« Impardonnables » de Philippe Djian (lu par Jean-François Stévenin)

Dans ce roman, Francis, le narrateur est un écrivain d’une soixantaine d’années qui vit avec sa femme au Pays Basque. Il a aussi une fille, mariée et mère de jumelle qui a disparu un jour sans donner de nouvelles. Il est extrêmement attaché à sa fille. Ils ont partagé beaucoup depuis que sa première femme et son autre fille sont mortes sous leurs yeux dans un accident. Ils ont traversé des moments très durs car Alice est passée par une période très destructrice avant de devenir mère.

Au moment de sa disparition, il renoue avec Anne Marguerite (qu’il appelle A.M), une ancienne amie du lycée devenue détective privée, qui va mener l’enquête pour retrouver Alice. Le fils de A.M qui vient de sortir de prison, est un jeune homme de 25 ans rempli de colère et assez déprimé. Francis se sent pourtant proche de lui au point d’être presque une figure paternelle pour lui.

Francis est un homme bourru et détaché qui est pourtant aussi obsédé par l’idée que sa femme le trompe. Il est partagé entre l’envie d’aider certaines personnes autour de lui et l’envie d’être laissé en paix. Il souffre du manque de sa fille mais aussi de l’impossibilité de lui pardonner. Il vit aussi dans la culpabilité d’avoir fait souffrir sa première femme juste avant sa mort…

Il est à la fois exaspérant et touchant car il traverse la vie sans vraiment sortir d’une sorte de passivité et il subit de nombreux revers de la part des gens qu’il aime ou auxquels il s’attache. Il y a un côté désenchanté chez lui.

C’est le premier roman de Philippe Djian que je découvre et j’ai trouvé que la lecture par Jean-François Stévenin, avec sa voix profonde et rauque, était excellente. Il avait exactement la voix que Francis devrait avoir!

Le style de Philippe Djian est très direct, très parlé et je pense que la lecture à voix haute a vraiment mis en avant un style qui ne m’aurait peut-être pas plu « sur papier ».

           (cliquez sur le logo pour écouter un extrait)                

      

 Challenge sur les livres audio de Valérie Le thème ce mois-ci était « les livres ayant reçu un prix (n’importe lequel) et Impardonnables a obtenu le Prix Jean Freustié 2009

Le personnage principal est un écrivain, ce titre est entre donc dans le Défi Livre d’Argali 

 VERT

J’ai découvert par hasard qu’un film en avait été tiré et la bande annonce me semble pas mal en accord avec le roman :

 

7 commentaires sur « « Impardonnables » de Philippe Djian (lu par Jean-François Stévenin) »

  1. Il y en en effet des romans qui semblent finalement plus être faits pour être écoutés que lus. Est-ce la version intégrale ou abrégée (Gallimard faisait beaucoup de versions abrégées avant et je trouvais ça frustrant)?

    J'aime

  2. Je ne suis toujours pas attirée par les romans « écrits » de Djian mais là,
    ça a été une lecture agréable. C’était bien le texte intégral (sans doute
    parce que c’était assez court) mais j’avoue que je ne suis pas vraiment
    intéressée par les versions abrégées, l’impression qu’on nous « vole », non?

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :