« Le dîner » de Herman Koch

Deux frères ont rendez-vous pour un dîner au restaurant avec leurs femmes à Amsterdam. Cela pourrait être une soirée ordinaire si le narrateur ne méprisait pas complètement son frère, homme politique en vue qui pourrait être le futur premier ministre. Il exècre le goût de luxe, la fausse modestie de son frère et la facilité avec laquelle il traverse la vie. Il vit une sorte de vie parfaite sur le papier et il a l’impression que son frère joue toujours un rôle.

Le narrateur a une vie beaucoup plus simple, on découvre petit à petit qu’il a traversé des mauvaises passes mais sa vie semble à peu près stable

Ils sont réunis pour parler de leurs enfants adolescents qui ont commis un acte d’une violence inouïe, complètement gratuit et dont ils ne semblent pas vraiment prendre la mesure. Seuls les parents sont au courant, et le temps d’un dîner, ils vont se déchirer sur la manière de régler, ou plus simplement de voir, la situation…

Ce roman est plein de cynisme et montre une facette bien noire de la nature humaine chez des gens qui paraissent tout à fait normaux et qui pourraient être nous. Il pose la question de comment on régirait dans de telles circonstances…

A côté de cet aspect vraiment noir, il y a aussi une critique assez acerbe et pince sans rire d’une partie de la société huppée : le restaurant chic et branché est décrit de façon très caustique et l’image des hollandais en vacances en France est aussi bien égratignée (l’auteur étant lui-même néerlandais)

C’est un bon roman, une fable assez amère sur la famille et la société.

 

 par Claudine. Merci!

 avec Sylire Allons voir ce qu’elle en a pensé! Et Une comète l’a aussi lu aujourd’hui! Quel hasard!

Roman de la catégorie « aliment/boisson »  pour ma ligne roman du  

 3 : Pays Bas

 

14 commentaires sur « « Le dîner » de Herman Koch »

  1. Ce qui m’a frappée, c’est le manque de morale dans cette histoire. On presque l’impression que l’auteur cautionne le couple de Paul et de Claire… C’est une histoire prenante et dérangeante. Un cauchemar pour n’importe quel parent normalement constitué.

    J'aime

  2. Ah oui, c’est dérangeant! les jeunes sont dérangeants par leurs actes et le
    absence de réels remords, les parents sont terribles dans leur réaction à
    froid. Ce roman fait froid dans le dos!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :