Grands boulevards de Tonie Behar

 

Je vais commencer par vous dire que ce roman est l’équivalent littéraire des « rom com » au cinéma : c’est une comédie romantique avec des ficelles un peu grosses, avec des personnages un peu clichés mais on se laisse prendre au jeu, on se laisse embarquer dans leurs vies, le temps d’un film, le temps d’une histoire. Ça fait du bien parfois de lire un peu de littérature facile qui vide la tête au début des vacances (surtout quand on a peiné à entrer dans plusieurs livres de suite!).

Je l’ai lu en 2 jours et je ne regrette pas même si ce n’est à priori pas le genre de livres vers lequel je me tourne habituellement. J’y ai vu plein de défauts, de clichés et d’incohérences mais je n’ai pas pour autant eu envie de le lâcher ce qui est plutôt bon signe 😉 En fait, j’ai quand même l’impression que ce roman a été écrit POUR en faire une comédie romantique au cinéma et je dois dire que je pense qu’avec le bon casting ça pourrait être une bonne comédie française!

Alors de quoi s’agit-il?

Doria, une jeune femme qui cherche à être actrice, vient de quitter son homme et retourne vivre chez son père dans son appartement des Grands Boulevards. Ils vivent ensemble avec son neveu, jeune étudiant en médecine. Le père (et grand-père) Max est un fêtard, joueur de poker et en même temps très papa gâteau pour sa fille et son petit-fils.

L’immeuble doit être revendu à la découpe par la banque propriétaire des lieux et les locataires, tous très différents les uns des autres, se regroupent en association pour se défendre.

Il y a des histoires d’amour, il y a des gens qui ont des secrets, il y a des gens qui ont l’air de ne pas pouvoir s’entendre, il y a des histoires de famille… Mais comme nous sommes dans une comédie romantique, tous les codes sont respectés : le beau gosse dragueur  va se révéler être le mauvais parti, celui dont la belle ne veut pas au début va être l’homme idéal et vous vous en doutez bien : tout est bien qui finit bien 😉

Même si ce n’est pas de la grande littérature, c’est à mon avis le livre idéal pour les vacances d’été, à lire au soleil! 

 

 Sandrine : merci beaucoup! Son billet est ici 

PAL prioritaire                        -14 

 2ème Lecture « Lieu »  du 

Les filles de Montparnasse de Nadja

Dans cette série (pour l’instant il y a 3 tomes disponibles sur 4, je n’ai pas trouvé trace d’une date pour le 4ème tome, si vous avez des infos, n’hésitez pas à me le dire), nous suivons les vies de 4 jeunes femmes, quatre amies, en 1873 à Paris. Amélie, Garance, Elise et Rose-Aymée sont quatre jeunes femmes libres, indépendantes qui vivent ensemble. De part leurs occupations (l’une chante, l’autre écrit, une autre peint et la quatrième est modèle), elles sont un peu bohèmes, très anticonformistes pour leur époque.

Les trois tomes ont un dessin très intéressant, à la peinture, qui donne parfois aux personnages des traits un peu grossiers mais qui donne surtout beaucoup d’épaisseur et de mouvement aux scènes. Le choix des couleurs est aussi très agréable. Les dessins rendent bien les scènes sensuelles qui traversent les 3 albums. J’ai beaucoup aimé cette bande dessinée, tant par les dessins que l’histoire racontée et l’époque traversée.

 

Tome 1 -Un grand écrivain-

 

Dans ce premier volume, on découvre les quatre amies. On découvre que si elles essaient de vivre des vies libres dans le milieu artistique, ce n’est pas si simple pour des femmes de leur époque. Amélie, qui veut écrire, est reléguée à la correction d’artistes masculins qui ne s’en sortent pas et elle est utilisée indirectement par un homme. Garance, veut exposer ses œuvres mais les femmes ne sont pas prises au sérieux et elle est aussi exploitée par un homme qui se sert d’elle pour former une autre jeune femme. Elise veut devenir chanteuse et se retrouve sous la protection d’un homme influent qui lui donne des opportunités mais qui se sert d’elle aussi comme un objet. Il n’y a que Rose-Aymée qui semble vraiment libre, vivant quasiment nue à longueur de journée.

2ème lecture « famille » du 

 

 

Tome 2 -Le nom du père-

 

Je ne dois pas trop en dire sur les tomes suivants pour vous laisser la découverte… Elise est sous le joug de son « protecteur », elle se sent moins libre, piégée et en même temps elle rencontre l’amour. Garance ne sait plus où se situer artistiquement, elle se cherche et délaisse Rose-Aymée , son modèle. Amélie qui voulait écrire son histoire personnelle découvre qu’on lui a volé sa vie dans un autre roman et elle sombre dans la déprime. Un autre personnage est présent dans l’immeuble, il va peu à peu prendre de l’importance : il s’agit de Tarkan et il n’a pas seulement la peinture en commun avec les quatre amies.

Lecture « famille » pour ma ligne BD du 

 

 

Tome 3 -Les jupes noires-

 

Garance se remet en question personnel ment et artistiquement. Trakan prend plus de place surtout auprès de Rose Aymée. Amélie reprend le dessus. On découvre un groupe de féministes virulentes : les jupes noires.

Lecture « couleur » pour ma ligne BD du