« Oona & Salinger » de Frédéric Beigbeder (Lu par Edouard Baer)

Mon avis risque d’être très décousu sur ce roman audio et mon impression est plutôt mitigée tirant sur le négatif…

Comment en parler? Je vais commencer par ce que j’ai aimé : l’évocation de JD Salinger et Oona O’Neill et Charlie Chaplin. Ils deviennent des personnages de roman, ils sont ancrés dans une époque assez fascinante. Oona, la « hit-girl », « pauvre » petite fille qui gravite dans un milieu aisé et superficiel qui manque de reconnaissance de la part d’un père lui-même reconnu de tous (Elle est la fille du dramaturge mondialement connu Eugene O’Neill), Salinger, le jeune auteur qui se cherche, amoureux et à la recherche de sa place dans la littérature et Chaplin, héros du cinéma puis personnage décrié pour sa vie privée. J’ai trouvé ce qui les concernait, leurs relations, leurs liens, leurs vies, passionnants. J’aurais d’ailleurs tellement aimé que l’auteur se contente de raconter leurs histoires et leur place dans l’époque avec en arrière plan l’histoire mondiale.

Mais malheureusement Frédéric Beigbeder ne s’est pas contenté de cela, il s’est même cru obligé de parler de lui. Autant le début du roman où il raconte sa rencontre avortée avec Salinger était intéressante et touchante car elle avait un lien véritable avec le sujet du roman, autant ses digressions sur le fait qu’il n’aime fréquenter que des gens beaucoup plus jeunes que lui et surtout qu’il soit marié à une femme beaucoup plus jeune que lui m’a paru complètement hors de propos. On dirait qu’il cherchait absolument à se justifier d’avoir une si grande différence d’âge avec sa femme et se mettre au même niveau que les personnes dont il parle et ça m’a beaucoup gênée.

L’autre aspect du roman qui m’a déplu ce sont les passages concernant la seconde guerre mondiale. Certes, Salinger était dans l’armée et en Europe à cette période mais j’avais l’impression que Beigbeder nous gratifiait d’un article de wikipédia ou « La seconde guerre mondiale pour les nuls ». J’ai trouvé cela indigeste et surtout coupé du reste du récit. Qu’il en parle, pourquoi pas, c’était même intéressant quand il faisait des parallèles ente la vie en Europe pendant la guerre et la vie détachée de ces événements aux Etats Unis, mais je n’ai pas aimé sa façon d’en faire trop.

Enfin, mon dernier point négatif vient de la version audio elle-même. C’est Edouard Baer qui lit le roman (à part le début et l’épilogue lu, plutôt bien d’ailleurs, par Frédéric Beigbeder). Et ce lecteur m’a exaspérée avec sa façon de prononcer les mots en « oir » ou en « ar « : « noir » devenait « nouâèr », « boire » , « bouâère »…Mais le pire c’était sa façon de lire des passages ou des expressions en anglais (et il y en a pas mal dans le roman)… J’ai même trouvé que c’était une honte d’avoir choisi un lecteur qui lisait si mal en anglais et qui rendait même des passages incompréhensibles… à se demander s’il n’en faisait pas exprès… Franchement, Audiolib nous a habitués à mieux dans le choix des lecteurs.

Voilà, je pense que cette biographie romancée, ou ce roman biographique (j’ai bien aimé le concept expliqué par Beigbeder au début du roman) aurait pu me plaire beaucoup si l’auteur avait voulu se mettre moins en avant.

avec Leiloona : Allons voir son avis!

L’avisdes copines du prix Audiolib : Sylire, BladelorValérieAproposdelivres, Marjorie, Laure

J‘inscris ce texte au Défi Livres de Argali

 

14 commentaires sur « « Oona & Salinger » de Frédéric Beigbeder (Lu par Edouard Baer) »

  1. Nous sommes d’accord sur le roman. En ce qui concerne le lecteur, je trouve qu’il a le ton un peu désinvolte de Beigbeder finalement (en en rajoutant un peu tout de même).
    Quand à l’accent anglais, je vois cela un peu comme une caricature.

    J'aime

  2. Ah ah, j’adore ton « la guerre pour les nuls » … Sinon j’ai trouvé que la prononciation en anglais était bonne, mais je ne suis pas du tout bien placée pour le dire …

    J'aime

  3. et bin peut-etre que baer en prend pour Beigbeder…cela en fait des B et des Er……..en tout cas pas cool l’auteur pour le coup….cela fait un peu beaucoup de hors-sujet….

    J'aime

  4. C’est sûr que je ne l’écouterai pas. Mais le lire, j’hésite. J’aime beaucoup Salinger (et peut-être que les digressions de Beigbeder me feront rire. Je le note quand même.

    J'aime

  5. je l’ai emprunté à la médiathèque et je pense que je vais bientôt l’installé sur mon lecteur. Sans avoir lu ton avis, j’avais déjà un peu de doute pour le choix du lecteur. Je trouve que c’est justement le défaut, chez audiolib, de prendre des noms médiatisés, connus du grand public, on a du coup parfois des déceptions…

    J'aime

  6. Pour ma part j’ai bien aimé la partie relatant la guerre, mais comme tu le dis, c’était là encore hors sujet. Finalement d’ailleurs, on peut se demander quel était le véritable objectif de l’auteur en écrivant ce livre…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :