« Si c’est un homme » de Primo Levi (lu par Raphaël Enthoven)

 

Cela faisait longtemps que ce titre était dans ma LAL (et il était même dans ma bibliothèque parmi les livres de L’Homme) mais j’avais toujours eu un peu peur de me lancer dans la découverte de ce témoignage sur la vie dans les camps de concentration. Sa sélection au prix Audiolib m’a un peu forcé la main mais j’en suis ravie…

Je ne sais pas trop quoi dire à part que c’est un témoignage très fort –poignant sans être larmoyant, dramatique sans qu’il y ait de pathos, terrible sans qu’il y ait de surenchère de l’horreur. Le sort de ces hommes qui sont réduits à l’état de bêtes et qui survivent à l’horreur.

Ce livre raconte l’histoire d’un jeune homme comme tant d’autres et l’histoire des hommes. Dans toute cette horreur, il est pourtant question d’humanité.

C’est un livre très fort, d’autant plus que c’est un témoignage aussi bien écrit qu’un roman, mais qui est ancré dans la réalité (l’auteur l’a écrit très vite après la guerre).

J’ai beaucoup pensé à ma lecture de la bande dessinée « Maus » pendant mon écoute et je vous recommande ces deux lectures ainsi que « Kinderzimmer » qui est un roman sur les femmes dans les camps, également plein d’humanité dans l’horreur.

Si vous lisez ce livre, que ce soit en version audio ou en version papier, je vous conseille de ne pas faire mon erreur qui a été de commencer cette lecture de façon un peu trop hachée et qui m’a d’abord un peu ennuyée mais dès que je l’ai écoutée par plus longues tranches, je me suis attachée à cet homme, ces hommes (et je peux vous dire que j’avais un peu honte de m’ennuyer en écoutant ce livre !)

Raphaël Enthoven lit ce livre de façon sobre et posée sans jouer et cela se prête bien au texte.

Mon seul bémol va aux aux interviews à la suite du livre. Il y a d’abord la lecture d’un entretien entre Primo Levi et Philippe Roth et je n’ai pas écouté jusqu’au bout car je n’aime pas quand les intervieweurs posent des questions plus longues que les réponses des gens qu’ils interrogent, il s’écoutait vraiment parler… Et puis il y a une interview de Raphaël Enthoven que je n’ai pas écoutée jusqu’au bout non plus car j’avais vraiment l’impression que lui aussi s’écoutait parler…

Je pense que ce texte ce suffit à lui-même.

 

  Chez Sylire : Le thème du mois est un roman qui se passe au 20ème siècle.

 

 Lu pour le  (Cliquez pour tout savoir sur le prix)  

Les avis des copines  jurées :  Meuraïe 

 

catégorie « phrase » de ma ligne « livre audio »