Le piano oriental : Zeina Abirached

 

Cette BD mêle deux histoires : celle d’Abdallah Kamanje un musicien, doux rêveur, créateur d’un piano « oriental », c’est-à-dire un piano qui peut jouer les tonalités propre à la musique orientale. Avec lui, nous sommes dans les années 60 à Beyrouth et nous rencontrons des personnages hauts en couleurs, drôles et poétiques. Il y a aussi un voyage en Autriche et la découverte des différences culturelles. Au cœur de ce personnage, il y a la musique et une belle poésie de vie.

Et puis, il y a la vie de sa petite fille, Zeina Abirached, à notre époque, qui raconte sa jeunesse dans un Beyrouth bien différent de celui de son grand-père : la guerre, un pays détruit puis son exil en France. Dans les parties concernant la jeune femme, c’est la langue – les langues- qui sont au centre car elle est partagée entre l’arabe et le français et cela ouvre des discussions passionnantes sur l’identité.

J’ai adoré les histoires et les liens entre le grand-père et la jeune femme. Et puis les dessins, sur fond noir – très noir- et blanc avec des motifs très graphiques en traits, en points et en boucles m’ont énormément plu (j’avais envie de photographier toutes les pages !)

C’est un coup de cœur à plusieurs plans que j’aimerai posséder (il n’est pas dit que je ne me l’achète pas un jour !) car j’aurai envie de le feuilleter à nouveau un jour je pense !

Price Minister La BD fait son festival 2016 : 19 /20
 Catégorie « objet » pour ma ligne « BD » du Petit Bac 2016