« L’éclaireur » de Isabelle Vouin

 

Cette histoire est celle d’Aman, un enfant d’une famille nomade en Somalie. Son prénom veut dire « La Paix » et pourtant il vit dans un pays en guerre. Il rêve de venger son père et de se battre pour l’honneur de son pays mais sa mère et son oncle cherchent à le pousser vers les mots car il est le petit-fils de Haruni, « l’éclaireur », un poète, passeur de mots qui transmettait par la tradition orale les légendes et les histoires de son peuple. Aman en est l’héritier, il connait les textes, il pourrait transmettre la poésie de son grand-père mais à 12 ans il a soif de vengeance.

Une fois séparé de sa famille, il se retrouve à Mogadicio au cœur de violents combats de rues et de quartiers et il est plus ou moins enrôlé dans l’armée comme de nombreux autres enfants soldats. Il y va par choix avec son ami Ali mais très vite c’est le khat (l’herbe qu’ils mâchent à longueur de journée) et l’adrénaline qui les fait avancer.

Puis un malheur s’abat sur lui et dans l’exil il trouve la trace de sa vraie nature et de son grand-père et c’est la poésie qui prend la place de la haine dans sa vie et la transmission des mots qui va avec.

J’ai trouvé que c’était un beau roman sur l’adolescence, sur la guerre et sa vacuité, sur la famille et sur la poésie, écrit dans un beau style simple mais littéraire. J’ai beaucoup aimé les aspects sociaux et culturels de ce roman. Une belle découverte.

*

 *

 

*

 

*

*

 

 

 

         

 sélection 3ème -seconde 2015-2016

J‘inscris ce texte au Défi Livres de Argali 

« Une poignée de seigle » de Agatha Christie

 

L’histoire commence quand Mr Foretescue meurt dans son bureau après avoir bu une tasse de thé. Très vite l’inspecteur s’intéresse à la famille car le poison a dû lui être administré avant son départ pour son travail. Il y a la jeune deuxième épouse, le fils dévoué aux dents longues qui vit dans la maison avec sa femme, la jeune sœur qui est tombée amoureuse d’un homme qui ne plaisait pas à son père, une vieille tante, sœur de la première Mrs Foretescue et le personnel de maison. Il y a aussi un autre fils, qui a été rejeté quelques années auparavant et qui vivait en Afrique avec son épouse mais qui venait juste de renouer contact avec son père.

La mort de Mr Foretescue ne sera pas la seule et presque tout le monde est suspecté. Jalousie, relations familiales tendues, secrets de famille, questions financières… Tous les ingrédients sont là!

Miss Marple arrive sur les lieux par hasard et sa réputation l’ayant précédée, l’inspecteur lui fait confiance et écoute ses observations et s’intéresse notamment aux troublantes coïncidences avec une comptine pour enfants…

J’ai passé un bon moment de lecture, j’ai eu l’impression de retrouver dans une ambiance très « Downton Abbey ». On est pile poil dans l’atmosphère « so British » des romans d’Agatha Christie !

 

  : 41

 catégorie « couleur » pour ma ligne « Agatha Christie » (le catalogue de peinture V33 a une couleur « seigle » et c’est le seul titre d’Agatha Christie qui me reste qui colle un peu avec cette catégorie 😉

 chez Titine

« L’Arabe du futur 2 -Une jeunesse au Moyen Orient (1984-1985) » de Riad Sattouf

 

J’avais lu le Tome 1 de « L’arabe du futur » et j’avais bien aimé alors quand ma collègue m’a proposé de me prêter le tome 2 j’ai tout de suite dit oui mais je dois dire que mon avis est plus mitigé que la première fois.

On retrouve le petit Riad qui vit avec ses parents et son petit frère en Syrie. Le village est toujours aussi sommaire et arriéré, le point de vue est toujours celui de l’enfant alors on voit la vie quotidienne, l’école, ses parents, ses amis…

J’ai beaucoup de mal à en parler car en réalité je me suis un peu ennuyée. J’ai trouvé cet album très répétitif et je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. Le père qui prend toutes les décisions arbitrairement n’a aucune empathie pour sa famille, la mère est toujours aussi molle et ne s’implique jamais et même Riad qui semble ne pas évoluer beaucoup…

Il y a des scènes très drôles par moments (celle de l’achat des fournitures scolaire par exemple), des choses dures, comme les scènes de l’école. Mais je regrette qu’il n’y ait moins de passages plus « politiques » que j’avais appréciés dans le premier tome. J’ai vraiment trouvé moins d’intérêt à cet album et je ne pense pas que je lirai le suivant…

 objectif 2016 : -7

 par Marianne : Merci!

 

catégorie « gros mot » pour ma ligne BD

« Jeangot 1- Renard Manouche » de Joann Sfar et Clément Oubrerie

 

Encore une BD que j’ai prise au hasard, dans la section musique de la médiathèque cette fois-ci. Cette BD est une biographie arrangée du musicien mythique Django Reinhardt. Arrangée, adaptée, imaginée et pourtant basée sur des faits. Les personnages sont un hérisson qui est comme un frère pour Jeangot, le renard Manouche, passionné de banjo qui après un accident se met à jouer de la guitare à sa manière comme un virtuose.

Je ne connaissais pas la vie du vrai Django Reinhardt et après la lecture de l’album je suis allée me renseignée  et j’ai pu voir que les faits étaient là mais sous la forme d’un conte avec des personnages animaux et le côté légende…

Concernant les dessins, j’ai aimé les traits et les couleurs avec cette touche de folie qui allait très bien au personnage. J’ai aimé aussi que l’on « sente » la musique dans les dessins.

Mais attention, ce n’est pas parce que ce sont des animaux qu’il faut mettre cette BD entre les mains de trop jeunes lecteurs : c’est « vert » et avec un côté complètement déjanté, gargantuesque par moment mais ça passe très bien pour le lecteur adulte !

 

 

*

 

*

 

*

 

*

 

*

 

catégorie « prénom » pour ma ligne BD

Mousse au chocolat au whisky

Ingrédients pour 6 grosses verrines :

  • 1 tablette de chocolat pâtissier (200g)
  • 4 œufs
  • 50 g de sucre glace
  • 2 cuillères à soupe de whisky
  • (facultatif : copeaux de chocolat, billes de couleur ou autres décorations…)

Préparation :

  • Faire fondre le chocolat au bain marie ou four à micro-ondes avec un peu d’eau.
  • Séparer les blancs des jaunes d’œufs
  • Mélanger les jaunes avec le chocolat jusqu’à obtenir un mélange lisse.
  • Battre les blancs en neige.
  • Quand ils sont fermes, ajouter le sucre glace et battre encore un peu.
  • Ajouter le whisky dans la préparation au chocolat et mélanger jusqu’à obtenir un mélange lisse.
  • Incorporer les blancs d’œuf avec une cuillère en bois jusqu’à avoir un mélange homogène.
  • Verser dans des verrines et placer au frigidaire pendant 2 heures (ou la veille pour le lendemain)
  • Décorer à votre goût avant de servir.

Si vous ne faites pas que des mousses au whisky (s’il y a des enfants par exemple), mettre de côté une cuillère à soupe de préparation au chocolat dans un autre récipient dans le quel vous mettrez une grosse cuillère à soupe de blancs battus.

L’Homme qui n’est pas fan de mousse au chocolat aime beaucoup celle-ci !