Les madeleines d’Enna (et le tirage au sort du « Book jar » pour m’aider à choisir un livre de ma PAL ;-)

Depuis 2000, je note tous les titres des livres que je lis dans des petits carnets. Il n’y a aucune indication à part l’année, un numéro et les titres et les auteurs et pourtant quand je jette un coup d’œil à ces listes, certains titres évoquent immédiatement le lieu où j’étais quand j’ai lu ce livre, avec qui j’étais, ce que je ressentais à l’époque ou des pensées entraînées par cette lecture.

Pour fêter les 7 ans du blog, après les « Curiosités bloguesques », puis « Une année en couleur« ,  « Des titres et des textes » , « Ce mois-ci, j’ai aimé, je n’ai pas aimé »« Les 5 sens » « 8 photos pour 8 moments de vie » et enfin « Retour vers le futur », je vous propose un nouveau rendez-vous que j’ai appelé : .

Tous les 8 du mois, je vous donnerai 7 titres de livres lus entre 2000 et 2014, que je les ai chroniqués ou pas, non pas pour vous parler du contenu mais pour évoquer avec vous les souvenirs qui sont liés à ces titres. De votre côté, n’hésitez pas à me parler de titres qui VOUS évoquent des souvenirs personnels dans les commentaires!

 : « Le chant de Dolorès » de Wally Lamb

Je me revois choisir ce roman à la médiathèque, c’est amusant car depuis, la configuration des lieux a changé mais je me revois prendre ce roman dans le rayonnage! Et puis je me souviens que je lisais ce roman alors que j’étais en visite chez ma Best à Joigny. Je ne me souviens pas du roman en détail mais je sais que c’est une histoire qui m’avait bouleversée.

 : « Les déjantées » de Maïténa

L’anectdote autour de cette BD est loin d’être littéraire car je me souviens surtout que je la lisais en terrasse quand la personne qui m’accompagnait a renversé son café dessus… pas de bol, c’était un emprunt à la médiathèque et il a fallut que je le rembourse car il était ruiné 😦

 

 : « Lorsque j’étais une oeuvre d’art » de Eric Emmanuel Schmitt

Je me revois discutant de ce roman dans la salle des professeur avec ma collègue-copine d’art plastique car je trouvais cette histoire sur l’art assez fascinante.

 

 : « Monster »  de Naoki Urasawa

Je suis tombée dans le piège de ce manga en 18 volumes que j’empruntais 5 par 5 à la médiathèque et la bibliothécaire qui me connaissait m’avait même autorisée à prendre un exemplaire pas encore équipé pour que je n’ai pas besoin d’attendre trop longtemps 😉

 

   « Sans blessures apparentes » de Jean-Pierre Mari

J’ai lu ce documentaire dans le cadre du prix de ELLE 2009 mais je na’vais pas réussi à le lire jusqu’au bout. J’étais en vacances au Maroc et j’étais enceinte d’un mois et malgré la qualité de ce documentaire sur la guerre, je me souviens que je n’avais pas eu la force de lire plus d’horreur, j’avais envie de douceur!

 

   « Le cul des anges » de Benjamin Legrand

J’avais acheté ce roman au salon du livre de Rennes et je l’avais fait dédicacé pour mon frère et je voulais aussi le lire avant de lui offrir. Je me revois en train de finir le livre dans la voiture sur la route pour aller fêter son anniversaire : je l’ai fini juste au moment où on arrivait!

 

 : « Au bonheur des dames » de Emile Zola

J’ai lu ce roman deux fois, une fois en papier et une fois en audio et j’ai des souvenirs attachés à ces deux lectures. J’ai lu la version papier en 3ème (1987). Ma mère l’avait acheté chez le bouquiniste « Memoranda » qui est plus tard devenu mon antre au lycée et à la fac! Et j’ai encore ce livre. J’avais adoré cette histoire et je me souviens même que pour la rédaction de français au brevet des collèges, j’avais repris des idées de ce roman! Quant à la version audio, je l’ai relu l’été, nous étions en vacances en Bretagne dans une chambre d’hôte et j’allais courir dans la campagne avec cette histoire dans les oreilles. Quand je repense à l’histoire, je revois les chemins bretons!

Et vous? Avez vous un souvenir associé à un titre?

 

 Et avec ces lectures, vous prendrez bien un petit quelque chose à manger?

Pour voyager dans notre assiette, des Keftas à la marocaine   et pour utiliser des légumes mal connus un gratin de butternut aux noisettes  (Cliquez sur les photos pour les recettes)

 

 Enfin, le « Book Jar » : aidez moi à choisir la prochaine madeleine dans ma PAL  

Dans les commentaires, donnez moi un nombre entre 1 et 42… (soit au hasard soit en choisissant dans ma PAL) : dimanche soir Bastien fera le tirage au sort!

  (d’un clic sur l’image vous arrivez sur ma PAL)

« Mange, prie, aime » de Elizabeth Gilbert

 

J’avais noté ce titre dans ma LAL il y a très longtemps, je ne me souviens même plus où je l’avais repéré. Ce livre de 500 pages n’est pas un roman mais le récit de l’auteur sur une année de sa vie où elle a changé tout pour se trouver. Peut-être que si j’avais eu conscience que c’était ce genre de livre (témoignage, quête de soi et tout ça) j’aurai été moins tentée…

Bon, disons le tout de suite, j’ai abandonné ce livre au bout de 200 pages (sur 500) et pourtant je le lisais dans de bonnes conditions, vacances de Noël, zéro stress ou pression… Non, je n’ai pas accroché… Et pourtant quand j’ai mis la photo de ma lecture en cours sur la page facebook Ennalit, plusieurs personnes m’ont dit avoir beaucoup aimé alors e m’attendais aussi à aimer…

Alors deux mots sur l’histoire et deux mots sur pourquoi j’ai abandonné.

Elizabeth Gilbert vit un mariage malheureux et connait une sorte de crise mystique. Quand elle se décide à demander le divorce, c’est une expérience assez terrible, une vraie bataille qui la plonge dans la déprime totale. Une fois son divorce prononcé, elle a la chance d’avoir une avance d’argent par son éditeur et prend une année sabbatique et part 4 mois à Rome, puis 4 mois en Inde dans un ashram auprès de son guru (elle est très orientée yoga et spiritualité) et 4 mois en Indonésie. Je me suis arrêtée à son arrivée en Inde…

La partie que j’ai lue parle beaucoup de son mariage, de son divorce, de sa dépression, de Rome (c’est la seule chose que j’ai aimé, car je suis allée à Rome et c’est une ville superbe), de nourriture (ne pas lire cette partie si vous suivez un régime stricte, vous aurez faim tout le temps)… Elle parle d’elle… « moi moi moi »… Vous me direz, « C’est une introspection, une quête de soi, c’est normal qu’elle parle d’elle. » Oui, mais je vous rappelle que je n’ai « que » 200 pages et j’étais déjà lassée… je pense qu’elle aurait pu se relire et faire des grosses coupes et passer ça à 100 pages.

Et puis pour être tout à fait franche, j’ai aussi trouvé que c’était assez mal écrit ou mal traduit car j’ai commencé à relever pas mal de maladresses de traduction (et quand dans un roman je commence à ne penser qu’à la traduction ce n’est pas bon signe !)

Bref, je me suis ennuyée, j’ai été lassée par les jérémiades de cette « pauvre petite fille riche parfaite qui s’en sort quand même si bien malgré tous ses malheurs et qui  se fait plein d’amis en Italie car elle quand même très aimable» c’est vraiment trop autocentré et très américain pour moi. Je serai curieuse de voir le film pour avoir une idée de l’histoire…

Pour compenser mon abandon et mon avis négatif, je vous conseille de faire un tour sur Babelio, vous trouverez des avis enthousiastes (et quelques déçus comme moi 😉

 

 objectif 2015 : -54

 par ma collègue Anne