La vérité sort de la bouche de Little Boy B

5 ans et 1 mois et je continue à vous faire part de ses petites phrases et ses bons mots volontaires ou involontaires!

« Quand tu seras plus allergique aux chats et qu’on aura un chat, je pourrai jouer avec! »

 

On parle de la famille et des tantes. Il cherche comment dire « oncle » : 

« C’est quoi un monsieur tante?« 

 

Il nous décrit une moto imaginaire qui peut aller partout, passer par-dessus les voitures etc…

« Dis donc, c’est une moto magique!

Pas « magique » : « pratique »!« 

 

« Le déodorant, ça sert à sentir bon sous les bras et le parfum, ça sert à sentir bon dans le cou!« 

 

Il nous demande la différence entre des cheveux frisés et bouclés. On lui explique que « frisé », ce sont des toutes petites boucles et « bouclé » des plus grosses boucles…

« C’est plus souvent les filles qui sont bouclées et les garçons qui sont frisés.« 

 

Je lui ai emprunté un livre « magique » à la médiathèque pour un voyage en voiture : « Moi en pyjamarama » (un livre génial…Vraiment magique!) : 

« Oh! Il est TROP beau ce livre! Il est magique! Quel dommage qu’il soit à la médiathèque! Il est MA-GNI-FIQUE! Merci maman d’avoir trouvé ce livre! Il est SUBLIME! Mais comment tu as su qu’il me plairait ce livre?!!« 

 

Pique nique sur une air d’autoroute.  Il regarde autour de lui et dit :

« Je crois que les gens dans la voiture d’à côté de nous ils vont à Lyon aussi parce qu’ils mangent aussi un petit pique nique! »

 

« Moi je suis un artiste. Normalement, c’est quand on est adulte qu’on a un métier mais moi j’ai déjà u métier enfant! Là, je suis artiste et quand je serai adulte je serai dentiste! » (Mais d’où ça sort ça? Il n’a même jamais été chez le dentiste!!)

 

« La lune, comment elle nous suit (en voiture)? Y a plusieurs lunes?

-Non, c’est la même partout où on est.

Ah bon? C’est la même pour tous les pays? Mais ils doivent se la disputer? Au Maroc, la lune, elle est forme de berceau!« 

 

« J’aimerai bien une petite écharpe de portage pour Emmaline (sa poupée). Pour lui faire des calins pendant la promenade comme quand j’étais bébé.« 

 

On arrive à Lyon après une journée de route.

« Oh non! Un bouchon!

C’est quoi un bouchon?

-C’est ça, regarde : toutes les voitures devant nous.

Ah oui! Toutes les voitures avec leurs feux rouges! On peut dire aussi « un embouteillage »!

Alors plein de gens viennent à Lyon en roulant une journée!

-Non, il y a aussi plein de gens qui habitent à Lyon.

Ah! Alors les gens ils vont croire que nous aussi on habite à Lyon, même si on a un zupéèsse (= un GPS!) »

 

On fait une balade fluviale sur la Saone et le Rhone, à Lyon et la guide parle en français et en anglais : 

« Pourquoi elle dit pas « laïonne » pour dire Lyon en anglais? « Lion » ça se dit « laïonne » en anglais!« 

 

Il veut acheter quelque chose.

« Ça coûte cher tu sais.

Je vais payer avec les sous que j’ai dans mon porte-monnaie.

-Mais ça coûte plus cher, tu n’as pas assez de sous.

C’est pas grave, je vais en acheter d’autres!« 

 

« Y a pas de problème, y a que des solutions! C’est Franklin (un personnage de dessin animé) qui l’a dit!

-Il a raison!

Sauf quand on est presque mort, là, on ne peut pas revenir alors il n’y a pas de solution!« 

 

« Si on se fait un bisou sur la bouche on sera amoureux?

– Non, une maman et son enfant c’est jamais amoureux.

Oui, mais quand je serai adulte?

-Non, tu sera stoujours mon enfant.

Mais on pourra se marier quand même?« 

 

Le jour de son goûter d’anniversaire, je l’entends parler à un copain : 

« Ce matin avec maman on a bien rangé la chambre comme ça maintenant on va pouvoir mettre du bazare! »

 

« Maman, j’ai mal à une dent.

-Où ça?

Ben…Dans la bouche!« 

 

A l’école, ils travaillent sur l’Inde et un soir il était très triste, au point de pleurer car « Maîtresse nous a dit qu’en Inde il y a des gens qui croient que quand ils sont morts ils se transforment en animaux…. et ça me rend triste parce que ça veut dire qu’on meurt… »  il s’est consolé en disant qu’il aimerait se transformer en oiseau! Un autre jour, il nous dit que « Maîtresse nous a dit qu’en Inde quand les gens sont morts, on les brûle. Je trouve ça triste. Je préfère quand on est mis dans la terre parce que la terre ça brûle pas… » Je me demande si la maîtresse a bien mesuré l’impacte que pouvait avoir son thème sur des maternelles qui n’ont pas forcément bien intégré tout ça… 

Plus drôle, à la médiathèque, je lis toujours quelques livres à Bastien. Il m’a présenté un livre de son choix et j’ai bien ri : 

Et le soir quand on racontait à son père les livres qu’il avait lu, il en a parlé et demandait : « Est-ce que j’en ai? » « Est-ce que papa en a ? » Dans le livre, ils disaient que la « course de natation des spermatozoïdes partait de M. Durand et aller jusqu’à l’oeuf de Mme Durand » et les deux personnes étaient face à face et à la maison,  Bastien m’a demandé : « Comment ils font pour y aller? Ils volent pour aller de l’autre côté? Y a un tuyau? » et là j’avoue que j’ai botté en touche et dit qu’on lui dirait quand il sera plus grand

 

Anniversaire avec les copains

Atelier « sucettes au chocolat » au salon du Chocolat de notre ville