Le mois américain en octobre

(Cliquez sur le logo pour tout savoir)

Grâce à Noctembule, le mois d’ d’octobre sera américain!

Il s’agit de lire des livres américains, de parler de culture américain (musique, cinéma, séries…), de proposer des recettes américaines…

Je ne mettrai pas le mois d’octobre à 100% américain car j’aurai quelques rendez-vous mensuels et les livres du Prix des lectrices de ELLE à vous présenter (mais le hasard veut que l’un des livres est d’une auteur américaine! (enfin, elle vit en Irlande depuis des années et se considère comme irlandaise mais je vais tricher un peu 😉 

Mais j’essaiari de lire un maximum de livres US! Je vais d’ailleurs y consacrer mon mois de septembre (à part pour mes lectures « obligatoires » de ELLE)

Du côté des lectures communes prévues, le 20 octobre,  je participerai à une lecture autour de Toni Morrison avec 

 

Le 24 octobre, une lecture autour de Gillian Flynn avec  (« Sur ma peau ») (Vive les bêtises lira le même livre que moi et Sylire un autre titre)

Le 28 octobre, une lecture commune avec Sylire ,  Mrs B et Anne sur    (« Nos étoiles contraires ») de John Green (Déjà lu : c’est un coup de coeur!)

Le 16 octobre, pour le rendez-vous de Valérie « Écoutons un livre », je parlerai du livre audio   (Déjà lu : c’est un coup de coeur!)

Mais je compte aussi lire : 

 

si j’ai le temps car c’est un pavé… pour le Petit Bac

(LU)

(LU)

(en livre audio)

  

(« L’innocence »)

(« L’enfant de tous les silences »)

(« Le monde de Charlie ») 

Mais en fait, j’ai encore plein d’autres romans américains dans ma PAL et plein d’envies…mais pas assez de temps 😉

Entre deux lectures, si le temps le permet, je glisserai une recette de cookies et quelques groupes de musique américaine que j’aime!

Si vous voulez vous inscrire, passez chez Noctembule, elle a aussi mis en place une page facebook pour échanger.

 

Publicités

Boudu pense à vos vacances!

Ma copine Boudu ne fait pas que des faire parts! Elle fait aussi des super sacs pour les super profs.

Mais elle a eu une autre idée vraiment super pour les vacances d’été (et comme je crois que je lui ai soufflé un peu l’idée lors d’un brainstorming informel, je peux dire que cette idée est géniale! 🙂 

Visualisez vous pendant les vacances … Vous êtes peut-être comme moi : j’envoie beaucoup de cartes postales car il n’y a que l’été que j’écris du vrai courrier (pas des mails et des sms) et j’aime beaucoup en recevoir aussi (avis aux amis!!) mais par contre, j’aime rarement les cartes postales qui sont à vendre, je me retrouve à acheter en plusieurs exemplaires la même carte (la moins moche du présentoir) et quand je reçois une carte postale chez moi, je dois avouer que je regarde 30 secondes la photo pour ne m’occuper que du texte…

C’est alors qu’intervient Boudu avec mon son idée de génie : des cartes postales qu’on peut poster de n’importe où et qui sont jolies et marrantes!

Il y a trois modèles différents, et les cartes sont vendues par paquet de 9 (3 cartes de chaque exemplaire). Le paquet est vendu 10 € (les frais d’envoi sont compris) 

Vous ajoutez votre ville de vacances de votre plus belle écriture!

(Moi j’ai  le grand honneur de voir ma ville déjà représentée en guest star avec son petit bulot 😉

Pour commander, il suffit d’aller ici et de cliquer sur « J’achète » pour passer commande!

Boudu a aussi un blog si vous voulez tout savoir en avant première ou laisser des petits mots gentils : c’est le Boudu Blog!

Et puis pour la petite histoire : une boutique en ligne qui emballe vos commandes comme si c’était votre anniversaire, c’est quand même un vrai plus, non? 😉

Moi j’ai craqué alors certaines personnes que je connais « pour de vra »i vont certainement recevoir une de ces cartes cet été 🙂

 

« Before I go to sleep » (« Avant d’aller dormir ») de S J Watson

Christine est une femme de presque 50 ans qui se réveille un matin en croyant qu’elle a une vingtaine d’années et qui ne reconnait rien autour d’elle dans la chambre dans laquelle elle ouvre les yeux, qui ne sait pas qui est l’homme qui dort à côté d’elle et qui ne se reconnait même pas dans le miroir de la salle de bain… Elle apprend assez vite que c’est comme ça tous les matins car elle souffre d’une amnésie très forte : depuis plus de 20 ans, elle n’a aucun souvenir du passé et n’enregistre pas de souvenirs au-delà d’une journée : à chaque fois qu’elle s’endort, elle efface ce qu’elle a vécu… 

Ben, son mari, l’accompagne et lui explique chaque matin la situation, elle est isolée et perdue. Mais elle reçoit un coup de téléphone d’un médecin qui lui dit qu’il travaille avec elle pour essayer de l’aider. Avec lui, et en secret de son mari, elle commence à écrire dans un cahier tout ce qu’elle apprend chaque jour et le relit le lendemain et ainsi n’oublie plus tout

C’est ainsi qu’elle découvre des faits qui la bouleversent, car elle n’en avait aucun souvenir. Elle peut également noter les « flashs » de son passé qui lui reviennent et ainsi mettre petit à petit les pièces du puzzle de sa vie ensemble… Et elle réalise alors que ça ne colle pas : il y a de nombreuses zones d’ombre et personne ne peut les lui expliquer. 

Sa vie qui est déjà un cauchemar de vide devient un cauchemar d’incertitudes : qui doit-elle croire? A qui peut-elle faire confiance? Peut-elle seulement se faire confiance à elle-même?

Très bon thriller psychologique, angoissant : personne n’a envie de se retrouver un jour dans la situation de Christine!

  le mois anglais chez Lou et Titine

 par Charlotte  : Merci!  (Repéré chez Sandrine

17 ème lecture de la version 2013 du challenge 

 

  :  7 ème lecture du challenge 

8ème lecture pour le   

28 ème lecture du challenge 

   Angleterre

Les cinq sens du mois de juillet

 

Depuis la première année du blog, je vous donne rendez-vous tous les 8 du mois… D’abord c’était avec les « Curiosités bloguesques », puis « Une année en couleur« ,  « Des titres et des textes » et enfin « Ce mois-ci, j’ai aimé, je n’ai pas aimé »… Voici le rendez-vous de cette 4ème année!

J’évoquerai les 5 sensL’ouïe, avec de la musique ou des voix, la vue avec une image, une photo ou une vidéo, l’odorat avec une odeur ou un parfum, le toucher avec un objet ou un ressenti physique et le goût avec un aliment ou une recette.

En tout cas, si vous aussi vous souhaitez évoquer vos 5 sens, n’hésitez pas à le faire dans les commentaires!

 

 : Dimanche 7 juillet j’étais au Festival de Beauregard… Au programme :(cliquez sur les photos pour arriver sur leurs sites) :

Olivia Ruiz

Benjamin Biolay

The Hives

Skip The Use

Nike Cave and the Bad Seeds

Dead Can Dance

C2C 

 

 : Cette fin d’année, la vue sera symbolisée pour moi par la lecture de lettres… Des lettres écrites à l’inspection d’académie pour se plaindre de moi, de deux autres collègues et du CPE, des accusations injustes de harcèlement envers des élèves et même de racisme… Des choses fausses mais qui nous ont fait très mal.

Heureusement, notre direction et l’inspection d’académie n’y prêtent pas foi et surtout, les autres parents que nous avons contactés pour leur parler de cette situation ont tout de suite montré leur solidarité envers nous en écrivant de nombreux témoignages très positifs sur nous et sur le collège en général... Cela nous a remonté le moral… Mais ça fait quand même peur de se dire que des gens se permettent de se défausser complètement sur l’école (car les 3 familles en question ont ce qu’on peut appeler des « enfants à problèmes »…) Il est à noter que parmi les témoignages positifs que nous avons reçus, il y a aussi des parents d’enfants qui nous ont posé problèmes et qui ont été sanctionné mais dont les parents, eux, comprenaient notre démarche!

Autre point positif : les petits mots que j’ai lu de la part d’élèves en fin d’année. Cette année scolaire ayant été difficile, je me suis beaucoup remise en question… mais je constate que les élèves ont confiance en moi et que j’aurai marqué certains d’entre eux… Ça doit vouloir dire que je ne suis pas complètement à côté de la plaque en tant que prof 😉

 

 :    Les cerises sont arrivées et avec, les nœuds de queues de cerises  Quel rapport avec le « toucher »? Regardez cette vidéo :

 

 

: Même si on a du mal à se dire que l’été est là, il est indéniable que les grillades ont commencé à poindre leur nez… enfin, chez les gens qui nous invitent vu qu’on pas de jardin 😉

 

 :   J’ai tenté un tajine de poulet au citron confit et aux olives pour mes parents et mon père, pourtant habitué à la bonne cuisine de ma mère, m’a complimentée et a demandé à ma mère de prendre la recette…  alors la voici pour vous aussi! (Cliquez sur la photo pour la recette)

Et vous?

Une comète vous a parlé de ses 5 sens au mois d’octobre et au mois de novembre et au mois de décembre et au mois de janvier et au mois de février  et au mois de mars et au mois d’avril

Coccinelle  vous a parlé de ses 5 sens au mois d’octobre et au mois de novembre et au mois de décembre et au mois de janvier et au mois de février et au mois de mars et au mois d’avril et au mois de mai  et au mois de juin et au mois de juillet 

Evalire vous a parlé de ses 5 sens au mois de novembre et au mois de décembre et au mois de janvier et au mois de février et au mois de mars et au mois d’avril et au mois de mai et au mois de juin et au mois de juillet

Mélo vous a parlé de ses 5 sens au mois de juillet

« A moi seul bien des personnages » de John Irving (lu par Bertrand Suarez-Pazos)

C’est toujours plus difficile pour moi d’écrire un billet sur un livre audio mais ça l’est encore plus quand il s’agit d’un roman de John Irving –ce conteur foisonnant qui sait, par des tours et détours, raconter des vies entières! J’ai vraiment peur de ne pas rendre justice à ce roman que j’ai vraiment adoré!

Bill est un homme âgé qui revient sur toute son existence en commençant par sa jeunesse auprès de sa mère et son beau-père dans un collège de garçons d’une petite ville américaine. Cest là qu’il réalise qu’il désire autant les femmes que les hommes. Et toute sa vie est dirigée par ses amours bisexuelles.

Sa famille le façonne -un père mystérieusement absent, une mère remariée qui devient hystérique à l’idée que son fils soit homosexuel, un grand père qui adore profiter de ses rôles au théâtre pour se travestir en femme… et il devient  un bisexuel qui s’assume pleinement (même si ce n’est pas une situation simple que ce soit vis à vis des hétérosexuels ou des homosexuels qu’il fréquente.)

C’est donc une vie d’histoires d’amour, d’amitiés, de recherche d’identité, de tolérance et d’ouverture d’esprit. Des amitiés sincères et fortes comme celle avec Miss Frost, la bibliothécaire fascinante et forte, personnage très touchant du roman.

C’est aussi un portrait des États-Unis. Toutes les facettes de la société sont représentées au travers de ces personnages et des époques traversées par Billy au cours du récit de sa vie. La partie sur les « années sida » est particulièrement poignante.

Comme souvent avec John Irving, l’écrit a une grande place dans ses romans. Ici, il y a un personnage d’auteur mais surtout des romans qui ont formé le personnages principal et les livres, les bibliothèques et le personnage de la bibliothécaire comme personnage qui transmet (plus que les livres) sont très importants. Le théâtre et les pièces de Shakespeare ont également une place très importante dans le récit.

Dans ce roman, on parle beaucoup de sexualité -avec des mots crus, sans faux-semblants. Le désir est vraiment au cœur de l’histoire mais c’est tellement bien écrit et cela sert tellement le propos que ce n’est pas gênant ni choquant (même, si, soyons honnête, je n’écoutais jamais ce livre audio dans la voiture quand j’étais avec mon petit garçon de 3 ans et demi qui est une vraie éponge car j’avais un peu peur qu’il commence à parler de « pénis », « bite », « vagin » et autres à sa maîtresse et aux copains en disant que c’était maman qui écoutait ça dans la voiture 😉

Je dois aussi dire que Bertrand Suarez-Pazos a merveilleusement bien lu ce texte. Il devient le personnage, lisant avec beaucoup de justesse et de sensibilité. J’ai vraiment aimé sa voix et sa façon de lire!

Un coup de coeur!

 

(pour écouter un extrait cliquez sur le logo)

Merci aux  

  : 3 (5/5)

Un personnage principal auteur de romans, et est passionn de livre et les bibliothèque et une bibliothécaire est au centre du roman… alors je l’inscris dans  le Défi Livre d’Argali 

     

Scones

Comme vous le savez peut-être, ma maman est anglaise et je me souviens très bien des scones qu’elle faisait parfois sur un coup de tête pour manger avec le thé. J’ai donc pris sa recette et je me suis lancée dans l’aventure toute seule comme une grande à l’occasion du mois anglais   chez Lou et Titine

Pour ceux qui ne le sauraient pas, les scones sont une spécialité so British du tea time. Ce ne sont ni tout à fait des gâteaux, ni vraiment de la brioche ni réellement du pain… Ça mange avec du beurre et de la confiture et même pour les plus gourmand avec de la « clotted cream » (qui est de la crème très épaisse.) et ils accompagnent parfaitement une tasse de thé!

Voilà à quoi les miens ressemblent

 

Ingrédients (pour 10 scones) : 225g de farine / 2 c à café de levure / 1 c à soupe de sucre / 1/4 de c à café de sel / 60 g de beurre / 150 ml de lait / 50 g de raisins secs (facultatif mais bien meilleur!) / 1 oeuf (pour faire dorer)

Préchauffer le four TH 8

Comme toujours, le marmiton est facultatif, mais il sait si bien couper le beurre et touiller ainsi que casser les œufs (sans coquille cette fois!) que je ne m’en passe pas  😉

> Dans un saladier mélanger la farine, le sel, la levure et ajouter le beurre (à température ambiante) coupé en morceaux

 

> Travailler la farine et le beurre à la main pour faire une sorte de pâte brisée 

> Ajouter petit à petit les 150 ml de lait et mélanger la pâte d’abord avec une cuillère en bois puis avec les mains

 

> Avec de la farine, sur le plan de travail, faire une grosse boule de pâte

> Étaler la pâte pour qu’elle fasse environ 2cm d’épaisseur 

> Couper des forme de 5 à 7 cm de diamètre (avec des emporte pièces ou à la main) 

>Poser les scones sur une feuille de cuisson sur la plaque du four 

> Battre un oeuf

 

> Badigeonner d’œuf battu 

> Faire cuire 10 mn

> Laisser refroidir un peu mais c’est délicieux tiède!!

Des titres et un texte! Rendez-vous du mois de juillet

 

Voici le rendez-vous mensuel : il s’agit écrire un texte en intégrant tous les titres des livres chroniqués sur mon blog le mois précédant (ou le votre si vous souhaitez jouer avec moi). L’idée vient de Gwenaëlle qui a plein de jeux d’écriture à vous proposer!

 

Voici ma liste de titres :

Human remains

La lettre qui changea le destin d’Harold Fry arriva le mardi

La pluie avant qu’elle ne tombe

Boys don’t cry

Les contes de Beedle le barde

La souris bleue

Cinquante nuances de Grey

La mort dans les nuages

Waterloo Necropolis

Friend or foe

Ma soeur vit sur la cheminée 

Avant d’aller dormir 

 

Et voici mon texte  :

« La lettre qui changea le destin d’Harold Fry arriva le mardi. Elle était écrite en anglais, comme les autres… La première ne contenait que deux mots « friend or foe? »… Ami ou ennemi? Il ne savait pas quoi répondre car il ne voyait pas qui avait pu lui écrire. La deuxième était un peu plus morbide car elle suggérait qu’il prenne le Waterloo Necropolis, un train direct pour le cimetière. Il croyait encore à une mauvaise blague… La suivante lui fit vraiment froid dans le dos… Quelques mots seulement mais qui en disaient beaucoup : « Soon you will be nothing more than human remains » (bientôt vous ne serez rien d’autres que des restes humains). Harry avait beau se souvenir que son père lui répétait sans cesse : « Boys don’t cry! », il ne pu réprimer un sanglot angoissé…

La lettre qui le décida à agir, ce fameux mardi, était la plus explicite. Presque poétique, toujours en anglais, elle disait : « La pluie avant qu’elle ne tombe n’est qu’un nuage et la mort dans les nuages t’attend. » Ce jour là, il su que sa vie était en danger. Il appela donc Mr Grey, un détective privé. Une fois chez ce dernier, il fut étonné de la décoration du lieu et du personnage qui l’accueillait. On était loin de la série « Deux flics à Miami », ici tout était gris : les murs, les meubles, les dossiers, les vêtements et même les cheveux de Mr Grey! « Cinquante nuances de Grey! » ne pu s’empêcher de penser Harry.

Mr Grey l’écouta attentivement, il le prit au sérieux et lui posa de nombreuses questions. Harry raconta tout, toute sa vie, le futile et l’intime… Il alla même jusqu’à se confier sur sa relation particulière avec sa sœur. « Ma sœur vit sur la cheminée » avait-il dit avant d’expliquer qu’il parlait de la photo de sa petite sœur morte beaucoup trop tôt. Il lui raconta que touts les soirs avant d’aller dormir, il posait la souris bleue de Jenny à côté du cadre et qu’il lui lisait les contes de Beedle le barde qu’elle avait tant aimé de son vivant.

Au fond, il savait que s’il voulait que Mr Grey trouve celui qui le menaçait ce n’était pas tant parce qu’il ne voulait pas mourir que parce qu’il ne voulait pas laisser sa sœur sans personne pour se souvenir d’elle. Alors il n’allait certainement pas se laisser abattre par ce mystérieux correspondant, dans tous les sens du terme! »

 

Vous trouverez tous mes textes dans la rubrique « Des titres et des textes »

Vive les bêtises a joué sur son blog avec ses titres en 2011: en novembre , en décembre, en 2012 : en février , en mars, en avril, en mai , en juillet, en août, en  septembre, en octobre,  en novembre, en décembre , en 2013 : en janvier, en mai

Véronique a joué dans les commentaires avec mes titres en 2012 : en  janvier, en février, en mars, en avril, en mai, en juin, en juillet, en août, en septembre, en octobre, en novembre, en décembre, en 2013 : en janvier, en février, en mars, en avril, en maien juin, en août

Lucie a joué sur son blog avec ses titres en 2013 : en février, en mars, en avril, en mai, en juin, en juillet

Emmanuelle a joué sur son blog avec ses titres en 2013 : en avril, en mai

« My sister lives on the mantlepiece » (« Ma soeur vit sur la cheminée ») de Annabel Pitcher

Cette histoire est celle d’une famille racontée par Jamie, un petit garçon de 10 ans qui ne sait plus trop bien où il en est et qui ne comprend plus grand chose à sa famille… Sa soeur qui vit sur la cheminée, c’est Rose, la jumelle de sa soeur Jasmine. Elles devraient avoir aujourd’hui toutes les deux 15 ans mais Rose est morte de façon atroce 5 ans plus tôt, à cause d’une bombe terroriste.

La famille a également explosé et les parents ont fini par se séparer, la mère coupant complètement les ponts avec son mari et ses deux enfants et le père devenant alcoolique et se noyant dans les souvenirs morbides centrés sur sa fille morte en mettant l’urne où sont conservées les cendres de Rose sur la cheminée du salon, lui donnant des cadeaux de Noël et des parts de gâteau aux anniversaires.

Jamie et Jas sont devenus complètement invisibles pour leur père et c’est très dur et incompréhensible pour eux (comme pour moi, en tant que mère, j’ai du mal à comprendre qu’en perdant un enfant on efface complètement ceux qui sont encore en vie). Jas est à un âge où elle essaie de se construire une personnalité propre et Jamie rêve tellement de revoir sa mère, qu’il se ment parfois à lui même et beaucoup aux autres. Pour compliquer encore les choses, il est la tête de turc de son école et sa seule amie est musulmane ce qui relève de la pire trahison pour le père qui répète que « Les musulmans ont tué sa fille ».

Cette histoire est très touchante car elle est racontée du point de vue d’un enfant qui ne comprend pas tout. Elle est choquante du point de vue des parents et elle est particulièrement triste du point de vue de Jas, qui se retrouve dans une position impossible. Heureusement, la relation très forte entre le frère et la soeur les porte tous les deux et l’amitié entre Jamie et Sunya lui apporte également beaucoup. C’est une histoire forte et dure.

  le mois anglais chez Lou et Titine

 par Mrs B  : Merci! Son billet est ici!             

 

16 ème lecture de la version 2013 du challenge 

 

  :  6 ème lecture du challenge 

7ème lecture pour le   

 Ce roman est ma  lecture « objet » de ma catégorie « Petit Bac Jeunesse »  du

   Angleterre

Bread and butter pudding

Ce mois-ci, exceptionnellement j’avais du pain de mie à la maison qui commencer à se perdre et un litre de lait (deux ingrédients que nous n’avons jamais à la maison d’habitude!) alors je n’ai pas pu m’empêcher de penser à une recette de ma grand-mère  (ma Granny) qui n’était pas une bonne cuisinière mais qui faisait quelques plats simples et familiaux comme ce dessert, qui s’appelle le « bread and butter pudding » (le « pudding au pain beurré »).

A l’occasion du mois anglais   chez Lou et Titine, j’ai eu envie d’essayer une recette qui me rappelle mon enfance. C’est une recette traditionnelle et populaire britannique (je la considère comme « anglaise » pour le mois anglais ;-), qui permet d’utiliser du pain rassi. Je pense que c’est l’équivalent de notre pain perdu.

Ingrédients : environ 10 tranches de pain de mie un peu rassi / environ 50 gr de beurre mou (assez pour tartiner chaque tranche de pain) / 2 œufs / 25 gr de sucre en poudre / 1 sachet de sucre vanillé / 1/2 c à c de cannelle / 1 ou 2 poignées de raisins secs (selon les goûts) / 350 ml de lait / 25 cl de crème / 50 gr de sucre roux (ou sucre de canne)

Pré-chauffer le four TH 6

> Beurrer un plat au four

> Beurrer les tranches de pain de mie et les couper en triangle

> Répartir les tranches de pain en biais en les faisant se chevaucher et en intercalant des raisins entre chaque couche.

> Dans un bol, battre les œufs avec le sucre, le sucre vanillé, la cannelle

> Mélanger le lait avec la crème

 > Ajouter le lait aux œufs  et verser sur le pain

> Laisser le pain s’imbiber du lait

> Saupoudrer de sucre roux

> Mettre au four pour 30 mn

  

Ce n’est pas très classe mais c’est très bon et régressif!

Pour la petite histoire, c’était la première fois que j’en faisais un et je l’ai réussi : croustillant au-dessus et moelleux dedans et L’Homme et Little Boy B ont aussi beaucoup aimé (et pourtant L’Homme n’est pas très dessert!

La vérité sort de la bouche de Little Boy B

Little Boy B a 3 ans et 9 mois mais je continue le petit rendez-vous mensuel des petites phrases et bons mots involontaires de Bastien

« J’ai vu une algue en forme de chou de Bruxelles mais en plus gros. »

Il passe devant un salon de toilettage de chiens : 

« Ça, c’est un coiffeur pour chien! Le monsieur, il coiffe les chiens!« 

Fils de technicien :

« Quand c’est cassé, ça marche plus mais quand c’est démonté, on peut le réparer.« 

J’explique à Bastien à quoi sert une pince à épiler. Il m’écoute et dis :

« Ben il faut que papa il s’en serve.

-Pourquoi?

Quand il a encore un peu de barbe!« 

« Amuse toi bien chez tata (la nounou)!

Merci! Amuse toi bien au travail!« 

« Qu’est-ce que tu fais Bastien?

Je saute à genou sur le canapé!

-Et si tu tombes, qu’est-ce que tu vas faire?

Rien, je vais juste tomber.

-Et après, qu’est-ce que tu vas faire?

Je vais pleurer!« 

Bastien va aux toilettes et fait (excusez moi pour les détails) un caca un peu mou:

« Je crois que je suis malade. Je crois que c’est un caca de vomi!« 

« Hein maman, il ne faut pas dire de gros mots.

-Oui, c’est vrai!

Moi j’en dis pas des gros mots!

-C’est bien!

Est-ce que tu m’as entendu dire un gros mot, là?

-Non.

Alors je l’ai pas dit!« 

« Aujourd’hui pour le goûter tu auras une surprise!

C’est quoi? Des bonbons?

-Non, c’est Papounet et Granny qui viendront te chercher à l’école et qui feront le goûter avec toi!

Oh… J’aime pas avoir des gens comme surprise... » (en fait, il était ravi de les voir 😉

Je parle à Bastien d’un copain de sa classe dont je ne connais pas le nom.

« Il a une tête comment? Une tête ronde ou une tête en forme d’œuf?« 

Je travaille dans une ville qui s’appelle Villedieu les Poêles (bien connue pour ses fonderies de cloches, d’ailleurs les nouvelles cloches de Notre Dames de Paris viennent de là)… Mais d’après Bastien, je travaille à « Villedieu au poil!« 

 

« C’est bien, hein maman?

-Oui, c’est très bien!

C’est estrêment bien! C’est trop bien!« 

 

« Pourquoi il a une épée Asterix?

-Pour se défendre contre les méchants.

Est-ce qu’il peut nous taper nous avec son épée?

-Non, parce qu’il tape que les méchants, pas les gentils.

Il est comme Spiderman en fait!

-Oui!

Sauf que Spiderman il grimpe aux murs et qu’il a pas d’épée!« 

 

Bastien veut que je lui mette un dessins animé en DVD, je lui dis que je ne sais pas comment faire :

« Tu peux essayer quand même!

Après il tente le chantage : « Si t’essaies pas, je suis plus ton enfant! » « T’essaies pas? Ben je suis plus ton enfant… Je suis que l’enfant à papa maintenant…« 

Je lui dis : »Je vais essayer »

Il répond : « D’accord, alors je suis encore ton enfant. T’es très gentille maman!« 

« On va aller à la plage et on pourra pêcher des crabes.

Oh non! J’ai peur que les crabes, ils me pincent!

-On pourra aussi se baigner.

Oh non! J’ai peur que des requins me mangent! » (C’est bien le fils de sa mère!)

 

Grande nouveauté chez nous : depuis hier le lit à barreaux est devenu un « lit de grand » (je vous rassure il n’était pas dans un lit de nourrisson à 3 ans et 9 mois, c’était un grand lit à barreaux évolutif et il ne réclamait pas à en sortir et ne cherchait pas à sauter par dessus et comme sa chambre est au dernier étage tout seul, ça nous arrangeait bien… Le premier endormissement a été un peu tendu : il est descendu deux fois (tout seul, comme un grand, sans même nous appeler) en disant la première fois « Je me sens pas très bien dans mon nouveau lit » et la deuxième fois « Je crois que je vais encore me réveiller » Mais il a fini par s’endormir… 

Ce matin, à 8h, j’ai senti « quelque chose » bouger dans mon dos : c’était Bastien qui était descendu tout seul et qui s’était glissé entre son père et moi. Je lui ai dit que je voulais encore dormir et qu’il pouvait retourner dans sa chambre pour se reposer ou jouer, ce qu’il a fait (en s’arrêtant de lui-même aux toilettes avant de remonter dans sa chambre! 40 mn plus tard, il est redescendu en me disant « J’ai fini de dormir, maman, je suis en train de descendre! » Il était tout fier d’être grand et nous aussi! D’autant qu’il s’habille tout seul aussi maintenant. On lui a dit que cet été il allait apprendre « l’autonomie » en lui expliquant ce que c’est et si vous lui demandez « C’est quoi l’autonomie? » il répondra « C’est faire tout tout seul! »

Il a aidé son papa à dévisser les barreaux! 

 Avant

Après

Prêt pour l’été!

 

Une main pour papa, une main pour maman!