Love in vain – Robert Johnson 1911-1938 : Mezzo et Jean-Michel Dupont

Je ne savais rien de cette BD mais j’avais vu passer des avis enthousiastes sur la blogo alors quand je l’ai croisé à la médiathèque, je l’ai empruntée pour me faire une idée. Et j’en suis ravie !

Cette BD raconte la vie du bluesman Robert Johnson. Même sans connaître l’homme ou le blues, cette BD est très intéressante car si c’est le portrait d’un homme c’est aussi la peinture d’une époque et des conditions de vie des Noirs Américains dans la société américaine.

C’est très noir, c’est dur et en même temps, il y a un côté exubérant et extrême.

Les dessins en noir et blanc aux fonds noirs sont très forts avec parfois des envolées foisonnantes.

A lire !

Et à écouter !

Sans faire exprès avec A Girl from Earth, on a fait une Lecture commune 😉

  chez Noukette

Publicités

7 ans!

7 ans DEJA??? 

Que dire que je n’ai pas déjà dit les années précédentes? 

Rien : j’aime toujours autant parler de mes lectures et de ma vie, j’aime autant essayer vous embarquer dans des projets collaboratifs et des jeux, j’aime autant vous lire dans les commentaires et vous répondre, j’aime autant savoir que je me suis fait des amies (je n’ai pas peur des mots!) sur la blogosphère et que j’aime beaucoup la petite communauté que je fréquente depuis toutes ces années, que j’aime les envies de lectures que vous me faites avoir par vos blogs ou par vos commentaires!

Bref, j’aime toujours mon blog d’amour et je ne pourrais pas m’en passer (et j’ajoute que je suis toujours triste de voir des blogs qui se ferment 😦 ) : il fait partie de ma vie et même si cette année je vais essayer de faire en sorte qu’il soit moins envahissant dans ma vie de tous les jours, je ne veux pas le quitter et vous non plus (mais vous aussi restez, hein! parce que sans vous ça ne sert pas à grand chose 😉

Alors au bout de 7 ans de blog, je ne suis toujours pas une blogueuse influente à qui on envoie les dernières publications des auteurs en vue et vous savez quoi? : même si je fais semblant de m’en plaindre de temps en temps, je m’en fiche royalement, car en toute sincérité (je crois que si vous suivez mon blog, vous savez que je suis quelqu’un de sincère), pour moi le blog et « ma » blogo, c’est avant tout un club de lecture où on se retrouve entre copains et copines avec une tasse de thé ou une petite bière et avec qui on papote de nos lectures! J’ai juste agrandi un peu les murs avec la page Facebook et la page Instagram 😉

Allez, on repart pour… au moins un an 😉

Et comme depuis le début je vous propose un petit  rendez-vous mensuel tous les 8 du mois, je vous propose de découvrir le nouveau rendez-vous en cliquant sur mon logo :  

La Box de Pandore de Bastien

Bastien a reçu  (cliquez sur le logo pour voir le site) et il était ravi! 

 

Alors, de quoi s’agit-il? C’est une box que l’on peut recevoir tous les mois avec des livres et des petites surprises, le tout adapté à votre enfant. On remplit un questionnaire et les choix sont faits en fonction de ce questionnaire. Et je peux vous dire que mon petit garçon de 6 ans était tout excité en l’ouvrant!

Le stylo : « Trop classe un stylo Hulk!! »

L’ardoise avec le livre de calcul : Il a joué avec et essayé les calculs simples dès le lendemain : « Certains calculs sont trop durs pour moi mais ça va me servir quand je vais être plus grand et en attendant, je peux dessiner sur l’ardoise. »

Les bonbons : C’est la seule déception car il n’aime pas ce qui pique ou qui est acidulé : « Ils sont pétillants, j’aime pas. »

 

Le magazine « Alex la souris » : « J’ai adoré parce qu’il y a des jeux et du bricolage et des araignées! »

Le marque page : « Je le trouve joli et je trouve que c’est gentil de souhaiter une bonne rentrée! »

La carte : « Elle est jolie et je trouve aussi le panda joli, je l’aime bien! »

 

Première réaction en déballant les livres : « Trop bien : un truc avec des dinosaures!! »

Voici les impressions de Bastien à propos des livres : j’ai pris en notes ce qu’il m’a dit, mot pour mot (il était tout fier 😉

« Découvre les dinosaures » : « Ça explique beaucoup de choses. Je trouve que la statue du début est très bien faite. Je trouve les photos très bien. Et aussi je trouve les dessins très beaux. J’adore les dinosaures! »

« Arthur 1er et le trône à trois pieds » : « C’est trop marrant. Ça raconte l’histoire de Baptiste l’ébéniste qui fabrique des trônes que le roi refuse. Alors il fabriqua un tabouret à trois pieds et il le vendit au pêcheur. Le pêcheur s’assit dessus et il tomba et il l’envoya au diable et après il y a d’autres personnes qui le retrouve et qui le rejette eux aussi au diable. A la fin, le tabouret arrive au cachot du roi et en fait, le roi Arthur 1er c’est un bébé et il devient ami avec le tabouret. J’ai adoré! »

« Toto- J’adore les animaux » : « J’adore puisque les animaux sont ma passion! C’est des histoires drôles et ils disent des choses un peu bizarres qui font rire les enfants. J’adore quand M. Ronchon dit que le jardin est devenu un cimetière car les enfants ont enterré leurs animaux. »

Voilà! Je pense que vous pouvez constater que l’objectif de la Box de Pandore a été atteint auprès de Bastien 😉 Merci à eux pour cet envoi très apprécié!

Que faisions nous le samedi 10 octobre à 10h10 ET/OU à 22h10??

 

Le 10/10, nous avons été 21 à prendre 32 photos -au même moment ou presque- de ce que nous étions en train de faire  (sur une idée de Cstef du blog « Une Photo, une bidouille »!!) 

J’ai transmis ces photos à  Steff  qui en a fait cette mosaïque! Merci à elle et merci à tous les participants!

 

A 10h10 : 19 photos

Personnellement, je sortais de la gare maritime après avoir réservé des billets pour aller à Jersey avec ma copine Claire.

Steff était en train de se choisir une paire de boucles d‘oreilles pour rejoindre sa copine pour faire du shopping.

Wakanda   profitait que pour une fois elle  n’avait rien de prévu pour traîner un peu au lit et elle essayait de finir « Grey » de E.L. James (sans succès d’ailleurs)

Fleur était en train d’écrire son billet sur « L’oiseau du bon dieu » de James McBride, qu’elle a terminé de lire hier soir

Tiphanie était dans la salle de bain en train de se maquiller.

Céline B était avec sa fille Charlotte qui était en train d’illustrer sa poésie que Céline adore : « Aux pays des légumes » du recueil de Constantin Kaïteris « Un jardin sur le bout de la langue ».

Au Drey préparait ses pommes pour réaliser un moelleux

Happy Vero était en  plein boulot : pas fun le samedi matin 

Ceriz était en mode « Ipad Addict »! Tellement qu’elle en scrappe même ses photos sur l’Ipad!

Céline  était en train de lire au lit.

Nath avait mis son réveil à 10h pour ne pas rater la photo donc elle a trainaillé jusque 10h10 pour prendre la photo de sa table de nuit avec son livre.

L’irrégulière prenait son capuccino en faisant son petit tour d’internet, plus spécifiquement elle regardait de belles images sur pinterest 

Sandrine  se préparait à se sécher les cheveux.

Didinegc se prélassait au petit déjeuner avec un bouquin et son ricoré

Rachel  venait juste d’arriver au labo… et preparait l’extraction d’ADN 

Galéa était à l’embarcadère des îles pour le départ de sa grande fille en stage de cohésion avec son nouveau club et elle a été  mal tout le we 😉

Sandrion arrivait au marché de sa ville où elle a acheté entre autres un beau bouquet de tournesols 

Manika  admirait la campagne auvergnate

Vive les bêtises  faisait ses courses

 

A 22h10 : 13 photos

Personnellement  j’étais en train de lire mon Agatha Christie en regardant d’un oeil un film étrange « Démons »

Steff était en grand tri et retouche de ses photos de vacances à NYC cet été

Wakanda  regardait le film « The tree of life » et ne savait pas encore trop si elle avait aimé ou pas.

Happy Vero était en train de faire un peu de tricot avant d’aller faire dodo.

Céline  finassait de refaire son lit. 

Nath attendait que sa bouilloire finisse de chauffer pour le thé du soir

Pascale  se préparait à aller se coucher

L’irrégulière  était sous la couette en train de lire, avec une délicieuse infusion aux fruits rouges

Au Drey  faisait une partie de Rummikub en ligne

Sandrion  lisait une revue dont elle est fan, la revue XXI

Manika   préparait la tisane avec de partir au lit

Une Ribambelle  lisait  « L ‘amour sans le faire » de Serge Joncour et sa fille regardait un film qu’elle avait enregistré. 

Vive les bêtises   lisait.

 

 

32 photos c’est notre record absolu!!!

Merci à tous les participants!  Merci aux fidèles et merci aux nouveaux participants! J’espère qu’on vous reverra le mois prochain!

 

Le prochain rendez-vous sera  : le mercredi 11/11 à 11h11  et/ou à 23h11 : Parlez en autour de vous 😉

Un rappel une semaine avant et la veille au soir et le jour même pour éviter d’oublier 😉 

J’espère que nous serons nombreux à jouer!

Souvenirs, souvenirs :Voici ce qu’on faisait  le 3/03 à 3h03 (de l’après-midi)  et  le 4/04 à 4h04 (de l’après-midi) et le 5/05 à 5h05 (de l’après-midi) et le 6/06 à 6h06 (du soir) et le 7/7 à 7h07 (du soir) et le 9/9 à 9h09 (du soir) et le 10/10 à 10h10 (du matin) et le 11 / 11 à 11h11 et  le 12/12 à 12h12 et le 1/01 à 1h1 ou 13h01 et le 2/2 à 14h02 et le 3/3 à 15h03 et le 4/4 à 16h04 et le 5/5 à 17h05 et le 6/6 à 18h06 et le 7/7 à 19h07 et le 9/9  et le 10/10  et le 11/11 et le 12/12  et le 1/1  et le 2/2  et le 3/3  et le 4/4 et le 5/5 et le 6/6 et le 7/7 et le 9/9

Qu’est ce que je faisais le 10/10 à 10h10 ET/OU à 22h10?

Le 10/10 à  10 h 10, je sortais de la gare maritime après avoir réservé des billets pour aller à Jersey avec ma copine Claire.

 

 

à 22h10, j’étais en train de lire mon Agatha Christie en regardant d’un oeil un film très étrange « Démons »

 

 

Si vous avez joué, envoyez moi votre photo dès que possible : ennalit@gmail.com en racontant ce que vous faisiez (pensez aussi à me donner votre pseudo et si vous avez un blog pour le recap’, précisez aussi à quel moment de la journée c’était, matin ou soir)

On se donne au plus tard le 15   pour qu’on puisse mettre la mosaïque en ligne le 17?

A bientôt!

« L’amour ferme les yeux » de Line Hoven

 

Line Hoven raconte l’histoire de sa famille en commençant avec les enfances de ses grands-parents. Il était assez improbable que ses parents se rencontrent car son grand-père paternel allemand était dans les jeunesses hitlériennes et son grand-père maternel américain n’a pas pu combattre pendant la deuxième guerre mondiale pour raison de santé mais il était extrêmement patriote. Leurs enfants, les parents de l’auteur, se sont rencontrés quand sa mère est partie faire des études en Allemagne.

Ce parcours familial est intéressant car il pose un regard lucide et touchant sur deux mondes que tout oppose et sur les difficultés que les générations suivantes rencontrent.

Au niveau du récit, c’est aussi original car Line Hoven arrive à dresser le portrait de deux générations et de plusieurs vies par bribes et petites touches en reproduisant parfois juste des pages d’albums photos anciens des deux familles. On a le sentiment de rentrer dans un récit intimiste un peu suranné.

Une bonne découverte faite par hasard à la médiathèque.

 

 

 

BD de la semaine saumon Chez  Noukette cette semaine!

 chez Titine

« Melisande! Que sont les rêves? » de Hillel Halkin

J’avais repéré ce titre en écoutant mon émission littéraire préférée Les Bibliomaniacs et je l’ai offert à ma copine Orchidée sans même le lire en me doutant bien qu’elle me le prêterait ensuite 😉

Dans les années 50, à New York, Hoo, Melisande et Ricky se rencontrent au lycée. Ils sont passionnés de littérature et sont très liés. Hoo est  trop réservé pour déclarer son attirance pour pour Melly et il est très malheureux quand il découvre qu’elle et Ricky ont commencé une relation. Puis Ricky part pour un long voyage initiatique en Inde dont il revient profondément changé et perturbé.

Hoo et Melisande se retrouvent par hasard et tombent amoureux. Leur vie de couple est intense, avec ses hauts et ses bas, des méandres, des grandes peines et des petites trahisons. Il y a beaucoup d’amour sincère, d’erreurs, de mauvaise foi, de malheurs et de tristesse, de joies simples et de vrais partages. Une vie…

Amitiés, amours, évolution dans le temps et dans le couple, les personnages sont très humains et très bien brossés.

Mon bémol serait sur le début un peu lent : quand je l’ai commencé, j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire et à m’attacher aux personnages et quelques passages un peu « bavards » et peut-être un peu trop « intello » (que j’ai passés) mais assez vite j’ai beaucoup aimé cette histoire. La majorité du roman est une très belle histoire d’amour réaliste  ui traverse une vie. J’ai trouvé ça touchant.

 par Orchidée! Merci!

 chez Titine

 objectif 2015 : -39

J‘inscris ce texte au Défi Livres de Argali 

« Her fearful symmetry » (« Les jumelles de Highgate ») de Audrey Niffenegger

 

Voici un roman bien particulier dont il va être difficile de parler sans trop en dire et sans faire fuir certains d’entre vous 😉 Alors je vais être succincte et vous dire que j’ai aimé ce roman qu’il faut se laisser porter sans se poser de questions…

Il y est question de la gémellité – quatre jumelles : une mère et une tante qu’un secret a séparé des années auparavant, l’une vivant aux Etats-Unis et l’autre étant restée en Angleterre  et les deux filles de l’une d’entre elle. Les deux jeunes filles sont des sœurs jumelles très fusionnelles (même si on s’aperçoit très vite qu’elles ne vivent pas leur relation de la même manière) ont hérité de l’appartement de leur tante à Londres et viennent y vivre un an.

Dans l’immeuble, il y a aussi l’amant de la tante qui vit très mal son deuil et qui va tisser des relations très proches avec l’une des jeunes sœurs et aussi un voisin qui souffre de terribles TOC qui l’empêchent de sortir de chez lui et de vivre normalement.

Même si le roman se passe de nos jours, il y a un vrai côté gothique avec la présence très importante du cimetière étonnant et fascinant qui jouxte l’immeuble et surtout, il y a une histoire de fantôme (c’est l’aspect qui pourrait faire peur à certains mais franchement j’ai totalement adhéré à cet aspect !).

Malgré une certaine lenteur au début et quelques longueurs à la fin, j’ai trouvé que les personnages étaient très bien dépeints avec leurs névroses et leurs désirs refoulés de vies différentes, leur enfermement dans des rôles préétablis. Il y a aussi une certaine noirceur.

Une bonne découverte, même si de cette auteur j’ai quand même préféré « Le temps n’est rien ».

 par Mrs B. Merci!

 chez Titine

 chez Titine

 objectif 2015 : -38

 

La vérité sort de la bouche de Little Boy B

5 ans et 11 mois et je continue à vous faire part de ses petites phrases et ses bons mots volontaires ou involontaires!

Il réclame souvent « un câlin familial », c’est à dire son père et moi qui le prenons dans nos bras, on lui fait tous les deux un bisou, il nous fait un bisou à chacun et L’Homme et moi nous embrassons et maintenant, il s’écrit toujours d’un air à la fois amusé et dégouté :

« Un bisou sur la bouche: ah c’est dégoûtant!« 

 

Je lui fais remarquer que je suis toujours en train de m’occuper de lui et il me répond d’un air de dire « Et oui, ma brave dame … » : 

« Hé oui, c’est comme ça dans la vie, faut s’occuper des enfants!« 

 

« Quand je serai ado, j’irai faire des petites promenades tout seul alors j’aurai besoin d’un téléphone portable au cas où je me perds. »

 

Je peste contre l’ordinateur :

« Faut lui parler gentiment !« 

 

« Maman, j’ai changé d’idée: je veux être chercheur et pour ça il faut deux choses très importantes: un permis et de la concentration!

-Un permis pourquoi?

Ben, des études pour avoir le droit d’être chercheur.« 

 

« Le marchand de sable, est-ce qu’il existe vraiment ?

-Qu’est-ce que tu penses toi?

Je crois que c’est une légende… Mais je ne comprends pas comment le sable il arrive dans les yeux. » (« les crottes d’oeil » qu’on appelle « le sommeil » chez nous et qu’il associe au sable du marchand de sable 🙂

Mais bon, il y croit encore un peu : 

« J’arrive pas à dormir… Le marchand de sable doit croire que c’est un jour de fiesta et il n’est pas passé tout de suite et il va faire le tour du monde avant de revenir.« 

 

« Est-ce que quand on est mort est-ce qu’on garde nos souvenirs ?

-Je ne sais pas… Les gens qui sont morts ne peuvent pas nous le dire. Mais j’aimerais bien. Et toi?

Oui parce que Granny c’est la personne la plus âgée de ma famille alors elle va peut-être être morte plus vite et moi, j’aimerais bien qu’elle se souvienne de moi… »

J’ai serré sa petite main un peu plus fort en marchant avec lui à ce moment là…

 

« J’ai de la chance d’avoir plein de grands parents ! »

 

Il me parle d’un abonnement pour recevoir un livre par mois avec l’école :

« On paie pas pour les livres.

-Ben si,  c’est un abonnement alors on paie pour chaque livre.

Oui, on paie pour l’abonnement et après on est tranquille, on paie plus. »

 

On commence à parler des copains qu’il va inviter pour son anniversaire :

« G. parce qu’il t’a invité à son dernier anniversaire.

Ben, non, pas le DERNIER! Il en a encore plein!« 

 

Il se lève un matin et je lui dis : 

« J’ai pas eu de bisous!

Si t’en as eu plein… hier soir!

-Oui c’était pas ce matin!

Oui mais t’en as eu une tonne ça compte aussi pour maintenant !« 

 

« La salade j’aime ça avec de la vinaigrette : avec beaucoup de vinaigrette mais pas trop. J’aime bien quand la salade est à moitié inondée parce que tout seul ça a pas de goût.« 

 

« Comment elle a fait pour apparaître sur la première plante? Et le premier humain? » (Bon, on rentre dans les questions dures dures là…)

 

On s’amuse à se comparer à des animaux, je dis que son père est un ours et lui un singe et je demande : 

« Je suis quoi comme animal moi?

Une mouette parce que tu ris tout le temps! » 

 

 

La rentrée en CP s’est bien passée!

« Profession du père » de Sorj Chalandon

C’est un fait connu de tous : je suis une « Sorjette », c’est à dire une fan de Sorj Chalandon… J’ai d’abord aimé ses livres (je les ai tous lu) et puis j’ai rencontré l’auteur et j’ai trouvé que c’était quelqu’un d’abordable et touchant que j’ai beaucoup apprécié. Alors bien entendu quand j’ai lu qu’un nouveau roman allait sortir pour la rentrée littéraire je savais que j’allais l’acheter le jour de sa sortie et que je ne lirai aucun avis dessus pour ne pas être influencée et c’est ce que j’ai fait.

Comme à chaque fois depuis que j’ai aimé le premier livre de lui (« Mon traître ») j’appréhende un peu la lecture d’un roman de Sorj Chalandon : « Est-ce que je vais aimer? », « Est-ce que je vais être déçue? ». En commençant ce roman, si dès le début le sujet m’a pris aux tripes, je me disais quand même que j’aimais sans vraiment retrouver son style, une certaine poésie dans les phrases. Et puis quand le narrateur enfant et adolescent a laissé la place au narrateur adulte, j’ai retrouvé la plume que j’aime tant et je pense que c’est donc un choix d’être plus sobre et factuel quand c’est l’enfant qui raconte purement et simplement ce qu’il vit et ce qu’il croit sans analyser les élèvements, sans juger, sans mettre d’affect et quand c’est l’adulte, qui a du recul, qui réfléchit à sa vie, il peut faire transparaître des sentiments dans ses mots. Enfin, c’est mon ressenti en refermant le roman.

L’histoire est celle d’Émile Choulans, que l’on suit de l’enfance à la fin de l’adolescence, et de ses parents dans les années 1950-60. Le père est un homme très particulier, mythomane (nous le devinons vite mais Émile, lui croit absolument tout ce que son père lui raconte, et très longtemps) qui s’invente des vies les plus extraordinaires et incroyables. S’il demande à son fils d’écrire « sans profession » à la case « profession du père » dans les feuilles à remplir à chaque rentrée scolaire et qu’il reste en pyjama à la maison toute la journée, c’est pourtant plus « agent secret », « membre de l’OAS » « membre de la CIA » ou avant cela « champion de judo » ou « créateur des Compagnons de la Chanson » qu’il voudrait y voir figurer… Bref, cet homme plein de certitudes à tout vu, tout vécu et en veut à mort à De Gaulle qu’il veut assassiner…

S’il ne s’agissait que des vies rêvées, ces divagations auraient presque pu être comiques, mais elles s’accompagnent d’un régime de terreur à la maison. Émile est maltraité par son père qui le puni sévèrement, violemment et injustement pour tout et rien. Il l’embarque dans ses délires en lui faisant croire que lui aussi est un soldat qui doit se battre pour leur cause et « l’organisation »… L’enfant, puis le jeune qu’il devient, obéit aveuglément à son père même s’il le « trahit » pour impliquer un camarade de classe et devenir celui qui donne des ordres. La mère dans cette histoire est totalement effacée, éteinte, laissant faire son mari et se montrant pour moi aussi maltraitante que lui dans son attitude de déni complet.

La dernière partie du roman est celle de l’adulte qu’est devenu Émile, cet adulte qui tout en ne pouvant plus accepter le père ne peut pour autant pas l’oublier, le laisser. Autant dans la partie sur l’enfance, il y a des scènes qui font serrer les dents et serrer les poings car on a envie de protéger cet enfant si innocent de sa brute de père, autant dans les pages sur l’âge adulte, on a envie de serrer l’homme dans nos bras pour le réconforter de tant d’indifférence. J’ai eu les larmes aux yeux dans ces parties là.

C’est donc ici un roman très riche et complexe sur la maltraitance, sur la maladie mentale, sur le déni, sur l’amour d’un enfant pour ses parents coûte que coûte, sur la résilience aussi. C’est un roman sur un homme qui a construit sa vie sur un champs de bataille et qui a beaucoup d’amour à donner.

En lisant une interview de Sorj Chalandon, j’ai appris après ma lecture que ce roman était très inspiré de sa vie et je comprends mieux que l’homme soit toujours très à fleur de peau. Et vous pouvez aussi écouter Sorj Chalandon parler lui même de son roman et de sa vie sur France Culture :

http://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=5053569

J’ai aussi beaucoup apprécié l’écoute de l’émission Boomerang sur France Inter, car j’aime beaucoup les écrits de Sorj Chalandon pour ses histoires et son style mais je trouve aussi que l’homme parle « juste » et qu’il est très intéressant!

Un livre que je vous recommande vous vous en doutez, même si je pense qu’il faut être dans de bonnes dispositions pour le lire car si c’est un roman facile à lire et passionnant, ce n’est pas du tout un roman léger. On n’en sort pas tout à fait indemne.

  avec Tiphanie et Saxaoul. Allons voir leurs avis!

Je ne sais pas si je vais lire beaucoup de romans de la rentrée littéraire mais celui-ci est ma première pépite chez Galéa