« Quand j’étais Jane Eyre » de Sheila Kohler

 

Ce roman a des faux airs de biographie car l’auteur a choisi Charlotte Brontë comme personnage principale. L’histoire commence quand Charlotte est à Manchester auprès de son père qui vient de se faire opérer. Ce moment hors du temps, presque d’isolement dans le silence de garde malade est pour elle l’occasion  d’une certaine introspection. Charlotte repense à son passé, à sa famille et à son désir d’écrire. Et c’est le moment où une histoire va naître en elle, comme une évidence, elle se met à écrire la vie de Jane Eyre.

Le roman est l’occasion de découvrir une femme de son époque et ses sœurs, une vie de famille à la fois austère et pleine de créativité puisque les trois sœurs écrivent et pleine de tourments car elles ont perdu leur mère très jeune et que leur frère est très perturbé par les drogues et les dettes.

C’est le portrait d’une époque où les femmes doivent prendre des pseudonymes d’hommes pour écrire et où les sentiments ne doivent pas s’exprimer trop ouvertement.

J’ai aimé ce roman à l’ambiance assez pesante qui donne la part belle à la création et portrait d’une femme assez moderne et pleine de rêves finalement dans un monde un peu figé. Une peinture bien faite de cette société.

 objectif 2016 : -1

catégorie « prénom »

J‘inscris ce texte au Défi Livres de Argali 

 

 chez Titine

Eux, c’est nous. : Jessie Magana et Carole Saturno (illustrations Serge Bloch) et préface de Daniel Pennac

[En décembre j’ai fait des lectures thématiques et j’ai trouvé qu’elles s’enchaînaient si bien que je vous en parle aujourd’hui pour vous encourager à faire le même cheminement littéraire que moi autour de la notion de « migrants » et de « réfugiés ». Il s’agit du texte jeunesse « Eux, c’est nous … », du documentaire « Kotchok – Sur la route des migrants », du recueil de nouvelles « Bienvenue ! 34 auteurs pour les réfugiés » et du roman (audio) « Eldorado ».]

Pour commencer, ma première lecture a été « Eux, c’est nous… » que j’ai acheté comme un acte solidaire car « Les revenus issus de la vente de l’ouvrage sont intégralement reversés à la Cimade, une association de solidarité active avec les migrants, les réfugiés et les demandeurs d’asile. »

Le texte de Daniel Pennac en préface parle des réfugiés : « Ces gens dont nous pourrions faire partie, qui pourraient être moi, toi, vous, nous. Mais qui sont eux. » Il parle de la manière dont on parle d’« eux » : la peur, le sentiment de méfiance crée par les médias. Il évoque les discours que chacun peut entendre

Il encourage à réfléchir et à remettre en perspective les chiffres entendus, il fait des rappels sur l’histoire de l’Europe qui a déjà vu des réfugiés du monde entier venir et qui font la France d’aujourd’hui. C’est un beau message, concret et touchant. J’ai beaucoup aimé ce texte.

Puis la suite du livre prend les 8 lettres du mot « RÉFUGIÉS » (Réfugiés / Etrangers / Frontières / Urgence / Guerre / Immigration / Economie / Solidarité) pour donner des explications sur 8 mots liés au statut de réfugiés. Ce sont des explications factuelles et simples parfaitement adaptées aux jeunes lecteurs.

Cette lecture simple et percutante que je recommande à tous les jeunes lecteurs à partir de 8 ans avec un adulte pour l’accompagner et jusqu’au lycée ! J’aimerai voir ce texte das tous les CDI et toutes les bibliothèques !

Catégorie ponctuation de la ligne jeunesse du Petit Bac 2015

Eldorado : Laurent Gaudé (Lu par Pierre François Garel)

 

[En décembre j’ai fait des lectures thématiques et j’ai trouvé qu’elles s’enchaînaient si bien que je vous en parle aujourd’hui pour vous encourager à faire le même cheminement littéraire que moi autour de la notion de « migrants » et de « réfugiés ». Il s’agit du texte jeunesse « Eux, c’est nous … », du documentaire « Kotchok – Sur la route des migrants », du recueil de nouvelles « Bienvenue ! 34 auteurs pour les réfugiés » et du roman (audio) « Eldorado ».]

Après avoir lu les trois livres à la suite, j’ai eu envie de poursuivre mon « voyage » avec une relecture du roman de Laurent Gaudé que j’avais beaucoup aimé quand je l’ai lu en 2013.

Je vous laisse relire mon avis de l’époque (cliquez sur l’image) :

Cette relecture a, à mon avis, été encore plus puissante que la première fois car j’étais beaucoup plus sensibilisée au sort des réfugiés et aux conditions de leur voyage, leur périple et leurs raisons de partir. La vision de l’occidental qui rejette aussi le monde dans lequel il vit après avoir vu tant d’horreurs est aussi très forte et j’ai trouvé ce roman encore plus magistral et important (oui, le mot n’est pas trop fort).

La lecture de Pierre François Garel est comme d’habitude excellente (je suis très contente de retrouver cet acteur qui lit si bien Laurent Gaudé !)

Je vous recommande cette lecture et si vous aimez l’audio, je conseille encore plus cette version !

   

 par Saxaoul  (cliquez pour voir son billet)

catégorie « Lieu » pour ma ligne « Livre audio » du Petit Bac 2016

Bienvenue! 34 auteurs pour les réfugiés

par Olivier Adam, Pénélope Bagieu, Edmond Baudoin, Nicolas Bedos, Tahar Ben Jelloun, Berberian, Stephanie Blake, Geneviève Brisac, Sorj Chalandon, Philippe Claudel, Marie Darrieussecq, Philippe Delerm, Mathias Enard, Laurent Gaudé, Gauz, Brigitte Giraud, Régis Jauffret, Jul, Lola Lafon, Alain Mabanckou, Pascal Manoukian, Isabelle Monnin, Plantu, Claude Ponti, Jean-Michel Ribes, Lydie Salvayre, Joann Sfar, Abdellah Taïa, Olivier Tallec, Philippe Torreton, Minh Tran Huy, Lewis Trondheim, Valérie Zenatti, Alice Zeniter.

[En décembre j’ai fait des lectures thématiques et j’ai trouvé qu’elles s’enchaînaient si bien que je vous en parle aujourd’hui pour vous encourager à faire le même cheminement littéraire que moi autour de la notion de « migrants » et de « réfugiés ». Il s’agit du texte jeunesse « Eux, c’est nous … », du documentaire « Kotchok – Sur la route des migrants », du recueil de nouvelles « Bienvenue ! 34 auteurs pour les réfugiés » et du roman (audio) « Eldorado ».]

J’ai acheté ce recueil de nouvelles pour deux raisons : une raison égoïste c’est la liste des auteurs dont certains que j’aime beaucoup et que j’étais contente de retrouver (Olivier Adam, Sorj Chalandon, Philippe Claudel, Mathias Enard, Laurent Gaudé,  Alain Mabanckou…) et d’autres que je ne connaissais pas ou pas bien et que j’avais envie de découvrir et puis une raison solidaire car « Tous les bénéfices de la vente de cet ouvrage seront intégralement reversés au Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. »

Dans ce recueil il y a des nouvelles, des témoignages plus personnels et des dessins. C’est difficile de rentrer dans les détails dans chaque nouvelle mais le thème central est la notion de « réfugiés » que les auteurs ont choisi d’aborder à leur manière. Parfois du point de vue de l’européen qui est confronté de façon positive ou négative aux réfugiés, parfois dans le questionnement  autour de ce que les personnages ou l’auteur pensent de la situation des refugiés. Parfois les textes ou dessins sont du point de vue des réfugiés. Parfois ce sont des témoignages des auteurs sur des événements qu’ils ont vécus ou des sentiments ressentis en rapport avec des situations liées à la migration, soit qu’ils se soient sentis étranger ou parce qu’ils en ont rencontré.

J’ai beaucoup aimé ces réflexions, chacune avec son style. Je les ai trouvés, beaux, instructifs, émouvants ou « questionnant » (je ne crois pas que ce mot existe, mais je veux dire qu’ils m’ont fait me poser des questions 😉  ) J’ai particulièrement aimé le texte de Mathias Enard que j’ai trouvé très puissant  sur la responsabilité des occidentaux…

Je dois aussi dire que ce recueil a eu à mon avis encore plus d’impacte sur moi pour l’avoir lu après « Eux, c’est nous. » et « Kotchok » et je vous recommande vraiment ces trois lectures ensemble.

 Petit Bac 2016 catégorie « ponctuation »

Kotchok -Sur la route avec les migrants : Claire Billet et Olivier Jobard

[En décembre j’ai fait des lectures thématiques et j’ai trouvé qu’elles s’enchaînaient si bien que je vous en parle aujourd’hui pour vous encourager à faire le même cheminement littéraire que moi autour de la notion de « migrants » et de « réfugiés ». Il s’agit du texte jeunesse « Eux, c’est nous … », du documentaire « Kotchok – Sur la route des migrants », du recueil de nouvelles « Bienvenue ! 34 auteurs pour les réfugiés » et du roman (audio) « Eldorado ».]

J’ai repéré ce titre chez Saxaoul et sans son billet je n’aurais jamais lu ce documentaire car d’une part je n’en ai entendu parler nulle part ailleurs et je ne serais jamais allée de moi-même vers un reportage (je préfère la fiction en général). Son billet, lu en plein dans l’actualité, m’a vraiment tenté et j’ai même décidé de l’acheter et je suis vraiment contente de l’avoir fait car j’ai beaucoup aimé.

On découvre de l’intérieur la vie des migrants puisque Claire Billet et Olivier Jobard accompagnent un groupe de candidats à l’immigration clandestine, quasiment dans les mêmes conditions dans un périple entre l’Afghanistan et l’Europe.

Ils nous font découvrir cette aventure immense par des photos de Olivier Jobard et des migrants, par les descriptions et les informations apportées par le reportage de Claire Billet et des retranscriptions de conversations entre les migrants.

J’ai trouvé ce documentaire passionnant, très bien fait, instructif et très juste : il n’y a ni pathos, ni angélisme, on aborde la situation avec réalisme et on apprend beaucoup de choses. Je vous le recommande vraiment !

Catégorie voyage du Petit Bac 2015