« Jayne Mansfield 1967 » de Simon Liberati

Ceci est un roman qui a comme personnage central Jayne Mansfield, l’actrice/pin-up américaine des années 60. Ou est-ce un documentaire? Une biographie? Franchement, j’ai du mal à le dire…

Le récit commence par la mort de Jayne Mansfield dans un accident de la route. L’auteur raconte les instants qui ont suivi (sans nous épargner les détails…). On se croirait dans un magazine à sensations.

Puis, il revient un peu en arrière pour nous montrer que l’actrice était devenue une « has been », et même une épave et qu’elle n’était plus reconnue dans le milieu du cinéma. Encore un flash back et l’auteur nous parle de la relation de Jayne Mansfield avec Anton La Vey, un gourou sataniste... Et après? Je me suis arrêtée là… à 50 pages de la fin car je m’ennuyais vraiment trop!

Simon Liberati nous dépeint une femme en bout de course qui vit dans des excès permanents et qui cherche à se faire remarquer sans cesse. Mais je n’ai rien ressenti pour cette femme, ni compassion, ni curiosité, ni exaspération… Je n’ai vraiment pas compris ce que l’auteur voulait nous faire passer comme message

Il y a énormément de noms -de gens connus ou inconnus et j’ai trouvé cela assez laborieux à lire… Je me suis ennuyée comme si je lisais la biographie d’un illustre inconnu. Et le style n’a pas réussi à me faire tenir… Je me demande vraiment comment ce roman à eu le prix Femina…

Pour être tout à fait honnête, si le titre n’avais pas été parfait pour le Petit Bac, je crois que je n’aurais même pas fait de billet 😉

En gros, vous l’aurez compris, je ne vous conseille pas ce livre!

Et pour visualiser, Jayne Mansfield c’était elle : 

 

 par Marianne (je n’ai pas trop de scrupules à l’abandonner car elle-même n’a pas accroché 😉 

       -18

 14/14 (J’ai atteint les 2%… Je sais, je sais…le challenge 2011 est fini mais j’ai lu ce roman en août et j’ai prévenu Hérisson que j’allais tricher un peu!)   

Ceci est ma 2ème lecture « Personne connue«  pour le   

« Happy Sex » de Zep

Cette bande dessinée est une succession de planches qui racontent des scènes de sexe. Et même si elles sont TRES explicites et réalistes (malgré les dessins très enfantins à la Titeuf), elles sont plus drôles et cyniques qu’émoustillantes.

Zep montre tous les travers de la nature humaine aux travers de ces expériences sexuelles. C’est très drôle!

Je ne vais pas vous raconter les histoires qui sont comme des sketches mais je vous conseille particulièrement « Speedy Gonzales », ‘Sodopsycho », « Connecting People », « Hair », « Viagra », « Rival », « Dimanche matin » et « Surprise »…

Bref un bon moment très amusant mais attention à ne pas laisser trainer cette BD à portée des mains les plus jeunes!!

                                    

« Comédie sentimentale pornographique » de Jimmy Beaulieu

Voilà une bande dessinée qui m’a plu pour ses dessins -les traits, les crayonnés, les couleurs qui sont très variés. Mais je dois avouer que l’histoire ne me laisse pas un souvenir impérissable.

Le titre dit tout : il y a des histoires d’amour…certaine sont réciproques, d’autres à sens unique, des histoires entre des hommes et des femmes et des histoires entre des femmes. Et par conséquent, il y a des histoires sexuelles… avec un peu de pornographie

Il y a bien une certaine réflexion sur la création littéraire, sur le passé qui prend beaucoup de place dans le présent mais franchement, j’ai trouvé cela sans grand intérêt…. C’est un peu de la « masturbation intellectuelle » et j’ai eu un peu l’impression que la partie « pornographique » était un peu anecdotique, elle n’apportait pas vraiment grand chose à l’histoire..


                                                                

L’auteur est québécois ce qui me permet de participer au challenge de Karine 🙂  

Cette BD est ma 2ème lecture « sport / loisir » de ma catégorie « Petit Bac BD »pour le  

« Les larmes d’Ithaques » de Eric Simard

Alexandros est un jeune grec de 15 ans qui vit sur l’île d’Ithaques, de nos jours. Il est né avec une malformation : un œil beaucoup plus gros que la normale et il en souffre beaucoup ce qui a fait de lui un jeune solitaire qui passe beaucoup de temps en mer avec son père et qui a lu de nombreuses fois l’odyssée d’Ulysse (qui est sensé être né sur son île)

Un jour, alors qu’il pêche avec son père, il trouve une médaille à l’effigie de Ulysse et sa vie bascule lorsqu’il se retrouve dans un monde parallèle au notre, un monde où les Dieux grecs existent bel et bien.

Il doit se battre contre des cyclopes qui cherchent à se venger des actions d’Ulysse. Il rencontre Circée sur l’île d’Aiaié et surtout Kelya une jeune nymphe. Il vivra des aventures extraordinaires, terrifiantes, horribles. Il fera des rencontres terrifiantes et d’autres très belles. Il reviendra transformé à jamais.

Ce roman est un très bon roman d’aventure sur fond de mythologie grecque. C’est vraiment très rythmé et accrocheur et -ce qui ne gâche rien- c’est bien écrit!

J’ai beaucoup aimé et je pense que ça pourrait plaire aux jeunes de 11 à 14 ans.

                                                         

Ce roman est ma 2ème lecture « Lieu » de ma catégorie « Petit Bac Jeunesse » pour le