« Cherchez la femme » de Alice Ferney

Ce roman est une saga familiale qui commence par la rencontre de Nina et Vladimir, les parents, et qui nous dépeint leur vie de couple et de parents et la vie de leur fils Serge, jusqu’à l’âge mûr. Mais cette histoire est tout le contraire d’une « belle histoire », c’est plutôt un manifeste anti-mariage car les personnages sont tous bien malheureux : les gens mariés se déchirent, se font du mal, se battent… mais restent ensemble et quand ils divorcent, ils n’arrivent pas à le faire franchement et se font encore plus de mal.

Nina, épousée jeune en veut à son mari de ne pas être devenue celle qu’elle croit qu’elle aurait pu être mais plutôt que d’évoluer, se met à boire. Vladimir, traverse la vie en riant, il aime sa femme sans se soucier de ce qu’elle ressent. Ils ont tous les deux une admiration sans bornes pour leur fils parfait, Serge. Serge, très intelligent, grandit en se considérant exceptionnel et ne vit que pour être admiré de tous (il est « puant » de supériorité et d’indifférence aux autres), Marianne, élevée par Brune une femme vraiment méchante avec sa fille, est une jeune femme plutôt aimable et ouverte mais sa tolérance envers son mari Serge vire à la bêtise car non seulement elle supporte tout en devenant une vraie carpette mais elle ne sait pas le laisser partir quand il la quitte…

Et pourtant si cette histoire est plutôt sinistre sur sa vision des rapports humains c’est un bon roman car les personnages sont très bien écrits : ils sont exaspérants. C’est une  famille dysfonctionnelle avec ses membres parfois odieux, aimant les autres trop ou trop peu, s’aimant eux-mêmes trop ou se détestant et s’autodétruisant, s’aimant mal les uns les autres… Ces gens ne devraient pas rester ensemble mais ne savent pas se quitter.

Alors bien sûr, la concentration de personnes névrosées dans une même famille est assez excessive! C’est un peu exagéré que TOUS les membres d’une famille soient si peu aimables, mais ces personnages haïssables sont très réussis car on a tous connus des gens plus ou moins comme ça, on peut retrouver des traits de personnes réelles dans certains aspects de chacun des personnages… Si  je suis honnête je vous dirais que je m’y suis même retrouvée aussi parfois ! J’ai aimé ces personnages tout à fait détestables car ils étaient bien écrits. J’ai aimé être dérangée par ces situations que je n’aurai sans doute pas acceptée dans la vie, j’avais envie de secouer tout ce petit monde !

Sur le fond, j’ai aimé ce roman car il ne laisse pas indifférent. Par contre, sur la forme, mon enthousiasme a été atténué par le fait que je l’ai trouvé trop long. Je pense que l’auteur a trop délayé son propos avec des considérations parfois pseudo-psychologiques et par des passages parfois trop « bavards » qui auraient mérités quelques ellipses

Y a-t-il un message dans ce roman ? On pourrait penser que c’est « Ne vous mariez pas ! » ou alors « Faites attention à ne pas vous oublier dans le mariage ! » ou alors « Le mariage est une fatalité ! » … Moi je n’ai pas cherché de message, j’ai juste suivi ces personnages jusqu’au bout pour voir justement jusqu’où ils iraient les uns contre les autres…

Lu dans le cadre du  2014

D’ailleurs vous pouvez aller fouiner sur les blogs des copines jurées de ELLE : 

Ankya,  AwaBiancaBlandine

Eva, FleurGaléa, Kirili

MarjorieMarieMeelly, Micmélo

MiorMusme, Pascale,

TynnValérieVirginie

Vous trouverez l’avis d’Eva et Bianca en cliquant sur leurs noms!

 

  Lecture « Verbe » pour ma ligne générale du 

« Absences » de Alice LaPlante

Difficile de dire si ce roman est vraiment un polar mais en tout cas c’est un roman assez angoissant car on y découvre la maladie d’Alzheimer de l’intérieur.

Jennifer, ancienne chirurgienne orthopédique, ponte dans son domaine, est atteinte de cette maladie et oublie tout au fur et à mesure, ou ne se souvient que de bribes du passé ou transpose le passé sur le présent, confondant les personnes qui traversent sa vie.

Sa meilleure amie et voisine, Amanda, a été assassinée et Jennifer est accusée car après sa mort, ses doigts ont été parfaitement amputés et c’était la spécialité de Jennifer.

L’intérêt du roman est que l’on navigue entre passé et présent et que petit à petit un portait de la famille de Jennifer (son mari et ses enfants aujourd’hui adultes) et de ses relations avec Amanda se dessine et n’est pas tout à fait conforme à l’image donnée. Les deux amies, deux femmes fortes, étaient proches et pourtant très différentes et n’ont pas traversé une vie commune si simple.

J’ai aimé l’originalité de ce roman qui fait que le lecteur traverse le même brouillard que celui traversé par Jennifer mais qui pourtant fait ressortir des faits qui permettent à l’enquête d’être menée en arrière plan. Le coupable est découvert mais ce n’est peut-être pas le plus important.

Lu dans le cadre du  2014

D’ailleurs vous pouvez aller fouiner sur les blogs des copines jurées de ELLE : 

Ankya,  AwaBiancaBlandine

Eva, FleurGaléa, Kirili

MarjorieMarieMeelly, Micmélo

MiorMusmePascale,

TynnValérieVirginie

L’avis de Bianca en cliquant sur son nom.