« Fille de la campagne » de Edna O’Brien

Je dois commencer par dire que je n’ai pas pu finir cette autobiographie. Je n’ai vraiment pas réussi à m’intéresser à la vie d’Edna O’Brien.

Elle commence par parler de son enfance en Irlande mais j’ai trouvé que c’était une succession d’anecdotes sans lien les unes avec les autres et à vrai dire sans grand intérêt. Il n’y a aucune date, on ne sait jamais quel âge elle a ou à quelle époque on est et cela m’a beaucoup gênée pour visualiser cette femme qu’on est sensé découvrir dans ce texte.

On passe d’un sujet à l’autre sans savoir pourquoi car il n’y a jamais d’explications ou de justifications du choix des faits racontés. Elle ne développe pas d’émotions liées à ces événements. J’ai trouvé toutes ces tranches de passé très froides et finalement assez impersonnelles.

Je ne connais pas le style de Edna O’Brien dans ses romans alors je ne sais pas si c’est son style ou celui de la traduction que j’ai trouvé assez lourd.

D’autant que j’ai été surprise par des expressions ou des traductions qui m’ont paru maladroites. Par exemple, le fait de parler de « Bohémienne » ou  de « Roms » m’a semblé totalement anachronique car je pense qu’il s’agit des « travellers » ou « tinkers » qui sont des nomades irlandais mais qui n’ont rien à voir avec les Roms… Le choix du mot « bistrotiers » est aussi un peu bancal et veut sans doute tenter de parler des propriétaires de pubs (mais on est en Irlande… pas à Paris, il n’y a pas de « bistrots »…) et lire « le gâteau éponge » m’a un peu hérissée aussi, car il s’agit du « sponge cake » que l’on appelle plutôt de la « génoise » en français… Ce ne sont que des détails, certes, mais si j’ai commencé à relever ce genre de détails, je crois que c’est parce que je m’ennuyais profondément

 

Lu dans le cadre du  2014

D’ailleurs vous pouvez aller fouiner sur les blogs des copines jurées de ELLE : 

Ankya,  AwaBiancaBlandine

Eva, FleurGaléa, Kirili

MarieMeelly, Micmélo

MiorMusme, Tynn

ValérieVirginie

 

Valérie a aimé! Et l’avis de Galéa en cliquant sur son nom!

 

La vérité sort de la bouche de Little Boy B

4 ans déjà mais je continue à vous faire part de ses petites phrases et ses bons mots volontaires ou involontaires! (Sauf si vous me dites « Stop! On n’en veut plus ! » 😉

 

« Le coiffeur, ça sert à rien, parce que les cheveux ça repousse toujours!« 

 

Il me demande de lui dicter le nom de son copain Gabin, il l’écrit et s’exclame : 

« Ah ben, c’est quasiment comme dans Bastien! » (Notez le « quasiment » 😉

 

« Maîtresse voulait qu’on mette une gommette sur la première lettre de son prénom mais moi, je sais l’écrire mon prénom, alors ça sert à rien! Je l’ai quand même fait pour que maîtresse soit contente mais ça sert à rien!« 

 

« Est-ce que c’est clair, Bastien?

Oui! Clair comme du marron clair! » (Et maintenant, il sait que cette expression me plait beaucoup, alors il l’a sort très souvent!)

 

« Je dessine pas mal, hein papa? 

-Oui.

Je dessine pamalement! » (et je fabrique un adverbe)

 

« Maman tu sais dans la cour de l’école, y avait une chenille et y en a qui l’ont écrasée et la chenille elle a vomi! (goups…hum hum…ça ressemble donc à du vomi les intestins de chenille?) Et Marielle (l’atsem), elle l’a mis sur une feuille et elle l’a posée dans un buisson comme ça, elle va pouvoir manger les feuilles et elle sera plus morte! (Bon, comment te dire…)

 

Nous sommes dans des jeux d’enfants dans un square: 

« Maman, phare tes yeux pour me dire s’il y a d’autres enfants qui arrivent tu me le dis!

-Ça veut dire quoi « Pharetes yeux? »

Ça veut dire « mets les phares de tes yeux »! Il faut que tu ouvres grand tes yeux!« 

 

« Les filles elles ont pas de zizi, elles ont juste des grandes fesse qui continuent devant. » 

 

Il voit quelque chose qui déborde :

« Ça dépasse du ras bord!« 

Quand il veut parler d’un grand nombre il dit « 36-13 » (c’et beaucoup!)

Les petits ruisseaux : Pascal Rabaté

J’avais lu cette BD il y a déjà assez longtemps et j’en gardais un bon souvenir et le billet de Sandrine m’avait donné envie de le relire. J’étais donc très contente de le recevoir de la part de Isa lors du Loto BD organisé par Valérie!
Le sous-titre donne le ton « Sex, on fera ce qu’on pourra, Drugs, surtout contre le cholestérol, and rock ‘n roll, je suis meilleur en musette »
Cette BD commence par dépeindre la vie tranquille de deux amis pêcheurs retraités, Emile et Edmond. Mais Edmond est beaucoup moins « pépère » qu’il ne le laisse croire : par agence matrimoniale, il a déjà rencontré plusieurs femmes avec qui il a eu des aventures et s’est mis à la peinture (il peint des femmes nues très évocatrices) … mais surtout il est heureux!
Quand il meurt, Emile se met à réfléchir à ce qu’il veut vraiment de sa vie mais malgré une tentation de retrouver l’amour, il prend peur et décide de tout quitter pour mourir… Mais en chemin, il fait des rencontres très inattendues qui lui redonne goût à la vie, le goût d’une vie beaucoup moins conventionnelle qu’avant.
J’ai beaucoup aimé cette BD qui montre qu’il y a encore beaucoup de vie chez ses personnes âgées. C’est un album très touchant et drôle à la fois. Un très agréable moment qui fait aussi réfléchir.
 
Carpe Diem!

 par Isa à l’occasion du Loto BD

Roaarrr Challenge

« Les heures souterraines » de Delphine de Vigan (Lu par Marianne Epin)

Dans ce roman, deux voix se croisent, deux vies sont racontées : celle de Mathilde et celle de Thibault.

Mathilde est une mère de famille, qui vit seule avec ses trois enfants et qui travaille dans une grande entreprise en tant que cadre. Elle avait des responsabilités, était reconnue et appréciée dans ce travail qu’elle aimait jusqu’à ce que son chef la prenne en grippe et lui fasse subir un harcèlement moral totalement destructeur qui l’affaiblit dans tous les domaines de sa vie.

Thibault est  médecin pour les urgences médicales à Paris. Il passe sa vie dans sa voiture à aller soigner des gens : de la bobologie aux grandes détresses, il croise toute la société qui va mal dans sa journée de travail. Il doit se monter solide et pourtant, il vient de quitter la femme qu’il aime mais qui elle ne l’aime pas assez. Il souffre de cette rupture même s’il la sait salutaire.

Le récit se consacre à une journée qui, pour les deux personnages, chacun de leur côté, va être une journée de remise en question, d’introspection et de prise de conscience que la vie ne peut pas continuer ainsi.

J’ai été très touchée par ce roman. L’histoire de Mathilde est poignante et révoltante. C’est une femme forte et pourtant elle est affaiblie petit à petit. Il y a un côté presque « thriller » dans l’opération de destruction de son chef. Il est dur de se dire que des gens subissent ça tous les jours… Et pourtant…

Quant à Thibault, c’est plus un passage à vide, une impression que sa vie a été vaine, des interrogations sur ce que sa vie a été pour lui et ce qu’il est pour les autres.

J’ai aimé le style de Delphine de Vigan qui est précis et fluide (j’avais aussi beaucoup aimé « Rien ne s’oppose à la nuit »). Elle sait traiter ces thèmes forts avec beaucoup de justesse et et d’émotion retenue.

La lectrice, Marianne Epin, est excellente. J’avais vraiment l’impression d’entendre les personnages s’exprimer tant elle savait rendre leurs émotions, leur retenue, leur découragement et cela avec un rythme qui correspondait parfaitement aux situations.

A la fin, il y a un entretien avec Delphine de Vigan que j’ai trouvé très intéressant.

 

 (cliquez sur le logo pour écouter un extrait)

Que faisions nous le 9/09 à 9h09 du soir?

 

Le 9/09 à 9 h 09 (du soir), nous avons été 14 à prendre une photo -au même moment (ou presque…)- de ce que nous étions en train de faire  (sur une idée de Cstef du blog « Une Photo, une bidouille »)

J’ai transmis ces photos à  LaBulle qui en a fait cette mosaïque! Merci à elle et merci à tous les participants!

Attention, cette mosaïque de rentrée a été prise sous le signe du cafouillage… Il va falloir reprendre le rythme mes amis 😉  

Personnellement, je m’apprêtais à manger un repas léger en regardant internet après un cours de zumba et je dois avouer qu’à 3 minutes près et sans le cafouillage de Liliba j’aurai sans doute oublié de prendre cette photo!!)

LaBulle  (qui croyait que la photo était à prendre à 9h09 du matin… Hum hum… les organisatrices n’étaient pas au point cette fois-ci 😉 était en train de suivre attentivement une formation.

Liliba (attention, c’est le 3ème cafouillage de la soirée 😉 était persuadée qu’il était 21h09 alors qu’il n’était que 20h09… Elle était devant l’ordinateur avant d’aller se coucher car elle était malade … circonstances atténuantes qui font que je prends sa photo 😉

Saxaoul était à l’heure 😉 Elle s’apprêtait à lire un blog (je vous laisse aller chez elle pour voir lequel 😉 en chattant sur internet pendant que son homme zappait à la télé

Galéa était sur son balcon en train de fumer (mais dans un souci de respect de la loi Evin sur mon blog 😉 elle a pris une photo de sa rue.

Sandrine a été rappelée à l’ordre par son mari qui entendait sonner une alarme alors qu’elle était dans une autre pièce de la maison (décidément… ce n’était pas notre jour! 😉 Elle était en train de vérifier les livres dont sa fille a besoin en seconde.

Racoon5lb revenait de son cours de country et consultait ses mails et les dernières mises à jour ses copines sur Pinterest.

Evalire posait un 9 dans son panier 9 … heu…un oeuf dans son panier neuf 😉 Une photo préméditée mais drôle 😉

Secrète Louise était installée au calme devant « L’amour est dans le pré » après une journée de l’enfer (même si son chat ne lui a pas laissé beaucoup de tranquillité!)

Lolita était au restaurant avec son nouveau chéri (rencontré par internet… allez donc voir sur la mosaïque de juillet!!) et les parents de celui-ci… Bonne route dans cette nouvelle histoire! Je te souhaite plein de bonheur!

Valérie prenait son premier cours « d’espagnol sans peine », il ne lui reste plus que 99 cours pour parler couramment!

Wakanda était devant son ordinateur à lire les billets en retard de mon blog (je suis flattée 😉 

Aproposdelivres  était devant son ordinateur à chatter par mail avec une blogueuse et à préparer des billets avant d’aller se coucher de bonne heure pour compenser les réveils matinaux.

Awa passait un coup d’aspirateur dans la cuisine, où son chat avait renversé sa litière, avant d’aller se poser et lire.

Il est à noter que 7 personnes sur 14 étaient devant un écran (ordinateur ou télévision 😉

 

Le prochain rendez-vous sera peut-être un peu plus difficile…(encore que… avec les téléphones portables on peut faire des photos discrètement!) car ce sera    le (jeudi) 10/10 à 10h10 (du matin!!!) …   Je ferai un rappel 15 jours avant et la veille 😉

J’espère que nous serons nombreux à jouer!

Souvenirs, souvenirs :Voici ce qu’on faisait  le 3/03 à 3:03 (de l’après-midi)  et  le 4/04 à 4:04 (de l’après-midi) et le 5/05 à 5:05 (de l’après-midi) et le 6/06 à 6:06 (du soir) et le 7/7 à 7:07 (du soir)

« Automne » de Jon McNaught

Je vais commencer par le positif : j’ai beaucoup aimé les dessins et la mise en page et les couleurs

Mais par contre, je dois dire que je suis passée à côté de l’histoire dont je n’ai pas vraiment perçu l’intérêt

Deux parties : la journée d’un commis de cuisine dans une maison de retraite et la journée d’un lycéen livreur de journaux après l’école… Du quotidien

Est-ce une métaphore du temps qui passe? D’une opposition jeunesse/vieillesse? Je ne sais pas… Je n’ai pas vraiment compris je pense et j’avoue avoir trouvé cela un peu barbant

Un avis beaucoup plus positif et étayé chez Mo!

               

 Roaarrr Challenge