« La demoiselle sans visage » de Brigitte Coppin

Aliette et sa famille sont des serfs mais ils fuient et s’installent dans un autre royaume où ils se font une place. Dans le nouveau château, la fille du châtelain est connue comme « la demoiselle sans visage » car elle vit en recluse avec un voile qui lui camoufle le visage.

Lorsque l’ancien seigneur du père d’Aliette vient à se recherche et que sa famille se cache, la fillette est contrainte de passer du temps avec avec la jeune demoiselle qui dit qu’elle se cache parce qu’elle a la lèpre. Comme Aliette, elle rêve d’une autre forme de liberté.

C’est une belle histoire d’amitié, de tolérance et de liberté avec des aventure au temps du Moyen Age. Le style et l’histoire devraient plaire à des jeunes de CM2-6ème.

                 Pré-sélection CM2-6ème pour  2013-2014

     Lecture « Pré-sélection des Incorruptibles » de la catégorie « partie du corps »  pour le 

« La ballade de Lila K » de Blandine Le Callet

J’ai beaucoup aimé ce roman mais je ne sais pas trop comment en parler car quand je l’ai commencé je ne savais plus pourquoi il m’avait attiré et j’ai plongé dans l’inconnu et il y a tant de choses à découvrir petit à petit… j’ai vraiment peur de trop en dire!

Au début du roman nous sommes dans les années 2090, dans un monde proche du nôtre mais également très différent. Lila est une petite fille qui grandit dans un centre spécialisé où elle est soignée, rééduquée, car elle doit tout apprendre après avoir été retirée à sa mère. Ce centre est la fois là pour la protéger mais aussi pour la « formater ». Elle a d’abord eu un tuteur très excentrique, M.Kauffmann, qui avait tendance à penser plus au bien-être de Lila qu’au règlement et qui luttait à sa façon contre le système très contrôlé et contrôleur qui gère les moindres détails de la vie de Lila.

A 18 ans, elle doit intégrer la société. Elle est aidée de son nouveau tuteur, Fernand, beaucoup plus respectueux des règles. Bien qu’elle soit libre de ses mouvements, elle est surveillée -comme tout le monde : il y a des caméras partout, les gens doivent obéir à des règles très strictes qui régissent les moindres aspects de leur vie privée. Dans cette grande ville (Paris, visiblement), il y a la ville sécuritaire intra muros et puis il y a « la Zone », un secteur de non droit séparé par une frontière, qui effraie tout le monde.

Sur les conseils posthumes de M. Kauffann, Lila, qui n’a jamais oublié sa mère qu’elle voudrait retrouver, va travailler dans la bibliothèque où les livres sont numérisés (et adaptés). C’est là qu’elle va faire ses recherches pour découvrir son passé. Elle trouvera là-bas de l’aide dans sa quête mais aussi dans son évolution personnelle.

Ce roman est très fort par la société qu’il décrit. Il y a du « 1984 » dans ce monde où sous prétexte de vouloir le bien et la protection des habitants, on les prive de leurs libertés fondamentales. C’est un monde où les livres sont considérés comme dangereux-officiellement, dangereux pour la santé- mais aussi dangereux par les idées qu’ils véhiculent…

P55-56« Le papier imprimé peut contenir des substance toxiques et des micros-organismes susceptibles de déclencher chez les sujets fragiles de graves allergies, entraînant des lésions cutanées et difficultés respiratoires. Il doit être manié avec précaution. Il doit être tenu hors de portée des enfants. […]

-Monsieur Kauffmann, qu’est-ce que ça veut dire?

Il est devenu cramoisi.

-Justement, j’allais t’en parler. Fillette, il ne faut pas tenir compte de ces billevesées! Tout ça, c’est su bullshit, des fariboles uniquement destinées à effrayer les gens! Et pourquoi, je te le demande? Parce qu’on a relevé quelques cas d’allergies mortelles que l’on a imputées à l’encre ou au papier. De simples présomptions. Rien n’a été prouvé. Ça ne les a pas empêchés de monter l’affaire en épingle, d’affoler l’opinion pour ensuite faire voter leurs putains de lois restrictives. Du pipeau! s’est-il mis à beugler. la censure qui se drape dans le principe de précaution! »

P242 : « J’appliquais les consignes, voilà tout : suppression pour incitation à la violence, à la perversion sexuelle, à la consommation de substances illicites, à des comportements alimentaires nuisibles à la santé. Suppression pour atteinte à le dignité du corps humain, ou au droit à l’image. Suppression pour propos discriminatoire? Et cetera. A première vue, rien de tout cela ne me semblait choquant. […] Mais maintenant que je prenais le temps de comparer chaque article avec ce qu’il en restait après sa numérisation, je me rendais bien compte qu’il y avait un problème. Trop de coupe, parfois si pernicieuses qu’elles en arrivaient à inverser le sens du propos, ou à le rendre totalement incompréhensible. »

Et puis surtout, il y a cette jeune fille qui évolue et qui est vraiment touchante. Elle a tant de mal à s’intégrer dans le monde dans lequel elle vit mais elle cherche toujours à se dépasser, et cherche ce qui est important pour elle. Elle a beau savoir ce que sa mère lui a fait, le souvenir heureux qu’elle garde de cette dernière la pousse à en savoir plus car elle ne veut pas qu’on lui dicte ce qu’elle doit penser.

P 239 : « Le plus difficile pour moi, au bout du compte, a été de m’abandonner. Accepter l’errance, la surprise, l’inattendu. me laisser aller. Jamais mon existence n’avait laissé de place à l’improvisation, et je me rends compte que cette liberté était plus compliquée, plus angoissante aussi, que toutes les contraintes au milieu desquelles j’avais vécu jusqu’ici? »

C’est vraiment une belle histoire!

 avec LaureEtoilla , Valentyne ,  Métaphore  … Allons voir leurs avis! 

                                                      Roman de la catégorie « prénom »  pour le 

Sandrine (Merci beaucoup! 😉     

Les livres sont considérés comme dangereux et la bibliothèque est un lieu important… alors je l’inscris dans  le Défi Livre d’Argali 

 

« La meilleure nuit de tous les temps » de Séverine Vidal

Raphaël vient de rentrer en 6ème et il tombe fou amoureux de Colombe, une fille de 5ème qui l’aime aussi. Ils se voient le soir après l’école sans que leurs parents le sachent. Quand les parents de Raphaël le découvrent, son père est furieux et il dénigre cet amour comme étant une passade d’enfants. Les deux enfants n’ont plus le droit de se voir.

Ils décident alors de partir tous les deux pour deux jours pendant les vacances de la Toussaint…pas très loin mais dans le plus grand secret. Ils emménagent dans la maison de la grand-mère de Raphaël qui est en vacances. Ils y passent la meilleure nuit de tous les temps, avec un mariage d’enfants, une impression de vivre une grande liberté, seuls contre tous même si le retour à la réalité est un peu dur

J’ai plutôt bien aimé ce roman court et assez classique -amours contrariées par les parents mais qui dit de jolies choses sur l’amour. Le style est adapté aux CM2-6ème mais j’ai trouvé peu crédible que le personnages soit en 6ème… Je l’aurai plus vu en 4ème, j’aurai trouvé ça plus réaliste.

 

                 Pré-sélection CM2-6ème pour  2013-2014

Lecture « Pré-sélection des Incorruptibles »  de la catégorie « phénomène météorologique » pour le 

« Une princesse au palais » de Cécile Roumiguière et Carole Chaix

J’ai vraiment beaucoup aimé cet album du point de vue du graphisme : c’est coloré, plein de motifs, des effets de mouvement, des crayonnés, des gros plans et des multitudes de détails. J’ai trouvé les illustrations magnifiques!

(cliquez pour agrandir)

Une petite fille attend sa grand-mère dans la salle d’un restaurant qui est une sorte de théâtre avec ses décors extravagants et ses « acteurs » qui  passent, restent et repartent, du personnel aux clients. J’ai d’ailleurs plutôt aimé cet aspect de l’histoire : la petite fille est en quelque sorte spectatrice du monde qui tourne autour d’elle, elle observe ce ballet ordinaire dans un environnement assez magique.

Mais il y a un deuxième aspect à cette histoire qui ne m’a pas particulièrement convaincue. On devine que cette petite fille est à l’âge du chargement, elle devient une jeune fille -douleur au ventre et allusion au rouge pour évoquer les règles… Mais c’est tellement sous-entendu que je pense que les petites filles de CM2-6ème ne le percevront peut-être pas toutes seules et je dis bien « petites filles » car je pense que cet album n’est pas du tout orienté vers les garçons

C’est donc un avis mitigé, même si les illustrations en font un coup de cœur graphique mais malheureusement l’histoire qui aurait pu être simple et jolie a voulu se faire « sérieuse », avec un  » message  » et pour moi cela à atténué mon plaisir de lecture l’ensemble.

                 Pré-sélection CM2-6ème pour  2013-2014

 

 : 3

« Joe millionnaire » de David Walliams

Joe est le fils d’un géant de l’industrie du papier toilette et ils sont monstrueusement riches. Tellement riche que l’argent n’a plus de réelle valeur et qu’ils ont perdu le sens des réalités. Au fond, Joe est resté un garçon simple qui se sent très seul car il n’a pas d’ami.

Il persuade son père de le retirer de son école très chic où il est considéré comme un roturier nouveau riche et méprisé et il entre dans un collège public où il espère rester incognito. Là-bas,il se fait un nouvel ami, aussi gros et isolé que lui. Mais très vite le secret de la grande richesse de Joe est connu de tous…

Le message de ce roman est clairement que l’argent ne fait pas le bonheur. L’histoire est sensée être drôle… C’est très loufoque et plein d’exagérations mais franchement ça ne m’a pas vraiment fait rire

J’ai trouvé assez énervante la multitudes de marques qui sont citées à longueur de roman, j’ai aussi trouvé que ce roman était très marqué « Angleterre » dans le quotidien, je ne sais pas si les jeunes lecteurs vont s’identifier. Et un détail de traduction : les personnages parlent plusieurs fois d’un plat appelé « la tourte du berger » qui se traduit en anglais par « Shepherd’s pie »… qui n’est autre que du « hachis parmentier » en français…

 

                 Pré-sélection CM2-6ème pour  2013-2014

 Lecture « jeunesse » de la catégorie « prénom »  pour le 

 

 1ère lecture de la version 2013 du challenge 

 BLEU

  Angleterre