« Rural! » de Etienne Davodeau

Cette BD est vraiment passionnante. C’est une BD reportage tout à fait subjective-subjectivité revendiquée par l’auteur dans sa préface (une page très intéressante d’ailleurs, car il explique comment il a travaillé sur cette BD.)

Il passe un an à la campagne, en Anjou, auprès de trois agriculteurs qui travaillent ensemble sur leur exploitation bio. Il les suit dans leur quotidien -les bêtes, la traite, les cultures, les avantages et les contraintes du label bio…

Il rencontre aussi un couple qui a restauré une maison dans cette campagne qui va être bouleversée par la construction d’une autoroute qui va non seulement détruire une partie du secteur -dont la maison de ce couple- mais également séparer les gens et les lieux à cause d’un tracé très étrange.

L’auteur nous raconte ses recherches et ses tentatives pour comprendre pourquoi et comment ce tracé a été choisi et il en dévoile les incohérences.

Il y a beaucoup de tendresse envers ces agriculteurs et, les personnes qui vivent là, il y a beaucoup de questionnements, sociaux, politiques et humains dans cette BD et puis il y a aussi beaucoup d’humour! On apprend beaucoup de choses sur le monde de l’agriculture aussi.

Quand aux dessins, j’ai aimé ce que j’aime d’habitude chez Davodeau : les paysages, les détails mais contrairement à d’habitude, je n’ai pas été gênée par les visages. Et je me souviens que c’était pareil pour « Les ignorants », comme si Etienne Davodeau réussissait à ne pas faire de visages grimaçants quand il parle de vraies personnes 😉

A lire!

                                                                        

 Lecture BD de la catégorie « Titre en un seul mot »

Roaarrr Challenge

 

« Le chien qui louche » de Etienne Davodeau

Je vais sans doute commencer de la même manière que je le fais à chaque fois que je parle d’une BD d’Etienne Davodeau… J’aime ses bandes dessinées et j’aime ses dessins mais je n’aime pas du tout sa façon de dessiner les visages. Mais ça ne m’empêche pas de le lire à chaque fois que je croise une de ses BD car j’aime sa façon de raconter et de donner vie à ses personnages.

Ici, il nous fait découvrir une famille un peu étonnante et surtout : Le Louvre!

Fabien est gardien au Louvre, pas un métier passionnant en soi (avec ma Best, un jour on avait fait une liste des métiers les plus barbants et on avait mis celui-là dedans 🙂 mais cela lui plait de fréquenter ce lieu si particulier entre les œuvres d’art et les touristes. Sa petite amie, Mathilde, lui présente sa famille -son père, ses frères et son grand-père, les Benion. Ils sont « bruts de décoffrage » et une fois qu’ils ont accepté Fabien dans la famille, ils lui montrent un tableau peint par un arrière grand-père… Une « croute » représentant un chien qui louche. Fabien ne voulant pas faire mauvaise impression ne dit pas non quand ils lui demandent si ce tableau aurait sa place au Louvre et promet de se renseigner.

M. Balouchi, un visiteur assidu et passionné du Louvre se prend d’amitié pour Fabien et s’attache au projet de permettre au « Chien qui louche » de trouver sa place au Louvre.

Entre du quotidien et une sorte de société secrète, il y a une vraie réflexion sur la place de l’œuvre dans un musée : qu’est-ce qui fait que la Joconde soit si visible et les chiens qui louchent de le soient pas. Mais également, sur le fait que certaines autres œuvres reconnues soient éclipsées par les grands noms.

Une bonne découverte qui m’a fait regarder les musées différemment.

 

                                                                        

 

2015 Reading Challenge – Challenge de lecture 2015 chez Nag

 

Les grands esprits se rencontrent, on dirait… 😉 J’avais été titillée par ce challenge quand quelqu’un en avait parlé quelque part (ici? sur la page Facebook? chez quelqu’un? je ne me souviens plus, désolée C’était chez Mélo!!) et hier matin, j’ai croisé sur internet  l’affiche du challenge en anglais et je l’ai copiée pour la mettre de côté en me disant que j’allais peut-être m’amuser à suivre ce challenge dans mon coin et l’après-midi même je découvre que Nag en a fait un challenge!!! Alors ni une ni deux : je me suis inscrite!

Alors de quoi s’agit-il?

Une liste (que Nag à traduite) de thématiques et l’idée est de lire au moins un livre qui correspond à ces thématiques et comme Nag considère qu’un roman peut concourir dans plusieurs catégories  à condition d’avoir été lu en 2015, ça me parait tout à fait faisable!

Et en plus, elle a transformé la liste en formulaire à cocher dans Word… trop facile à suivre!

Et j’ai déjà fait le tour de ma liste de livres lus en 2015 et j’ai coché 20 cases! 

Allez donc faire un tour chez Nag en cliquant sur les images!

 

« Ce que le jour doit à la nuit » de Yasmina Khadra (Lu par André Pauwels)

Ce roman est celui d’une vie entière, celle de Younès, d’abord enfant dans sa famille d’agriculteurs en Algérie dans les années 30 qui rejoint Oran avec son père et sa mère à cause de la pauvreté. Son oncle, pharmacien éduqué et aisé, marié à une française, se propose d’aider sa famille mais le père est trop fier pour accepter. Plus tard alors qu’ils s’enfoncent dans une extrême précarité, il confie Younès à son oncle et sa tante pour qu’il ait de meilleures chances dans la vie.

La vie de Younès, maintenant appelé Jonas, change alors complètement : il va à l’école et s’intègre dans une société majoritairement française. Quand ils déménagent à Rio Salado, c’est une nouvelle vie de jeune homme insouciant entouré d’une bande d’amis français qui commence pour lui.

Quand entre des histoires d’amour torturées, des histoires d’amitié tout aussi  tortueuses, les mouvements pour l’indépendance de l’Algérie se développent, Younès/Jonas ne sait pas quelle position prendre et sa vie telle qu’il l’a connue se déchire.

Ce roman est très intéressant sur cette période historique, que ce soit dans les futilités de la jeunesse des années 50 ou dans les changements fondamentaux dans l’histoire de l’Algérie.

Mais autant le dire, j’ai trouvé ce roman très -trop- long. L’auteur a voulu trop en dire, il est trop précis dans les moindres détails de la vie du personnage principal, les moindres relations, les moindres tergiversations et cela a fini par me lasser…

D’autant plus que le personnage de Younès m’a assez vite exaspérée car il ne prend jamais aucune décision… Il traverse sa vie sans s’affirmer, sans jamais dire ce qu’il pense, sans jamais agir : il subit sa vie et passe à côté de bonheurs…

Au niveau de la version audio, le lecteur en fait « un peu trop » au niveau des voix de femmes mais cela ne m’a pas gênée dans mon écoute.

J’ai vu qu’un film avait été tiré de ce roman… Peut-être qu’avec des coupes, il a su garder le plus intéressant de l’histoire!

 

                                Chez Sylire Thème du mois : « Un roman qui se passe dans un autre pays »

 par Sylire (Cliquez pour lire son billet)

Retour vers le futur : tirage au sort de la future lecture issue de ma PAL

Pour le nouveau rendez-vous  vous avez répondu à l’appel pour m’aider à choisir ma future lecture issue de ma PAL!

Vous avez été 14, dans les commentaires du blog ou sur la page Facebook du blog, à m’avoir proposé des chiffres entre 1 et 43

J’ai noté tous ces chiffres et j’en ai fait des petits bulletins. Bastien a joué son rôle très au sérieux, n’interrompant pas tout à fait son jeu de meccano ;-):

 

 

C’est donc le n° (proposé par Nath 29 ) :  qui est dans ma PAL depuis 2014, prêté par ma mère

 

 Ça tombe bien, c’est un des titres qui peut entrer dans le Petit Bac 2015 (catégorie « sujet »)!

Je vais  essayer de lire cette sélection pour le 6 février. Je crois que ce titre n’est pas traduit en français mais si vous l’avez et que vous voulez le lire avec moi, n’hésitez pas!

Rendez-vous le mois prochain pour un prochain tirage au sort! Et en attendant, n’hésitez pas à vous promenez dans le passé en cliquant sur le logo en haut 😉

Deuil… pas que national…

Hier, ma tante est décédée. Madeleine que j’aimais et qui a marqué ma vie…

Je suis triste car c’est une page de ma vie qui se tourne mais je suis « heureuse » pour elle car elle souffrait terriblement.

Je ne l’avais pas vu depuis quelques temps car elle habitait en Norvège et ne voulait plus voir personne, mais elle a connu Bastien et suivait nos vies de loin grâce à internet, je sais que ça lui faisait plaisir.

Je lui ai parlé le 1er janvier et j’ai bien senti que c’était la fin… Je l’esperais presque pour elle… Ma mère lui a parlé au téléphone hier soir et sa meilleure amie aussi et elle est morte ce matin, paisiblement, à l’hôpital.

Après en avoir parlé avec mes parents, nous avons décidé que je n’irai pas à l’enterrement, pour des questions purement pratiques mais je pense à elle dès maintenant et je ne l’oublierai pas.

Mon trop plein d’émotion depuis hier trouve une autre peine… Je suis remplie de larmes…

 

 

 

Loto BD : c’est parti!

Vous pouvez aller faire un tour chez les trois organisatrices qui vous proposent ce Loto BD. Je n’ai pas encore décidé si je jouais, ni chez qui, mais c’est toujours tentant (d’autant que j’ai gagné une fois!)

 

Chez  Loula, le thème du loto porte sur la gastronomie. 

 

 

Chez Mo’, le thème du loto porte sur les histoires & figures de femmes.

Avec Valérie (chez Marilyne),  le thème du loto porte sur les albums muets.

 

« 13 à table! » avec Les Restos du Coeur

 

Ce recueil de nouvelles écrites par 13 auteurs différents autour du thème du repas est vendu au profit des Restos du Coeur. Pour 5 € on achète un livre et  3 repas sont distribués… Faire une bonne action en achetant un livre? Je ne pouvais pas résister!

J’étais contente de voir la variété des auteurs -certains que j’étais contente de retrouver, d’autres que j’avais envie de découvrir et enfin, certains sur lesquels j’avais un a priori négatif et que je voulais enfin « juger sur pièce » 🙂

Olympe et Tatan  de Françoise Bourdin : C’est un repas de famille au moment du réveillon de Noël : un repas conflictuel dans une famille qui ne se voit qu’une fois par an… C’est assez grinçant et réaliste  (à mon avis ;-). J’ai aimé cette nouvelle.

 

Maligne de Maxime Chattam : Une histoire digne d’un roman fantastique du 19ème siècle, mystérieuse et noire. Plus que le repas, c’est « l’appétit » qui est au centre de l’histoire.

Nulle, nullissime en cuisine ! de Alexandra Lapierre : L’auteur raconte qu’être « nulle, nullisime en cuisine » n’empêche pas de trouver un mari et de remettre à sa place un snob culinaire! 

Un petit morceau de pain de Agnès Ledig : C’est ici l’histoire touchante d’un petit garçon et de sa maman, qui autour d’un morceau de pain comprend que le repas parfait n’est pas le plus important dans la vie.

Mange le dessert d’abord de Gilles Legardinier : L’auteur a choisi de ne pas faire de la fiction mais de parler de son attachement aux Restos du coeur et donner deux témoignages personnels autour des repas et des liens qui se créent autour de ceux-ci. J’ai aimé ce texte très personnel et pourtant assez universel

Une initiative de Pierre Lemaitre : C’est ici l’histoire tragi-comique d’un vieil homme de 81 ans, veuf qui invite sa petite nièce et sa famille à manger et qui se trouve devant une mission quasi impossible.

Dissemblance de Marc Levy : Ici, l’auteur n’a pas respecté le thème du tout ce que j’ai trouvé très dommage (il n’y a même pas la plus petite évocation de nourriture dans cette nouvelle). Il a choisi de faire un texte très « facile » et démagogique, plein de bons sentiments sur le conflit israélo-palestinien dans une sorte de conte dans un monde futuriste. Outre le fait que ce texte soit en décalage complet avec le recueil, j’ai trouvé l’écriture très médiocre : il y a principalement des dialogues et je passait mon temps à perdre le fil et je ne savais jamais qui parlait… J’avais déjà tenté « Et si c’était vrai » il y a très longtemps et j’avais détesté… je ne poursuivrai donc pas avec cet auteur.

Fantôme de Guillaume Musso : J’ai plutôt bien aimé cette nouvelle entre polar et fantastique (et voilà un de mes a priori négatif qui tombe, je lirai peut-être un jour un roman de lui pour me faire une meilleure idée 😉 Par contre, l’évocation d’un repas n’est qu’anecdotique au tout début de la nouvelle et  après, il sort du thème ce que j’ai trouvé dommage aussi.

Jules et Jim de Jean-Marie Périer : Ici, le repas est le prétexte aux retrouvailles entre deux vieux amis qui ne se sont pas parlé depuis longtemps à cause d’une histoire d’amour pour la même femme. 

  
Le Parfait de Tatiana de Rosnay : Ici c’est l’organisation d’un repas de mariage et surtout le choix du dessert qui est au coeur de la nouvelle et qui permet de parler des relations difficiles entre une femme et sa belle-mère autoritaire et acariâtre (la grand-mère de la mariée).

La part de Reine de Eric-Emmanuel Schmitt : C’est un joli conte un peu philosophique sur le partage et la confiance et les liens tissés autour de la nourriture  entre un homme, un clochard, et sa chienne. Une leçon de vie qu’ils donnent tous les deux aux gens qui les entourent. J’ai trouvé cette nouvelle tès touchante.

Gabrielle de Franck Thilliez : C’est une histoire d’amour entre deux vieux briscards de la nature et des ours qui vivent auprès d’eux malgré le manque de nourriture qui change le comportement des animaux. Une leçon de vie aussi et d’écologie. Une bonne chute.

Langouste blues de Bernard Werber : Ici le narrateur EST le repas! Une langouste qui se retrouve dans un aquarium de restaurant… La chute est très bonne!

 

Globalement, j’ai aimé ce recueil. Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de nouvelles d’auteurs différents et j’ai vraiment aimé le concept. J’espère que Les Restos du Coeur et Pocket renouvelleront l’aventure l’année prochaine!

 

   

Je suis Charlie

Je suis sous le choc aujourd’hui… Je suis triste pour les gens qui sont morts et qui sont blessés, je suis inquiète pour la liberté d’expression, j’ai peur pour la suite, peur pour les gens qui vont être assimilés à ces actes horribles, peur du climat de peur qui va s’installer…

 

L’interview de Philippe Val est TRÈS touchante et juste : 


La vie va continuer sur le blog avec des billets programmés, mais j’en profite pour relayer l’initiative de Galéa qui propose un projet collectif : 

elle nous propose de réaliser une petite vidéo dans le même esprit que celle des joggueuses du dimanche, mais avec plus de gravité et de militantisme aussi.

L’objectif est de tous se prendre en photo avec le visuel « Je suis Charlie » (imprimé sur une feuille A4 ça suffira) et d’en faire un montage sur Youtube. Bien sûr, le but est d’être un minimum à visage découvert, puisque les victimes ont été attaquées parce qu’elles publiaient sans dissimulation, et bien sûr l’idéal serait qu’il y ait le plus de lieux et de situations différentes possibles : librairie, salle des profs, cafés, bord de mer, voiture, bureau etc….

Elle nous donnera le lien début février pour que chacun publie sur son blog le 7, une sorte de commémoration collective en hommage aux victimes, à leur famille et à leurs lecteurs. Ce serait aussi un moyen de dire que notre communauté de blogueurs (mais ça s’adresse à tous) résiste ensemble à la peur, à la haine de l’autre, défend le droit de dire ses idées, même avec un humour un peu graveleux, un moyen de rendre hommage donc mais aussi de se dire qu’on croit en un monde plus beau.

Que vous soyez blogueurs ou non, n’hésitez pas à lui envoyer votre photo à  dorabdr@gmail.com , les photos que nous lui enverrons seront sans légende, sans liens vers les blogs et sans noms hormis ceux des victimes.

 

Fanfare : Aude Picault

Dans cette Bande Dessinée, Aude Picault  raconte le festival/ féria (mais je ne sais pas où ça se passe) de toutes les fanfares d’écoles (d’architecture, médecine etc)

C’est l’occasion de voir le côté festif -musique, déguisements (tous les membres d’une même fanfare porte les mêmes costumes) et beaucoup d’alcool. Mais au-delà, c’est aussi les relations entre les différents membres -leurs histoires d’amitié et d’amour. Une nuit comme une parenthèse.

J’ai beaucoup aimé le dessin, très délicat, précis, plein de détails et aux couleurs très douces. Les cases sont suggérées par des fonds colorés.

Aude Picault est une dessinatrice que j’aime vraiment bien! Je vous conseille aussi Transat.

Cliquez ici pour arriver sur le site d’Aude Picault et voir une petite animation bien sympa en rapport avec Fanfare mais aussi ici pour voir un dessin de Fanfare en musique!

Petit Bac 2015 Catégorie « Musique » de ma ligne BD