[Billet Guest Star par Mrs B] Moi, Malala : Malala Yousafzai et Christina Lamb (lu par Guila Clara Kessous)

Malala …. ou l’histoire bouleversante d’une jeune fille qui, dès son plus jeune âge, a compris l’importance de l’éducation et qui se bat pour le droit des filles à aller à l’école…. au risque de sa propre vie.

La Swat Vallée…. du Paradis à  l’Enfer.

Ce livre est d’une incroyable richesse géographique, culturelle, historique et citoyenne. L’amour de Malala pour sa vallée, pour sa culture,  est présent dans chaque chapitre et que cette vallée à l’instar de ses habitants  a souffert : l’arrivée des Talibans, les crues, les bombardements, un tremblement de terre, l’exode de sa population au gré des décisions politiques. 

Ce roman se décline sous la forme d’une chronologie des événements (de «  Avant les Talibans » à « Une deuxième vie ») et est narrée à la première personne. La jeunesse de l’auteur se ressent  à travers ses disputes avec ses copines d’école ou ses relations avec ses frères et d’un autre côté elle est si mature  et si pleine d’humanité. Sans oublier l’amour de ses parents  qui l’ont toujours poussée à lutter pour ses idées dans un monde où les garçons sont rois.

Malala, je vous admire et je vous respecte. Merci à Christina Lamb, co-auteure, pour ce magnifique moment de courage.

Quant à la lectrice Guila Clara Kessous elle a su admirablement incarner la voix de cette jeune fille  courageuse et optimiste.

Un grand merci à Audiolib !!!!

Et Mrs B m’a non seulement donné envie de découvrir ce texte mais elle me l’a prêté alors je le lirai aussi bientôt!

« Pas facile de grandir » de Gep et Edith Chambon

 

Toujours dans la série « Graines d’ados », (cliquez pour voir les autres titres dont je parle sur le blog), les albums jeunesse des éditions Mouk où l’on retrouve Sonia la jeune collégienne et ses amis, voici cette fois l’histoire d’Elodie.

Elodie commence à changer, physiquement, les premiers pas dans l’adolescence la perturbent. Elle se cherche et ne se reconnait plus alors elle tente de changer de look et d’entourage. Elle se rapproche de filles plus grandes, un peu punkettes.

Sonia (et son rat Mosquito) reste le lien entre Elodie et les copines d’avant. C’est aussi un album qui évoque les relations entre mère et filles adolescentes.

C’est un bon moyen d’évoquer cette période où les adolescents ne savent plus trop dans quelle direction ils veulent aller et l’importance de l’amitié, l’importance d’être attentif aux autres.

 

« La princesse qui n’aimait pas les princes » de Alice Brière-Haquet (illustrations Lionel Larchevêque)

Ce petit livre jeunesse très court entre le roman et l’album  est une vraie réussite. En peu de pages, avec très peu de texte et avec beaucoup d’humour (les dessins sont très drôles avec beaucoup de second degré) raconte une histoire de princesse.

Mais si cela commence comme un conte ordinaire avec le roi qui veut marier sa fille et qui fait venir tous les princes du  royaume, la princesse n’est pas comme les autres princesses et elle ne s’intéresse à aucun des princes qu’elle rencontre.

En désespoir de cause, le roi fait venir la fée pour régler ce problème… Mais la fin n’est pas du tout celle que le roi imaginait… et pourtant la princesse qui n’aimait pas les princes tombe tout de même amoureuse …

C’est donc un petit roman drôle qui prône la tolérance et parle, comme vous vous en doutez, de l’homosexualité.

Ma collègue qui l’a fait découvrir aux élèves de 6ème m’a dit qu’ils ont été très surpris par la chute et on trouvé ça très drôle. Ils ont en général beaucoup aimé ce roman.  Malheureusement, ce roman n’est plus édité (est-ce une conséquence des scandales sur les livres sur les sujets « qui fâchent » comme l’homosexualité et l’homoparentalité d’il y a quelques années ? Je ne sais pas, mais c’est vraiment très dommage ! Allez donc faire un tour en médiathèque pour le découvrir !)

Ce roman s’adresse à mon avis aux jeunes lecteurs de 9 à 12 ans en lecture seule mais même avec des plus jeunes avec leurs parents, je voulais d’ailleurs le lire avec Bastien mais je n’ai pas eu le temps. (Depuis tout petit Bastien sait qu’en France, on a de la chance, les hommes peuvent se marier avec des hommes et les femmes avec des femmes.)

L’assassin qui rêvait d’une place au paradis : Jonas Jonasson (lu par Féodor Atkine)

C’est aussi un abandon mais contrairement à « Boussole », le lecteur est très bon. Mais le meilleur lecteur ne peut pas forcément combler l’ennui de certains romans…

Voici ce qu’en dit Audiolib : « Après trente ans de prison, Johan Andersson, alias Dédé le Meurtrier, est enfin libre. Mais ses vieux démons le rattrapent vite : il s’associe à Per Persson, réceptionniste sans le sou, et à Johanna Kjellander, pasteur défroqué, pour monter une agence de châtiments corporels. Des criminels ont besoin d’un homme de main ? Dédé accourt ! Per et Johanna, eux, amassent les billets.

Alors, le jour où Dédé découvre la Bible et renonce à la violence, ses deux acolytes décident de prendre les choses en main et de le détourner du droit chemin… Après son vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, son analphabète qui savait compter, c’est à un malfrat repenti que Jonas Jonasson donne une seconde chance. »

*

Personnellement, quand après 3 heures d’écoute (sur 8h25 quand même) je n’ai pas ri ou souri une seule fois et que je regardais régulièrement combien d’heures d’coute il me restait je me suis dit que ce roman n’était pas pour moi… Alors j’ai abandonné sans regret car je n’avais absolument pas envie de savoir ce qui allait arriver aux personnages.

J’avais plutôt aimé « Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire » même si je lui avait trouvé des longueurs.

Lu pour le Prix Audiolib 2016

Sandrine aussi l’a lu.

Challenge Petit Bac 2016 ligne audio catégorie « gros mot »