« Quand j’étais Jane Eyre » de Sheila Kohler

 

Ce roman a des faux airs de biographie car l’auteur a choisi Charlotte Brontë comme personnage principale. L’histoire commence quand Charlotte est à Manchester auprès de son père qui vient de se faire opérer. Ce moment hors du temps, presque d’isolement dans le silence de garde malade est pour elle l’occasion  d’une certaine introspection. Charlotte repense à son passé, à sa famille et à son désir d’écrire. Et c’est le moment où une histoire va naître en elle, comme une évidence, elle se met à écrire la vie de Jane Eyre.

Le roman est l’occasion de découvrir une femme de son époque et ses sœurs, une vie de famille à la fois austère et pleine de créativité puisque les trois sœurs écrivent et pleine de tourments car elles ont perdu leur mère très jeune et que leur frère est très perturbé par les drogues et les dettes.

C’est le portrait d’une époque où les femmes doivent prendre des pseudonymes d’hommes pour écrire et où les sentiments ne doivent pas s’exprimer trop ouvertement.

J’ai aimé ce roman à l’ambiance assez pesante qui donne la part belle à la création et portrait d’une femme assez moderne et pleine de rêves finalement dans un monde un peu figé. Une peinture bien faite de cette société.

 objectif 2016 : -1

catégorie « prénom »

J‘inscris ce texte au Défi Livres de Argali 

 

 chez Titine

7 commentaires sur « « Quand j’étais Jane Eyre » de Sheila Kohler »

  1. J’ai lu ce roman il y a quelques années et j’en garde un bon souvenir. J’aime beaucoup les biographies romancées, dans le genre, j’ai aimé Alabama Song (Zelda Fitzgerald) ou encore Oona et Salinger (Oona Chaplin).

    J'aime

  2. Je n’ai pas trop aimé « Oona et Salinger » à cause de la place trop
    importante de l’auteur mais j’avais aimé la partie biographie! et il me
    semble que j’ai Alabama Song dans ma PAL (ou dans ma LAL

    J'aime

  3. je l’ai souvent vu cehz ma libraire sans me motiver…..cela pourrait m’aider, ta critique…des femmes, quand meme, qui etaient mieux entourees que d’autres car elles ont pu ecrire…

    J'aime

  4. Tout comme KazuChan, je l’ai lu il y a longtemps et j’en ai gardé un bon souvenir. J’ai trouvé qu’il s’agissait d’une belle évocation de la vie des soeurs Brontë.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :