrédients (pour 6 personnes) : 1 pâte sablée / 20 prunes (ou 15 abricots) / 80 gr de beurre / 150 gr de sucre / 1 sachet de sucre vanillé / du sucre roux / 150 gr d’amandes en poudre / 2 jaunes d’œufs

> Préchauffer le four Th 6-7

> Mettre 150gr de sucre dans 10cl d’eau dans une casserole.

>Laver et couper en deux les prunes (enlever les noyaux of course!) et les faire revenir dans le sirop (5mn quand ça frémit)

> Les égoutter

> Ramollir le beurre

> Mélanger le beurre, les jaunes d’œufs, le sucre vanillé et l’amande en poudre

> Mettre la pâte à tarde dans un moule et tapisser le fond de la préparation à l’amande

> Disposer les prunes sur la tarte

> Saupoudrer la tarte de sucre roux

> Faire cuire 25mn (surveiller que les bords ne brulent pas)

Pour la présentation, j’ai juste saupoudré de sucre glace. Nous l’avons mangée froide.

Bon appétit!

Publicités

Parmigiana bianca ou comment manger des aubergines…

… d’ailleurs j’ai fait cette recette à mes parents et mon père qui dit ne pas aimer les aubergines a bien apprécié…

Ingrédients (pour 6 personnes) : 3 grosses aubergines / 10 C à Soupe de chapelure / 250 gr de mozzarella (j’ai pris 2 sachets) / 250 gr ricotta / 1 sachet de parmesan râpé (ou si vous êtes mieux organisés que moi, du parmesan frais…) / 1 petit bouquet de persil plat / du thym / 1 gousse d’ail (ou de l’ail surgelé…Appelez moi « miss pratique ») / 3 œufs / sel, poivre et beaucoup d’huile d’olive!

> Préchauffer le four Th 4

Dans cette recette, il faut préparer tous les ingrédients, puis tout assembler à la fin :

> Laver les aubergines et les couper en rondelles pas trop fines, pas trop épaisses (sacré conseil,  n’est-cepas?!) sans les éplucher.

> Disposez les rondelles d’aubergine sur la plaque du four recouverte d’une feuille de cuisson (papier sulfurisé par exemple). Elles peuvent se chevaucher, ça n’est pas grave. Badigeonner d’huile d’olive. Faire cuire 45 mn en les retournant grossièrement à mi-cuisson.

>Dans une poêle, faire revenir la chapelure avec de l’huile d’olive, l’ail haché et du thym à feu vif tout en remuant jusqu’à ce que l’ensemble soit doré. Ajouter le persil ciselé. Mettre de côté.

> Couper la mozzarella en tranches fines et mettre de côté.

> Battre les œufs

> Quand les aubergines sont prêtes, mettre le four Th 6-7

> Badigeonner d’huile d’olive un plat au four

>Tapisser le fond d’aubergines (il y aura 3 couches… Pensez-y!)

> Saupoudrer de chapelure (vous aurez besoin de le faire 3 fois)

>Répartir la moitié de la mozzarella et la moitié de la ricotta dans le plat

> Saupoudrer de parmesan

> Verser de l’œuf battu (vous aurez besoin de le faire 3 fois)

> Recommencer exactement de la même manière 1 fois et finir par une 3ème couche d’aubergines, de chapelure et d’œuf

> Enfourner 15-20 mn

C’est facile à faire, c’est très bon, les aubergines sont moelleuses et crémeuses : à tenter!

J’ai oublié de faire une photo juste à la sortie du four mais voici un petit coin du plat rescapé du repas :

 

Des titres et un texte! Rendez-vous du mois de septembre

Je reprends mon rendez-vous mensuel (le 2 du mois) : Il s’agit écrire un texte en intégrant tous les titres des livres chroniqués sur mon blog le mois précédant (ou le votre si vous souhaitez jouer avec moi). L’idée vient de Gwenaëlle qui a plein de jeux d’écriture à vous proposer!

Voici ma liste de titres :

Les soldats qui ne voulaient plus se faire la guerre

Soldat Peaceful

Paul au parc

Intrus à l’Etrange

Instruments des ténèbres

Je ne pense qu’à ça

Madame Gargouille

Coney Island baby

Jeanine

Dans l’or du temps

Cinq heures pour le sauver

Elmer

TMLP (Ta mère la pute)

Une odeur de gingembre

Et voici mon texte  :

« Est-ce que j’ai quelque chose à déclarer? Oui!

Moi, Soldat Peaceful, je déclare avoir décidé de suivre les soldats qui ne voulaient plus se faire la guerre en toute connaissance de cause.

Il faut que vous sachiez que comme beaucoup, j’en ai assez de cette guerre. Je ne veux pas mourir et je ne pense qu’à ça!

Très vite, au fond des tranchées, je me suis senti comme un intrus à l’étrange nouvelle vie que mon pays me proposait… Je n’étais plus qu’un des instruments des ténèbres prévus pour tuer mes voisins…

Le pire a été quand j’ai réalisé que si un pauvre gars se retrouvait coincé dans le no man’s land, on avait que cinq heures pour le sauver avant le lever du jour… Et quand ce gars-la s’est avéré être moi, j’ai revu ma vie passer devant mes yeux…

J’ai eu l’impression de plonger dans l’or du temps : j’ai revu Madame Gargouille, ma nourrice, Elmer, mon vieil ours en peluche, mon frère Paul au parc, Jeanine, ma première petite amie, si belle qu’elle avait gagné la première place au concours de « Coney Island baby« . J’ai revécu le jour je me suis battu avec Jake parce qu’il avait écrit « TMLP (Ta mère la pute) » sur la porte des toilettes du dinner… Mais surtout, j’ai senti une odeur de gingembre qui m’a rappelé ma grand-mère…

C’est à ce moment-là que j’ai décidé que si je m’en sortais, je n’allais plus jamais me retrouver comme un rat dans la boue… J’arrêterai cette guerre, je ne me battrai plus… Même si ça voulait dire mourir devant un peloton… mais digne!

Je n’ai rien à ajouter… Vous pouvez tirer! »

 

Vous trouverez tous mes textes dans la rubrique « des titres et des textes »

 

Vive les bêtises a joué en novembre , en décembre, en février , en mars, en avril, en mai , en juillet, en août, en  septembre

 

Véronique a joué dans les commentaires du mois de janvier, dans les commentaires du mois de février, dans les commentaires du mois de mars, dans les commentaires du mois d’avril, dans les commentaires du mois de mai, dans les commentaires du mois de juin, dans les commentaires du mois de juillet, dans les commentaires du mois d’août, dans les commentaires du mois de septembre

« Meurtre en Mésopotamie » de Agatha Christie

Ce roman d’Agatha Christie nous emmène en Irak au sein d’une expédition archéologique. L’histoire est racontée par Amy Leatheran, une infirmière qui a été recrutée pour s’occuper de Mrs Leidner, la femme du chef de l’expédition, qui semble un peu nerveuse et dépressive.

Le groupe est constitué d’archéologues, de chercheurs, jeunes et moins jeunes, d’un prêtre spécialistes des écritures et d’épouses. Certains se connaissent de longue date, d’autres sont ici pour la première fois. Des tensions sont palpables.

Mrs Leidner avoue à son infirmière qu’elle subit des menaces depuis plusieurs mois et elle craint pour sa sécurité. Personne ne la prend vraiment au sérieux jusqu’à ce qu’elle soit retrouvée assassinée.

Hercule Poirot prend en charge de l’enquête et il découvre très vite qu’il parait impossible que le criminel soit venu de l’extérieur. Tous les membres de l’expédition sont donc suspects.

Hercule Poirot sait écouter et faire parler chaque personne concernée pour se faire une image plus précise de la personnalité de la victime, il creuse son passé et celui des autres personnes présentes. Il fait confiance à Miss Leatheran qui l’aide en lui rapportant ce qu’elle voit et entend au sein du groupe.

J’ai beaucoup aimé ce roman. Je me suis vraiment posé la question jusqu’au bout. Et même si la découverte du coupable par Hercule Poirot est un peu soudaine, toute l’enquête est intéressante.

 

24 ème livre lu dans le cadre du de George (cliquez sur le logo pour en savoir plus)

 

         17 ème lecture de la version 2012 du challenge

6 ème lecture du challenge

Mrs B vous donne son avis sur « Le chuchoteur » de Donato Carrisi

Un thriller d’un écrivain italien qui m’a tenue en haleine jusqu’au dénouement final.

Mila, jeune policière spécialiste des enlèvements d’enfants est appelée en renfort dans une histoire macabre. Cinq fillettes ont été enlevées et l’équipe d’agents spéciaux sous les ordres d’un criminologue vient de découvrir… six bras gauches dans des petites fosses .

Qui a commis ces crimes épouvantables ? Où sont les corps et qui est cette sixième fillette dont personne n’a signalé la disparition ?

L’équipe finira par comprendre que ce tueur en série subliminal garde cette dernière vivante et joue avec les policiers. Commence alors une course contre la montre pour la retrouver avant qu’il ne la tue.

J’ai suivi Mila de page en page, souffrant avec elle, traversant l’enfer avec elle et ne pouvant malgré tout m’arrêter de lire tant le suspens est profond, tant l’état psychologique du monstre est retord, tant les rebondissements sont nombreux.

J’ai choisi ce livre par hasard à la médiathèque car il avait l’annotation «  coup de coeur » .

Bravo Donato Carrisi pour ce roman dont la couverture est aussi dérangeante que le livre .

                                                 

  avec Sandrine   

« Le miroir se brisa » de Agatha Christie

Miss Marple est un peu diminuée, elle a vieilli, elle est donc confinée à la maison mais elle arrive malgré tout à se tenir au courant de tout ce qui se passe à Saint Mary Mead…

La propriété de son amie Mrs Bantry, Gossington Park (qui a déjà été le théâtre d’un crime dans « Un cadavre dans la bibliothèque« ) a été vendue à une actrice américaine, Marina Greff. C’est une femme un peu fragile, qui peut passer de l’euphorie à la dépression. Son 4ème mari qui l’aime beaucoup, fait tout pour qu’elle soit heureuse.

Une grande fête est organisée dans la nouvelle propriété et de nombreuses personnes sont conviées : personnes liés au monde du cinéma et personnalités locales, des gens appartenant au passé de l’actrice et des inconnus

Une femme meurt empoisonnée pendant la soirée et personne ne comprend pourquoi cette femme assez simple et sans histoire a pu être assassinée et c’est pourquoi très vite il semble évident que la  personne réellement visée était Marina Greff.

Miss Marple écoute attentivement tout ce qui se dit et elle arrive à reconstituer la soirée et aide ainsi la police en découvrant la solution!

Dans ce roman, il y a beaucoup d’humour avec Miss Marple qui n’apprécie pas du tout d’être considérée comme une vielle dame incapable de se débrouiller et il y a aussi une étude de la société qui change.

Je connaissais la raison pour laquelle le meurtre a été commis pour avoir vu une ou deux fois le film qui en a été fait (avec Elizabeth Taylor dans le rôle de Marina Greff) mais cela ne m’a pas empêché d’apprécier ma lecture car je ne savais plus comment la vérité allait être découverte.

 

23 ème livre lu dans le cadre du de George (cliquez sur le logo pour en savoir plus)

 

         16 ème lecture de la version 2012 du challenge

5 ème lecture du challenge

Cette lecture est mon livre « Objet » pour la catégorie « Agatha Christie joue au Petit Bac »

« Le viandier de Polpette -L’ail des ours » de Olivier Milhaud et Julien Neel

Polpette est cuisinier, proche de la nature, homme de peu de mots et après avoir cherché sa voie, il arrive au « Coq Vert », la propriété du Comte Fausto de Scaramouche, un original. Les habitants de ce domaine sont des personnages hauts en couleur, avec chacun leur personnalité.

Le père de Fausto, souverain tout puissant qui a toujours beaucoup impressionné son fils et qu’il n’a pas vu depuis que ce dernier a été envoyé au « Coq Vert » loin du royaume, arrive à l’improviste et cela chamboule l’équilibre du lieuDes cousins qui accompagnent le père de Fausto cherchent également à changer le cours des choses

Cette histoire qui se situe dans un lieu et un temps indéterminé est rafraichissante et drôle. Les dessins sont agréables et colorés et les personnages sont attachants. L’histoire de cet album a une vraie fin mais il y a une suite que je lirai avec plaisir.

Petit plus : des recettes de cuisine illustrées viennent entrecouper le récit et il y a beaucoup de petits clins d’œil, des apartés

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire cette bande dessinée!

 

                                                                        Roaarrr Challenge

Cette BD est ma 2ème lecture « animal » de ma catégorie « Petit Bac BD » pour le 

« Parfum de lilas » de Samuel Leblanc

Autant le dire tout de suite, je n’ai pas été emballée par cette BD . Ou plutôt, je l’ai appréciée quand je l’ai lue mais je me suis dépêchée d’écrire mon billet de peur de l’oublier si vite que je n’aurai rien eu à dire…

C’est l’histoire d’un adolescent qui passe l’été chez sa tante, veuve et solitaire, pour s’occuper de son jardin. Il rencontre Jessica, une jeune fille de son âge, un peu fleur bleue et ils sortent ensemble. La voisine de sa tante, une femme mûre, s’offre à lui et il couche avec elle presque malgré lui mais est très mal à l’aise après vis à vis de Jessica… ce qui gâche la fin de ses vacances… Et voilà

Je reproche à cette BD de ne faire qu’effleurer tous les thèmes abordés : la solitude de la tante, les relations garçons filles adolescents qui n’attendent pas la même chose, la relation entre le garçon et la voisine… Je m’attendais que ce soit plus développé… en vain…et je suis donc vraiment restée sur ma faim.

Les dessins en noir et blanc sont agréables mais par contre, j’ai trouvé l’écriture des bulles très irrégulière, un peu brouillon et cela m’a gênée.

Bref… à moins que vous ne l’ayez déjà dans votre PAL, je ne vous la recommande pas vraiment 😉

 

                               

L’auteur est québécois ce qui me permet de participer au challenge de Karine 🙂

 Cette BD est ma 2ème lecture « végétal » de ma catégorie « Petit Bac BD » pour le 

« Afterwards » (non traduit pour l’instant) de Rosamund Lupton

Dans ce roman, tout commence par l’incendie d’une école. Il y a deux victimes, une jeune fille de 17 ans, Jenny, et sa mère, Grace, qui est allée rechercher sa fille dans le bâtiment en flammes.

Elles sont toutes les deux inconscientes à l’hôpital mais elles ont toutes les deux quitté leurs corps et se retrouvent dans les couloirs, invisibles aux autres mais pouvant tout voir et entendre et pouvant communiquer entre elles. Elles se parlent et se soutiennent, et cherchent à se rappeler des dernières heures avant le feu.

Très vite elles pensent que cet incendie était criminel et elles mènent l’enquête dans l’espoir de découvrir la vérité avant qu’elles ne sortent de leur coma.

Dans la « vraie vie », l’enquête est menée également mais avec de nombreux rebondissements.

Que le côté un peu fantastique des deux personnages invisibles ne vous rebute pas : il n’est pas gênant du tout. Jenny et Grace ne communiquent pas avec les autres mais leurs conversations, leurs découvertes, leurs souvenirs nous apportent un éclairage vraiment intéressant sur l’histoire.

C’est une enquête passionnante, il y a de nombreuses pistes, on se laisse vraiment prendre au jeu!

Mais au-delà de l’aspect criminel, ce roman est aussi un très beau roman sur la famille, sur l’amour maternel. C’est très émouvant.

C’est donc une vraie réussite. Après « Sister » (« A toi ma soeur ») que j’avais déjà beaucoup aimé, c’est une auteur que je vais suivre!

par Mrs B (Merci!)                

Son avis est ici :                                                                       

                    -17                                

4 ème lecture du challenge

15 ème lecture de la version 2012 du challenge                       

« La joueuse de go » de Shan Sa

J’avais déjà lu ce roman mais à une période de ma vie où je crois que que mon esprit était trop accaparé par ailleurs pour « imprimer » vraiment ce que je lisais.. C’était donc une relecture-découverte et j’ai pris beaucoup de plaisir à vraiment lire ce roman cette fois!

Deux narrateurs s’alternent : un officier japonais et une jeune chinoise. Lui est envoyé en Manchourie, territoire appartenant au Japon au sein de la Chine pour déjouer des attaques terroristes. Il est le parfait soldat Japonais prêt à mourir pour son pays et pour l’honneur, froid et dur. Elle est une lycéenne chinoise de bonne famille qui vit en Manchourie et qui a la passion du jeu de go qu’elle joue sur la place des Mille vents. Elle cherche sa place dans sa vie rangée et fait la rencontre de deux étudiants chinois qui la change beaucoup.

Leurs vies sont d’abord racontées en parallèle -les combats, l’honneur, et la famille pour l’un. L’ennui qu’elle ressent à l’école et dans sa vie figée, les rencontres amicales et amoureuses pour elle. Puis, ils finissent par se croiser -par hasard- autour d’une partie de go qui se prolonge et leurs destins sont liés.

Ce qui est passionnant dans cette histoire c’est l’évolution des personnages -ils sont plein de certitudes puis changent, murissent, se modifient au fil des rencontres et des événements.

C’est aussi un portrait des années 30 en Asie : la Chine entre traditions et modernité à l’occidentale et l’image du Japon combattant et dominateur.

Le style est très beau, presque poétique tout en étant sobre. Une très belle lecture!

 

Ce roman est ma lecture « Sport/Loisir » de ma catégorie « Petit Bac Goncourt des lycéens » pour le 

    2001                                                                          

4ème lecture pour