« Le bonheur commence maintenant » de Thomas Raphaël

Sophie, jeune trentenaire, a écrit un roman sur son expérience dans les coulisses des séries télé (objet du premier roman de l’auteur : « La vie commence à 20h10 ») qui a été refusé par tous les éditeurs. Un réalisateur connu lui écrit car il a transformé son roman en scénario et veut que Sophie l’aide à préparer le tournage. Juste à ce moment, alors qu’elle était sur le point de suivre son compagnon aux États Unis pour 6 mois, ce dernier la quitte.

Sophie va donc se lancer dans l’aventure du cinéma et vivre à Paris avec Julien, étudiant à Science Po, homosexuel, qui tombe sous le charme d’un de ses profs et Mélanie, sa colocataire, journaliste pigiste qui veut marquer les esprits en faisant un reportage en immersion secrète sur Joyce Verneuil, la productrice de séries télé sans pitié dont parle justement le roman de Sophie.

J’ai lu ce roman d’une traite, un peu comme on regarde une série télé dont on veut connaître la fin. C’est un roman que j’appellerai de la « Bande de jeunes urbains- lit » comme on parle de « chick-lit ». Ce roman a d’ailleurs beaucoup de points communs avec la chick-lit à mon avis. Ça m’a fait penser à « Les yeux jaunes des crocodiles » de Katherine Pancol ou « Les morues » de Titiou Lecoq. J’ai aussi beaucoup pensé à « Le diable s’habille en Prada » dans le personnage de Joyce Verneuil.

Je suis un peu partagée après ma lecture. Je l’ai lu rapidement, c’est un roman que j’ai trouvé accrocheur, un roman « détente », un peu comme les comédies romantiques au cinéma dans lesquelles on veut savoir ce qui va se passer mais on sait bien que tout va tomber en place à la fin. J’ai trouvé que le personnage de Julien et son histoire d’amour n’apportait pas grand chose à l’ensemble et j’aurai préféré que l’auteur se contente de Sophie et Mélanie. D’autant que j’ai trouvé un peu ridicule ce prof de Sciences Po, jeune dirigent d’entreprise qui donne aussi des cours de gym dans une salle de sport.

J’ai aussi été gênée par un certain nombre d’exagérations et d’incohérences : à commencer par le fait que quelqu’un qui n’a jamais fréquenté le milieu du cinéma soit chargée de gérer un film…et s’en sorte… Le personnage de Joyce Verneuil, qui dit elle-même que pour qu’une histoire soit réussie, il faut que le méchant soit réussi, se transforme presque en « mamie gâteaux » ce qui est vraiment dommage. Les retournements de situation de la fin ne m’ont d’ailleurs pas emballéeTrop « parfait happy end un peu guimauve »

Par contre j’ai beaucoup aimé découvrir le monde du cinéma, les différentes étapes de la création d’un film, le tournage et tout ce qu’il y a autour.

Mais, vous pourrez trouver de nombreux avis dithyrambiques sur ce roman sur la blogosphère alors je vous conseille de les lire pour vous faire votre propre idée 😉 De mon côté, je dirais que c’est un roman pour lire à la plage quand on ne veut pas trop réfléchir, pas mauvais mais pas inoubliable non plus.

 

Merci aux éditions  et à Thomas Raphaël pour cette lecture… Et cette expérience confirme que je ne veux plus lire un roman offert par son auteur (aussi adorable et ouvert d’esprit soit-il) car j’ai vraiment peur de lui faire de la peine mais je préfère toutefois dire vraiment ce que je pense… J’espère que personne ne m’en tiendra rigueur

 

 

 

 avec Sandrine et Valérie  : Allons voir leurs avis!

 

 Roman de la catégorie « sentiment »  pour le                                   

 

11 commentaires sur « « Le bonheur commence maintenant » de Thomas Raphaël »

  1. Oui, heureusement qu’il y a des goûts différents Ça n’a pas été un
    livre pénible à lire sur le coup mais à peine refermé, j’avais plus
    d’impressions négatives que positives. ça me faisait plus penser à une
    série.

    J'aime

  2. C’est le jeu, Enna .. L’auteur ne peut recevoir que des avis dithyrambiques … Et je préfère de très très loin un blog qui donne son avis qu’un autre qui fait les yeux doux aux SP et ne dit que du bien de tout.
    Et l’auteur doit connaître les inconvénients comme les avantages, ne nous leurrons pas, de la blogosphère. On parle du livre et c’est déjà beaucoup …

    J'aime

  3. Moi, je ne suis même pas mitigée, je me suis vraiment forcée pour le lire. Comme toi, c’en est fini pour moi des romans proposés directement par les auteurs (j’avais accepté il y a longtemps mais j’avais beaucoup aimé) et peut-être encore plus quand le mail est charmant, voire charmeur.

    J'aime

  4. Oui, Enna, et un grand OUI à ce que tu dis, Leiloona.
    Transparence et honnêteté font parfois (souvent ?) défaut sur la blogo (SP, copinages…)………

    J'aime

  5. Je partage, tu t’en doutes, l’avis de Leiloona, si l’auteur t’envoie son livre et si, comme tu l’as fait, tu lui dit bien que ton avis sera libre, et qu’il accepte cela, il ne faut pas s’excuser de n’avoir pas aimé. Je me suis posé aussi la question pour le roman de Frédéric Martin que j’avais en plus rencontrée donc j’appréhendais mon billet négatif mais finalement tout s’est bien passé elle m’a laissé plusieurs commentaires sous mon billet. Certes c’est délicat, mais c’est comme Leiloona je trouve que c’est tout à ton honneur !

    J'aime

  6. Pourquoi t’en tiendrait-on rigueur ? Je suis sûre que l’auteur, si sympathique, n’en prendra pas ombrage… Tu donnes ton avis, c’est argumenté… Tout va bien ! Je devrais le lire bientôt, j’avais adoré le premier, j’attends beaucoup de celui là !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :