« La petite communiste qui ne souriait jamais » de Lola Lafon (Lu par Chloé Lambert)

J’ai beaucoup aimé ce roman mais il est assez complexe à évoquer. C’est un roman, qui raconte une histoire fictive : la narratrice est la biographe de Nadia Comaneci et écrit son histoire, creusant le passé et discutant avec elle (des conversations fictives, Nadia est ici un personnage) et pourtant les faits de bases correspondent réellement à la vie de Nadia C.

Lola Lafon raconte donc la vie de la gymnaste mondialement connue, mais au-delà des ses exploits sportifs, c’est l’occasion d’aborder de nombreux sujets : la manière dont  les gymnastes roumaines étaient entraînées dans les années 70-80,  les enfants « stars », Nadia ayant été une idole du pays. Mais c’est aussi un prétexte pour parler des femmes, leurs corps qui changent à la puberté (décrite comme « la maladie » dans le cas des petites gymnastes garçonnes.) Elle évoque la manière dont les femmes sont scrutées et jugées comme des objets, que ce soit dans le sport, dans leur évolution naturelle, dans la Roumanie communiste qui a émis tant de décrets régissant la vie des femmes, même la plus intime mais aussi en Occident où les femmes sont aussi objetisée (ce mot existe-il??) : les règles, le poids, les seins, les cheveux, la peau, la sexualité, tout est observé…

Ce roman permet aussi de présenter la Roumanie communiste depuis les années 70 jusqu’à la chute de Ceausescu et j’ai trouvé cet aspect passionnant et effrayant. Il y a des faits (des textes officiels, des articles mais aussi l’expérience de Lola Lafon qui a grandi en Roumanie) et aussi le ressenti de roumains sur ce qu’ils ont vécu, sur les difficultés de la vie sous le régime mais également les difficultés apparues après, avec cette nouvelle liberté et aussi l’évocation du regret que la nouvelle vie implique de rejeter tout ce qui a été vécu avant, même les bons souvenirs (cet aspect là, une amie ayant grandi en Allemagne de l’Est m’en avait parlé)

Concernant le titre, si on regarde des vidéos, elle souriait parfois la petite communiste, mais elle était surtout toujours concentrée et  ne semblait jamais laisser paraitre sa vraie personnalité. D’ailleurs, Lola Lafon, au travers de son personnage de biographe, parle des aspects troubles de la vie de Nadia C, sans pour autant prendre position, puisque tout est évoqué, mais ces « rumeurs » montrent bien à quel point un personnage adulé par tout un pays peut aussi être déchu.

Comme vous pouvez le constater, mon avis est très confus car le roman est très riche (il y a aussi des comparaisons entre le système communiste et le « système capitaliste » que j’ai trouvé très intéressantes).

J’ai aussi beaucoup aimé la forme, puisque le roman porte aussi sur l’écriture, la narratrice soumettant des passage à la Nadia fictive, qui donne son avis, approuvant ou démentant, réécrivant aussi sa vie.

J’ai écouté la version audio et je l’ai trouvé très réussie. La lectrice Chloé Lambert est devenue pour moi la voix du roman, elle correspondait parfaitement à l’histoire.

A la fin de la lecture du texte, il a deux extraits lu par Lola Lafon et une interview très intéressante.

Interview écrite de Lola Lafon au sujet du roman (Slate)

Interview filmée de Lola Lafon au sujet du roman (Mediapart) : 

 

Nadia Comaneci

 

     Pré-sélection du 

  avec Liliba, SandrineSaxaoul et Sylire. Allons voir leurs avis!

Lecture « verbe » pour ma ligne livre audio du 

9 commentaires sur « « La petite communiste qui ne souriait jamais » de Lola Lafon (Lu par Chloé Lambert) »

  1. j’ai aimé la version audio c’est vrai mais j’ai aussi aimé le sujet, les
    thèmes abordé au sens plus large et aussi le fait de transformer Nadia en
    personnage, ce qu’elle a été toute sa vie en fait : tout ce que tu n’as pas
    aimé en fait

    J'aime

  2. je suis vraiment tentee par ce roman….car on arrete pas de le repeter ce n’est pas une biographie officielle puisque Nadja n’a jamais ete consultee….mais le theme reste passionnant, comment reagir face aux dictatures?….en tout cas cette athlete reste assez complexe elle-meme…..

    J'aime

  3. En lisant ton billet je me dis que j’aurais pu en dire plus. Mais comme tu le soulignes , il y a beaucoup de choses dans ce roman. Je ne suis pas aussi séduite que toi mais je suis bien contente de l’avoir écouté moi aussi.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :