« Le dîner » de Herman Koch

Deux frères ont rendez-vous pour un dîner au restaurant avec leurs femmes à Amsterdam. Cela pourrait être une soirée ordinaire si le narrateur ne méprisait pas complètement son frère, homme politique en vue qui pourrait être le futur premier ministre. Il exècre le goût de luxe, la fausse modestie de son frère et la facilité avec laquelle il traverse la vie. Il vit une sorte de vie parfaite sur le papier et il a l’impression que son frère joue toujours un rôle.

Le narrateur a une vie beaucoup plus simple, on découvre petit à petit qu’il a traversé des mauvaises passes mais sa vie semble à peu près stable

Ils sont réunis pour parler de leurs enfants adolescents qui ont commis un acte d’une violence inouïe, complètement gratuit et dont ils ne semblent pas vraiment prendre la mesure. Seuls les parents sont au courant, et le temps d’un dîner, ils vont se déchirer sur la manière de régler, ou plus simplement de voir, la situation…

Ce roman est plein de cynisme et montre une facette bien noire de la nature humaine chez des gens qui paraissent tout à fait normaux et qui pourraient être nous. Il pose la question de comment on régirait dans de telles circonstances…

A côté de cet aspect vraiment noir, il y a aussi une critique assez acerbe et pince sans rire d’une partie de la société huppée : le restaurant chic et branché est décrit de façon très caustique et l’image des hollandais en vacances en France est aussi bien égratignée (l’auteur étant lui-même néerlandais)

C’est un bon roman, une fable assez amère sur la famille et la société.

 

 par Claudine. Merci!

 avec Sylire Allons voir ce qu’elle en a pensé! Et Une comète l’a aussi lu aujourd’hui! Quel hasard!

Roman de la catégorie « aliment/boisson »  pour ma ligne roman du  

 3 : Pays Bas

 

« Cinq heures vingt-cinq » de Agatha Christie

Dans le hameau de  Sittaford, un petit groupe de personnes vivent en bons voisinsLe capitaine Trevelyan  qui logeait dans la grande demeure au centre de ces maisons, a loué sa maison à Mme Willet, une mère et sa fille venant d’Afrique de Sud qui souhaitaient s’y installer malgré l’hiver. Trevelyan  s’est installé à Exhampton, le village d’à côté, ne gardant contact qu’avec son vieil ami, le major Burnaby, qu’il voit chaque semaine.

Un jour de neige, chez les dames Willet, lors d’une invitation entre voisins, une partie de spiritisme est organisée. C’est à ce moment là, qu’un esprit intervient et annonce que le capitaine Trevelyan est mort. Le major Burnaby, très perturbé, demande l’heure : il est 5h25… Angoissé pour son ami, malgré la neige, il va rejoindre le village à 10 km de là pour voir si son ami va bien.

Il le trouve mort, assommé dans sa maison. D’après le médecin, la mort a probablement eu lieu autour de 5h25… Quand la neige se dégage, la police mène son enquête et accuse un neveu venu rendre visite à son oncle la veille de sa mort. 

Emily la fiancée de ce dernier, le croyant innocent, vient au village pour mener elle aussi son enquête. Elle y rencontre un journaliste avec qui elle interroge les voisins et creuse dans la famille et l’entourage. Ils découvrent la vérité.

Un bon roman d’Agatha Christie, je me suis un peu doutée de certaines choses mais je ne voyais pas du tout comment mes hypothèses étaient possibles! Le personnage d’Emily, une jeune femme moderne et dynamique est très plaisant!

18 ème lecture de la version 2013 du challenge 

32 ème livre lu dans le cadre du  de George

10ème  lecture du challenge 2013-2014 

Roman de la catégorie « chiffre/nombre »  pour la catégorie « Agatha Christie joue au Petit Bac »