« Journal d’un chat assassin » de Anne Fine

Cela faisait longtemps que je voulais lire ce roman jeunesse car je pensais pouvoir le conseiller aux petits lecteurs de 6ème du Club Lecture. Alors quand pendant les vacances, ma grande petite nièce de 7 ans et demi a proposé de me le prêté parce qu’elle l’avait lu et aimé, j’en ai profité. Je l’ai lu dans la voiture sur le chemin des vacances, à voix haute pour en faire profiter Bastien.

J’ai trouvé cette histoire très drôle, particulièrement le personnage du chat qui écrit son journal. Quel cynique de mauvaise foi ! Il raconte ses mésaventures de chat qui rapporte des animaux morts à la maison et les réactions horrifiées de la famille.

Il y a surtout une histoire de lapin-quiproquo entre le chat et les humains-qui est très amusante !

Je n’ai pas de chat mais je pense que les propriétaires de chats reconnaîtront parfois les regards bien sentis et supérieurs qu’ils peuvent poser sur leurs maîtres.

Voici maintenant l’avis de La Jolie Bichette, ma nièce de 7 ans et demi :

Ça parle d’un chat qui dit plein de bêtises, qui ne dis jamais la vérité, qui dit que c’est pas lui qui a tué un oiseau alors qu’il l’a attrapé!J’ai bien aimé quand il dit « l’oiseau qui tombe tout seul dans sa gueule ».

C’est le chat qui parle, il vit avec les gens qui l’ont adopté et leur fille.

J’ai trouvé le chat rigolo parce qu’il dit plein de bêtises, il n’est pas sage et ses bêtises elles sont rigolotes !

Je l’ai lu plusieurs fois. Le chat m’a fait penser à ma chatte Tico parce qu’une fois elle a sauté sur le toit du chalet pour attraper un oiseau qui planait et elle l’a attrapé ! C’était un pigeon.

Je conseille ce livre aux enfants qui aiment les chats coquins et moi, j’aime les chats tout court !

 

 

Telle tante, telle nièce 😉

   par ma nièce La Jolie Bichette 

 

jeunesse catégorie « mort »

 chez Titine

Deux minutes : Coralie Bru

coeur

deux minutes

Je dois commencer par dire qu’exceptionnellement, j’ai acheté ce roman sur Amazon alors que je n’achète jamais de livres chez eux mais c’est parce qu’il est uniquement disponible là-bas. Si je l’ai fait, c’est  parce que je connais l’auteur (qui est même venue manger chez moi avec d’autres copines du prix de ELLE). On peut donc dire que j’ai acheté ce livre par amitié (et d’habitude je refuse même les Service Presse proposés directement par les auteurs) et d’ailleurs, en commençant ma lecture j’avais vraiment peur de ne pas aimer le roman mais je l’ai fini avec un coup de coeur! Ce coup de coeur est sincère, soyez en certains,  car pour une fois, si je n’avais pas aimé, je n’aurai pas fait de billet négatif sur le blog pour ne pas faire de peine à Coralie. Mais la question ne s’est pas posée, je lui ai même dit, dès la moitié du roman que j’adorai alors que j’avais prévu de ne même pas lui dire que je l’avais commencé 😉

L’histoire est celle de Lise, la mère du petit Léo qui a 4 ans. Un jour, alors qu’elle va le chercher à l’école, ils s’arrêtent au parc en face de chez eux -à deux minutes de leur appartement. Elle commet une erreur de jugement et laisse son petit garçon avec une mère de famille qui lui semble de toute confiance pendant les deux minutes qu’il lui faut pour aller chercher un manteau. Je ne vais pas gâcher le suspens en disant que Léo est kidnappé par cette femme et qu’il va être retrouvé car cela se passe au tout début du roman. Même si cette partie est poignante de réalisme, ce n’est pas le côté thriller qui est le plus important dans l’histoire mais plus la suite : la vie après un tel événement.

Lise doit reprendre sa vie avec le jugement des autres, pas toujours franc mais sous-entendu. Elle doit vivre avec la peur d’avoir causé un changement dans la vie de Léo et surtout, elle doit vivre avec sa propre culpabilité. N’arrivant pas à reprendre une vie ordinaire, elle part avec Léo pour se retrouver, ailleurs, hors du temps, au bord de la mer. Elle part à la recherche de sa place de mère, de femme, loin du tumulte du quotidien dérangé.

J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman. Le personnage de Lise a beaucoup résonné en moi -on la voit d’un point de vue de mère, de compagne, de fille, de sœur, et de femme tout simplement et il y a beaucoup de facettes de ce personnage qui m’ont parlé. Et puis le petit garçon m’a aussi énormément fait penser à Bastien!

En tout cas, c’est en toute objectivité que je vous encourage à lire ce roman (en version papier ou numérique). Je pense que cette histoire parlera à de nombreux lecteurs car les thèmes ont un caractère universel car il s’agit de ce qu’un événement ponctuel peut apporter comme bouleversements à différents niveaux. De plus, j’ai aussi aimé le style que j’ai trouvé fluide et direct tout en ayant une certaine poésie. C’est très fin, tant l’écriture que dans le sujet.

Si vous êtes éditeur ou que vous en connaissez un… vous savez ce qui vous reste à faire! Et si vous souhaitez découvrir ce roman par vous même, je vous encourage à aller l’acheter (ici, clic clic) et ensuite écrire un avis 😉

DSC_0116

unnamed objectif 2015 : -31

« Eleanor & Parks » de Rainbow Rowell

 

Eleonor et Parks se rencontrent dans le bus scolaire du lycée, par hasard alors qu’ils préféreraient tous les deux être transparents et ne pas avoir à se retrouver côte à côte.

Eleonor est nouvelle au lycée et malgré son look excentrique et improbable, elle voudrait juste être tranquille et éviter les ennuis mais avec ses cheveux roux flamboyants, sa carrure imposante et large et l’impression d’assurance et d’indifférence qu’elle dégage, ce n’est pas vraiment possible. Elle est la cible des moqueries et  de brimades mais elle tente juste de se faire oublier. Il faut dire que sa vie de famille est hors norme et quasiment invivable et qu’elle a pris l’habitude de faire profile bas…

Parks, lui est un grand fan de musique et de comics qui se sent en marge de ses camarades de lycée balourds. Il vient d’une famille plutôt normale mais dans laquelle il a du mal à faire sa place entre sa mère coréenne très protectrice et son père souvent froid et exigent.

Petit à petit, discrètement, presque malgré eux, une relation se tisse entre les deux jeunes jusqu’à devenir une merveilleuse première histoire d’amour.

J’ai trouvé ces deux adolescents extrêmement touchants. J’ai dévoré ce roman qui alterne les deux points de vue d’Eleonor et de Parks. On y parle de la difficulté à être un adolescent hors norme, de l’importance de l’amitié et de l’amour, de la découverte des premiers émois et des premiers sentiments, de l’image de soi et de l’estime de soi et d’histoires de familles, et de ce qui se passe derrière les portes closes qu’on n’imagine même pas…

Et puis le fait que cela se situe dans les années 80 devraient replonger les lecteurs adultes (les parents du lectorat de ce roman 😉 ) dans la nostalgie associée à la musique de cette époque. Rainbow Rowell a un site sur lequel elle propose la playlist du roman.

Une belle histoire à découvrir pour les jeunes à partir de 14 ans et les adultes aussi car c’est une histoire vraiment touchante. J’avais repéré ce roman chez Jules.

 objectif 2015 : -35

 

 

 chez Titine

 

« La grande course de Flanagan » de Tom McNab

 

Ce roman je l’ai découvert grâce à Galéa (coureuse en pause mais à qui ça manque ;-), à Sophie La Styliste (marathonienne à côté de qui je suis une toute petite joueuse ;-)) et Sandrine, avec qui j’ai déjà fait une course de 10 km qui a aussi aimé ce roman et qui a eu la gentillesse de me l’offrir !

Alors autant le dire tout de suite, un roman que des gens que j’apprécie aiment tant, ça fait très envie mais ça fait aussi un peu peur (« Et si je n’aimais pas ? ») et puis le fait que ce soit un « pavé » de plus de 600 pages m’inquiétait un peu aussi… Mais vous avez vu mon logo en haut du billet : c’est un coup de cœur que j’ai dévoré en une semaine (de vacances, certes mais quand même !)

J’ai adoré ce roman ! C’est bien entendu une aventure sportive : 2000 coureurs de niveaux très différents s’engagent dans une course de plus de 5000 kms entre Los Angeles et New York. C’est aussi une histoire sur une période historique importante. 1931, la crise économique pèse lourd aux Etats Unis et dans de nombreux pays du monde représentés dans cette course et cet aspect-là est un élément important de l’histoire. Mais c’est surtout une vraie aventure humaine d’hommes et de femmes qui apprennent à se connaître en allant puiser au plus profond d’eux-mêmes pour trouver la force de traverser cette épreuve –des histoires individuelles fortes et des relations humaines intenses qui font ressortir des valeurs essentielles au sport mais aussi à la vie en général.

Il y a beaucoup d’aventures mais aussi de l’humour et de bons sentiments mais sans mièvrerie. Il y a de la « positive attitude » dans ce roman et ceux qui me connaissent savent que ça me tient à cœur ! J’ai lu ce roman en vibrant, j’ai lu certains passages avec le sourire, heureuse pour les personnages, parfois j’étais triste pour eux et j’avais les yeux qui piquaient et jusqu’au bout j’ai même été inquiète pour eux car il y a de nombreux rebondissements. Je me suis vraiment attachée aux personnages et je n’avais pas envie de les quitter !

Bref, c’est un excellent moment de lecture. J’imagine vraiment bien une série télévisée basée sur ce roman, plus qu’un film, car il y a de quoi raconter la course en elle-même mais aussi de développer les vies de chaque participant en les suivant au fil de la course. 

 

 

 

 

Et voici une citation de Zatopek découverte dans un magazine de course à pied, juste après avoir fini ma lecture et elle colle tellement bien avec cette lecture : 

En préparant ce billet, je me suis replongée dans cette superbe vidéo de blogueuses, lectrices, coureuses faite par Galéa (notre coach course à pied à tous !) et elle m’a vraiment donn le sourire, alors elle trouve sa place ici!

 Sandrine (merci beaucoup!) Cliquez sur son nom pour voir son avis!

 objectif 2015 : -34

 

catégorie « Taille »

 chez Brize : 630 pages

 chez Titine

Retour vers le futur du blog!

Depuis la première année du blog, je vous donne rendez-vous tous les 8 du mois… D’abord c’était avec les « Curiosités bloguesques », puis « Une année en couleur« ,  « Des titres et des textes » , « Ce mois-ci, j’ai aimé, je n’ai pas aimé »« Les 5 sens »  et enfin, 8 photos pour 8 moments de vie

Voici le rendez-vous de cette 7 ème année! Il est en trois parties et dont deux m’ont été inspirées par Karine 🙂 sans qu’elle ne le sache vraiment 😉 

La partie « Retour » vient de son bilan bloguesque : j’ai décidé de replonger dans mes archives et tous les 8 du mois vous proposer quelques billets mis en ligne le même mois les années précédentes pour vous faire découvrir ou redécouvrir des choses qui me tiennent à coeur.

La partie « Futur » m’a aussi été inspirée par Karine:) lorsqu’elle a parlé sur Facebook de quelque chose dont je n’avais jamais entendu parlé : le « book jar »… Qu’est-ce que c’est? Normalement, c’est un bocal dans lequel on met tous les titres de sa PAL et on tire au sort sa prochaine lecture… Mais comme je suis un peu faignante (heu… je manque surtout de temps 😉 je vous propose de donner un nombre entre 1 et … (le nombre variera selon l’évolution de ma PAL) dans les commentaires et je les noterai sur un petit papier et Bastien tirera au sort le numéro du titre de ma PAL correspondant (en suivant l’ordre alphabétique) : il est ravi, il adore faire des tirages au sort pour le blog! Je m’engage donc à lire le livre choisi pendant le mois qui suit!

Et puis le « Présent » ça compte aussi, alors je vous proposerai une recette de cuisine que vous pourrez manger maintenant 😉

  

 

« Retour » en septembre  

 

 (Cliquez sur les images pour accéder aux billets)

Septembre 2009 :

Un roman très touchant sur l’autisme et l’art

(Cliquez sur les images)

 

 

Septembre  2010 :

Un roman jeunesse que j’ai adoré sur une petite anglaise de la haute société qui sort des chemins battus

(Cliquez sur l’image)

 

 

Septembre 2011 :

  

Coup de coeur pour cette Bd (et pour les 4 tomes de la série d’ailleurs!)

(Cliquez sur l’image)

 

Septembre 2012 : 

Un petit voyage au Portugal

 Et au  mois d’août 2012, je vous racontais le voyage « Sac à dos-poussette » avec Bastien qui n’avais pas encore 3 ans : 

 (Cliquez sur l’image)

 

Septembre 2013 : 

Deux romans audio qui m’ont marquée et auxquels je repense régulièrement

(Cliquez sur l’image)

 

Septembre 2014 : 

  

Un gros coup de coeur que je voudrais que tout le monde lise!

(Cliquez sur l’image)

 

« Futur » 

 

Je vais vous demander de choisir un titre dans ma PAL   : 

 

Dans les commentaires, donnez moi un nombre entre 1 et 45… (soit au hasard soit en choisissant dans ma PAL)

 

La dernière fois Bastien a effectué le tirage au sort et j’ai lu « Eleonor & Parks »

 

« Présent »  

Une tarte poulet au curry et tagliatelles de courgettes (dont je suis assez fière car je l’ai inventée 😉

 

Encore envie de voyager dans le temps? En octobre – En novembre – En décembre – En janvier – En février –En mars– En avril –En maiEn juinEn juillet

Que faisions nous le mercredi 9 septembre à 09h09 ET/OU à 21h09??

 

Le 09/09, nous avons été 16 à prendre 23 photos -au même moment ou presque- de ce que nous étions en train de faire  (sur une idée de Cstef du blog « Une Photo, une bidouille »!!) 

J’ai transmis ces photos à  Steff  qui en a fait cette mosaïque! Merci à elle et merci à tous les participants!

 

 

A 9h09 : 13 photos

Personnellement, j’étais en train de préparer le contrôle oral sur l’alphabet pour mon groupe de 6ème 5ème segpa pendant qu’ils révisaient.

Steff était au bureau en train de lire une note de santé sur la vitamine K

Didinegc était dans sa salle de bain,  sur le point de prendre sa douche

Céline  était en train de prendre son p’tit déj devant les infos.

Aifelle  s’occupait de son fichu (ses mots, mais je les partage 😉 repassage … Ce qui tombait bien, c’était la bonne heure pour pouvoir écouter Augustin Trappenard en même temps.

Happy Vero roulait pour aller a un rendez-vous de boulot.

Michel  était au chômage technique… merci à Bill Gates et ses amis. Il devait attendre mises à jour à appliquer sur son ordinateur de bureau et sur son portable. A 9h15, il a dû partir au boulot, réunion importante oblige : les mises à jour n’étaient pas terminées… Comme il est de nature obéissante, il ne me s’est pas déconnecté et suis parti sans mon portable.

Manika était  au lit avec un superbe livre d’une amie « Corps rêves » de Karine Jollet.

Wakanda  était au travail et les enfants lisaient des livres

Rachel  regardait la fin des journaux TV et elle a​llait se preparer. 

Vive les bêtises   sortaist de l’ascenseur du collège avec un chariot pour aller chercher des manuels scolaires dans le bureau du gestionnaire.

Nath était au boulot avec  son thé toujours à portée de main.

Mdame Mimi terminait l’album pour les 50 ans de sa moitié ! 

 

 

A 21h09 10 photos

Personnellement  j’étais en train de faire une nouvelle manucure en regardant la version anglaise de l’émission « Meilleur pâtissier » .

Steff 

Didinegc était sur sa terrasse  (et oui, c’est l’été indien ) avec son bouquin et une tisane.

Sandrine  se préparait une tisane avant d’aller lire au lit.

Happy Vero était en train de lire « Au bon Roman » de Laurence Cossé

Tiphanie lisait dans son lit

L’irrégulière était en train de lire dans son lit, en bonne librocubiculariste Je découvre et j’adore ce terme!) qu’elle est 😉 (Le livre c’est le regard de Gordon Brown, de Barthélémy Théobald Brosseau)

Manika  était devant un bon film (enfin c’est ce que qu’elle croyait, en fait, il était moyen).

Rachel  était au theatre (National Theatre Live), pour voir « Everyman » avec Chiwetel Ejiofor (vraiment sympa au passage)

Vive les bêtises   lisait la bd « le transperceneige », une lecture qu’elle n’a pas du tout appréciée mais elle s’est quand même forcée à aller au bout.

Nath était sur son canapé à scrapper

 

 

Merci à tous les participants!  

 

Le prochain rendez-vous sera  : le samedi 10/10 à 10h10  et/ou à 22h10 : Parlez en autour de vous 😉

Un rappel une semaine avant et la veille au soir et le jour même pour éviter d’oublier 😉 

J’espère que nous serons nombreux à jouer!

Souvenirs, souvenirs :Voici ce qu’on faisait  le 3/03 à 3h03 (de l’après-midi)  et  le 4/04 à 4h04 (de l’après-midi) et le 5/05 à 5h05 (de l’après-midi) et le 6/06 à 6h06 (du soir) et le 7/7 à 7h07 (du soir) et le 9/9 à 9h09 (du soir) et le 10/10 à 10h10 (du matin) et le 11 / 11 à 11h11 et  le 12/12 à 12h12 et le 1/01 à 1h1 ou 13h01 et le 2/2 à 14h02 et le 3/3 à 15h03 et le 4/4 à 16h04 et le 5/5 à 17h05 et le 6/6 à 18h06 et le 7/7 à 19h07 et le 9/9  et le 10/10  et le 11/11 et le 12/12  et le 1/1  et le 2/2  et le 3/3  et le 4/4 et le 5/5 et le 6/6 et le 7/7

Qu’est ce que je faisais le 9/09 à 9h09 et / ou à 21/09?

Le 9/09 à 9h09j’étais en train de préparer le contrôle oral sur l’alphabet pour mon groupe de 6ème 5ème segpa pendant qu’ils révisaient…

 

 

21h09, j’étais en train de faire une nouvelle manucure en regardant la version anglaise de l’émission « Meilleur pâtissier » 😉

Et pour ceux que mes manucures intéressent, voici le résultat : 

 

 

Si vous avez joué, envoyez moi votre photo dès que possible : ennalit@gmail.com en racontant ce que vous faisiez (pensez aussi à me donner votre pseudo et si vous avez un blog pour le recap’, précisez aussi à quel moment de la journée c’était, matin ou soir)

On se donne au plus tard le 13   pour qu’on puisse mettre la mosaïque en ligne le 15?

A bientôt!

Happy Birthday to me!

C’est mon anniversaire et je n’aipas honte de dire que j’ai 43 ans (même si je dois réfléchir un peu pour savoir si c’est 42, 43 ou 44 et que j’ai un peu bloqué le curseur à 40 et dans ma tête j’en ai encore 29!)

Mais si vous regardez ces images, vous verrez que l’âge n’est rien!

 

« Vous n’arrêtez pas de vous amuser en vieillissant, vous vieillissez quand vous arrêtez de vous amuser! »

 

J’en profite  pour souhaiter aussi un bon anniversaire à Estellecalim qui est née le même jour que moi, à Aifelle qui est ma quasi jumelle de blog et ma quasi jumelle d’anniversaire puisqu’elle est du 7 août, et Saxaoul qui est aussi ma quasiquasi jumelle puisqu’elle est du août ainsi qu’Asphodèle et à Sophie Herisson qui sont du 8  août !! Et Val des Quotidiennes de Val qui est du 11 août (encore une quasiquasi jumelle!)… Ça fait une belle brochette de lionnes blogueuses, non? (et j’en oublie sûrement!) 

J’aime beaucoup cette carte par Emily McDowell (d’ailleurs j’aime beaucoup cette femme qui a créé des cartes pleine d’empathie (les Empathy cards) pour les personnes qui ont de longues maladies,  cancers et autres souffrances durant lesquelles les amis ne savent pas toujours quoi dire) qui sortent carrément de l’ordinaire.

Traduction de cette carte que j’aime particulièrement (même si elle est un peu « verte »)  par mes soins : 

Je promets de ne pas être une conne envers moi-même. Bordel, je promets de m’aimer.

Je me souviendrai que ma valeur personnelle ne se base pas sur mon apparence, combien je pèse ou combien de personnes me suivent sur internet, ou quelque autre merdes stupides qui n’ont rien avec qui je suis.

J’encouragerai d’autres filles ou femmes à prendre le pouvoir. Je serai gentille, violemment gentille. J’aurai de l’humour. Je ferai de mon mieux pour ne pas faire de commérages, causer des drames ou juger les autres (ou moi-même).

Je me souviendrai que ce n’est pas parce qu’une journée a été mauvaise que j’ai une mauvaise vie. Et même lors des journées les plus merdiques, je me rappellerai que je me suffis.

« Pas pleurer » de Lydie Salvayre (Lu par Marie Christine Letort)

Dans ce roman, entre fresque familiale et fresque historique, Lydie Salveyre nous emmène en Espagne dans les années 30 pour nous raconter l’histoire de sa famille mais aussi l’histoire d’un pays.

Le récit prend trois directions : de nos jours, les discussions entre la narratrice (l’auteur) et sa mère, Montse, atteinte d’Alzheimer,  qui utilise un français déformé teinté d’espagnol et d’inventions diverses (c’est à la fois drôle et touchant) et qui raconte le peu de souvenirs qu’elle a gardé de son passé. En fait, elle se souvient principalement de l’été qui a changé sa vie.

Puis, il y a le récit qui nous ramène au village où a grandi Montse, avec son frère José et les différents mouvements politiques qui se croisent, se déchirent, se combattent. On y découvre comment ont été vécues les différentes idéologies, que ce soit l’insurrection libertaire, le communiste ou le poids de la tradition… On y parle de choses du quotidien, de querelles de clochers et d’amour mais aussi de la guerre qui déchaine les passions en Espagne.

Enfin, en parallèle de ces « petites » histoires dans la « grande histoire », l’auteur évoque Bernanos et sa vision de la guerre et de l’Espagne a cette même période : l’horreur de la guerre civile prend tout son poids ici en rappelant les exactions subies à cette époque et surtout la place de l’église catholique. C’est extrêmement intéressant.

J’ai beaucoup aimé ce roman car il est à la fois historique (sur une période dont j’ignorais presque tout j’avoue !) et très humain car les « personnages », les personnes qui ont traversés la vie de Montse sont vraiment tous riches et touchants à leur manière. J’ai aussi aimé Monste, la femme âgée qui revient (ou pas) sur son passé. Il y a de belles scènes entre la mère et la fille et des scènes très vivantes avec la langue utilisée par la mère.

Je vous recommande vraiment la version audio. Marie-Christine Letort lit merveilleusement bien ce roman. Tout d’abord, elle parle très bien espagnol et comme il y a des passages en espagnol, ou des noms, c’est vraiment très agréable à entendre. Quand elle lit les passages où la narratrice est avec sa mère, elle rend très bien dans sa lecture le mélange de tendresse et d’exaspération que l’on peut imaginer et quand elle lit les passages concernant Bernanos, elle réussi parfaitement à couper ces passages du reste du récit plus « léger » et quotidien, en prenant un ton plus sérieux. C’est un parfait mélange qui rend cette lecture très vivante.

                     

Lu dans le cadre de la présélection du   

« Petit escargot, porte sur son dos, sa maisonnette »… Ou comment j’ai fait du camping en camion!

Cet été j’ai fait du camping de façon un peu inhabituelle… Je ne suis pas du tout adepte du camping, d’ailleurs avant cet été, je n’avais campé, en tente, que 4 fois dans ma vie! Cet hiver, L’Homme a commencé à parler de louer un camion aménagé, il m’a même montré des photos et des vidéos, mais personnellement, le mot « camion » associé au mot « camping » ne me faisait pas rêver… Le hasard a voulu que dernièrement  mon petit frère achète d’occasion le fameux Volkswagen California dont me parlait L’Homme et nous propose de l’emprunter quelque jours cet été. Alors on s’est lancés dans « l’aventure » pour 5 jours 😉

Cet article pourrait être sponsorisé par Volkswagen (mais il ne l’est malheureusement pas 😉 car moi, l’anti-camping de base, je suis assez enthousiaste !

 

D’abord, comme le camion appartenait à mon frère, L’Homme a préféré me laisser prendre les risques 😉 et c’est donc moi qui ai conduit tout le temps. Il est hyper maniable et se conduit comme une (grosse) voiture, j’ai même fait des manœuvres et tout ça ! Au niveau de l’installation à l’intérieur, il y une gazinière, un frigidaire et un évier et des placards ainsi qu’une petite table amovible. Les sièges avant se retournent (on n’a retourné que celui du passager) pour manger tous ensemble et les sièges arrières se transforment en couchette assez confortables (bon, pas forcément assez pour moi qui dors très mal mais L’Homme a bien dormi, lui). Le toit se lève pour faire un soufflet, quand personne ne dort dedans, on peut aussi soulever le plafond et se tenir debout et sinon, cela devient une couchette (Bastien a trouvé le matelas un peu dur mais une fois qu’on lui a mis sa couette comme matelas supplémentaire, il a été très bien. Mon frère y a fait dormir ses deux enfants de 7 ans et demi et 4 ans et parfois a dormi en haut avec un des petits. Toutes ces manipulations sont hyper faciles à faire, c’est même moi qui m’en suis chargée ! Il faut juste être organisé et voyager léger (mais ce n’est pas pire qu’en camping « normal »).

 

 

Et le camping dans tout ça ? Ce que je déteste dans le camping c’est la promiscuité et l’hygiène. Les fêtes avec Patrick Sébastien  à fond et les chorées du club : très peu pour moi ! Et l’idée de voir tous mes voisins traverser le camping en pyjama avec le PQ sous le bras c’est au-delà de mes forces… Alors nous avons d’abord dormi une nuit dans un camping 2 étoiles à Royan, assez sommaire, mais c’était uniquement pour dormir et repartir le lendemain. Puis ensuite, nous avons passé trois nuits au camping municipal 4 étoiles de Pauillac (pour environ 20 € la nuit) et j’ai trouvé LE genre de camping qu’il me faut ! Chaque espace de camping est séparé par des haies, c’est un tout petit camping donc il y a assez peu de gens et c’était impossible pour Bastien de se perdre, il y a une petite air de jeux à portée du regard, des vaches dans le champs d’à côté pour voisines et des sanitaires tout proches de tout le monde et absolument nickels (nettoyés au moins deux fois par jour) avec le PQ fourni ! Nos étions au milieu de la nature, au calme, Bastien s’est fait des copines sur l’air de jeux. Tout le monde était content !

 

Alors je n’en suis pas au point d’emprunter de l’argent pour en acheter un mais c’était une expérience vraiment sympa que je referai peut-être ! Merci  encore mille fois Fanfan et Steph de nous avoir confié votre trésor avant même d’avoir vraiment pu l’utiliser 😉

 

Maintenant, je vais profiter de ce billet pour vous donner quelques adresses qui nous ont bien plu en chemin (cliquez sur les noms pour en savoir plus) : 

Sur l’île d’Oléron où nous avons passé la journée, nous avons adoré la visite du site ostréicole de Fort-Royer. Une visite riche et passionnante et à la fin, nous avons pu acheter une assiette d’huîtres et on nous a offert un verre de vin !

A Pauillac, nous avons fait la visite du Château Pontet Canet, un vignoble bio et biodynamique, une visite passionnante (et gratuite) avec la dégustation d’un verre de vin à la fin.

Toujours à Pauillac, nous avons découvert un petit restaurant très sympathique, pas cher et original : cuisine latine et uruguayenne « Montevideo resto »

A Bordeaux, nous avons évidemment passé un long moment sur le miroir d’eau pour le plus grand plaisir de Bastien et nous sommes tombés par hasard sur une sandwicherie très bonne et sympa : Plan B

A Soulac, nous avons trouvé un restaurant vietnamien très bon aussi (pour moi, le meilleur riz cantonnais mangé depuis…toujours !) : Chez Tam.

Et enfin, à La Rochelle, Bastien et L’Homme vous conseillent l’Aquarium qu’ils ont tous les deux beaucoup aimé.

Vous vous demandez peut-être pourquoi je ne suis pas allée le visiter avec eux ? Et bien, figurez vous que j’avais mieux à faire ! Je rencontrais ENFIN  Saxaoul pour la première fois. Nous nous fréquentons sur les blogs et sur Facebook depuis des années, nous aurions pu nous voir à La Rochelle quand nous y étions en vacances en même temps, mais ça ne s’est jamais produit, nous avons failli nous rencontrer quand nous étions en même temps à Porto… Alors, il était temps ! Et je suis ravie, c’était comme retrouver une vieille copine que je n’avais pas vue depuis longtemps plutôt que de rencontrer une nouvelle personne. Nous avons parlé de tout et de rien et on est d’accord pour dire que c’était trop court ! J’ai été gâtée en plus 😉 J’espère qu’on se reverra bientôt et plus longtemps 😉